[Chronique] PLUS LOIN de Robin York

PL

PLUS LOIN (Caroline et West #1)

Auteure : Robin York

Éditeur : Milady

La réputation de Caroline est ruinée depuis que son ex a publié sur Internet des photos d’elle en pleine action. Alors qu’elle tente de faire disparaître toute trace de ce scandale, un garçon qu’elle connaît à peine prend sa défense. West n’est pourtant pas un jeune homme fréquentable, ce n’est un secret pour personne. Le père de Caroline a beau interdire à sa fille de lui adresser la parole, elle se sent irrésistiblement attirée par lui. Finira-t-elle par lui dire qu’elle voit en lui autre chose qu’un bon ami ??

 

Hello,

Caroline et West, ou l’histoire qui a tout changé pour moi ♥, celle qui m’a redonné pleinement le goût de la lecture.

Je me souviens avoir commencé ce livre sans trop savoir où j’allais, je n’avais même pas lu la quatrième de couverture ! La sobriété de la couverture avait suffi à me séduire au moment où les autres livres du genre n’étaient que couples tatoués enlacés et autres lascivetés.

ÉDIT : La couverture de l’édition de poche, on en parle ? D’où est-ce que West est tatoué ? Pitié. Non. Cela casse toute l’intelligence de ce roman. Enfin, à mon goût. Parce que, oui, je trouve cette histoire « intelligente » et plus profonde qu’il n’y paraît.

Mais très bien, d’accord. Après tout, ce roman, c’est aussi un New Adult. Il ne déroge pas aux bases du genre : l’apprentissage des sentiments et du sexe. Mais au-delà de ça, j’ai trouvé que ce premier tome (et le second encore davantage) a su casser certains codes qui, justement, commençaient à un peu me lasser…

 

/!\ Ma chronique, parce que j’avais trop à extérioriser, risque de contenir quelques spoilers.

 

crown2

rez

Caroline Piazecki et son petit ami Nate étudient à l’Université de Putnam dans l’Iowa. Caroline est l’archétype de la gentille et parfaite étudiante. Studieuse, elle a de grandes ambitions politiques. Elle vient d’Ankeny, une ville calme et bourgeoise où elle vivait une vie tranquille avec son père et ses sœurs. Une vie de rêve et une éducation de rêve malgré le décès de sa mère des années plus tôt.

Seulement, sa rencontre avec West Leavitt, un autre étudiant de Putnam, va tout changer…

Caroline n’est pas indifférente à la présence de ce garçon qui occupe dans un premier temps la chambre face à la sienne, avant de mystérieusement déménager à l’extérieur du campus l’année suivante. Si rien ne se passe entre eux, puisqu’ils se parlent à peine, Caroline est attirée par West, un fait qui n’est pas totalement sans rapport avec son choix de rompre avec Nate.

Une rupture qui semble amicale, comme tant d’autres.

Malheureusement, les apparences sont parfois trompeuses… Et quelques semaines plus tard des photos de Caroline apparaissent sur des sites pornographiques. Des photos d’elle, nue, des clichés osés que Nate avait pris alors qu’ils étaient encore ensemble et qu’il était le seul à avoir. Et bientôt tout le campus semble avoir reçu un mail avec un lien vers ces photos…

C’est évidemment une catastrophe pour Caroline, et pour l’avenir professionnel qu’elle s’était imaginé.

Malgré les protestations de Nate, tout laisse à penser qu’il est à l’origine de la mise en ligne des photos. Qu’il ne s’agit là de rien d’autre qu’un cas de porno-vengeance.

Caroline pourrait craquer, elle en aurait le droit, mais elle se l’interdit – ce qui bouscule l’image de l’habituelle faible fille à papa. Elle refuse même l’aide de West qui, bizarrement, se montre brusquement protecteur envers elle. Allant jusqu’à littéralement casser la gueule de Nate dans l’enceinte de l’Université.

West aurait-il des sentiments pour Caroline ? Caroline aimerait le croire, mais en même temps : elle a peur de lui, de son image. West est intelligent, bosseur, mais c’est aussi un « mec à problèmes ». Un dealer et un bagarreur. Et Caroline n’a pas besoin de cette mauvaise publicité, pas alors que tous les regards sont déjà braqués sur elle. Pourtant, malgré les alarmes dans sa tête, West lui plaît et elle finit par chercher à se rapprocher de lui.

De son côté, West ne sait pas quoi faire. S’il a fui la chambre qu’il occupait face à celle de Caroline et s’est installé avec son ami Krishna en dehors du campus, c’est à cause de son attirance pour la jeune femme. West ne peut pas se permettre de faire entrer qui que ce soit dans sa vie, surtout pas une fille comme Caroline Piazecki. Le jeune homme a des projets, il s’est fixé un objectif, un plan qu’il a tracé et duquel il ne peut pas se détourner. Et Caroline ne peut pas faire partie. Ce ne serait bon ni pour elle ni pour lui.

Il impose alors à Caroline les limites de leur relation, à peine une amitié. « Ils ne seront pas amis ».

Mais est-il possible d’aller éternellement à l’encontre de ses sentiments ?

Si Caroline doit lutter contre les répercussions de la porno-vengeance de Nate, West doit lutter contre l’envie de faire entrer Caroline dans sa vie. Une vie dont il peine à parler…

 

crown2

mnavis

Le choix et la façon d’aborder la porno-vengeance

Sujet épineux, mais terriblement actuel.

J’aime que l’auteure ait osé aborder ce sujet et j’aime la franchise avec laquelle il est évoqué. Sans artifice, sans tabou. La toile de fond de ce roman est posée dès le début et de manière très intense. L’exposition est tout sauf une simple excuse au roman.

 

L’intelligence et le courage des personnages

L’auteure a fait le choix de personnages à l’intelligence certaine. Toutefois, les situations dans lesquelles ils se retrouvent restent très cohérentes. Dans ce roman Caroline et West nous prouvent que l’on peut être très intelligent et faire des mauvais choix, des erreurs.

Tous deux ne manquent pas non plus de courage. Parce que Caroline prend au fil des pages de front son problème, relevant toujours un peu plus la tête. Mais celui dont l’histoire me touche le plus, c’est West. La pression perpétuelle qu’il se met, les sacrifices qu’il est prêt à faire pour sa famille, puis pour ses amis, une vraie leçon. D’ailleurs, pour ce qui est de se mettre perpétuellement la pression, Caroline n’est pas mal non plus.

 

Le style affuté de l’auteure

J’ai beaucoup aimé le style qu’a utilisé l’auteure dans ce registre, sa plume est tantôt crue, brutale, sale, tantôt fine et affutée.

 

Mon cœur a très mal vécu la fin de ce tome 1. <spoiler!>J’ai vécu le départ de West comme une véritable tragédie personnelle.<!> Si je n’avais pas pris la peine de m’informer, et d’apprendre qu’il y avait une suite à ce livre, j’aurais été frustrée – heureusement, j’ai pu enchainer directement avec le tome 2.

 

Petit détail, mais… Suis-je la seule à voir en West Leavitt un peu de Holden Caulfield dans L’Attrape-cœurs (The Catcher in the Rye) de Salinger ?

 

∴ Ma note ∴

11/10

LICORNESQUE

crown

 

J’ai avalé les deux tomes en très peu de temps, parce que l’histoire ne devait pas s’arrêter là, il en était hors de question ! Un gros coup de cœur pour cette duologie. Voir la revue du tome 2 –> ici.

signature

3 réflexions sur “[Chronique] PLUS LOIN de Robin York

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s