[Chronique] HEX de Thomas Olde Heuvelt

HEX

HEX

Auteur : Thomas Olde Heuvelt

Éditeur : Bragelonne

Résumé : Quiconque né en ce lieu est condamné à y rester jusqu’à la mort.
Quiconque y vient n’en repart jamais.
Bienvenue à Black Spring, charmante petite ville de la Hudson Valley. Du moins en apparence : Black Spring est hantée par une sorcière, dont les yeux et la bouche sont cousus. Aveugle et réduite au silence, elle rôde dans les rues et entre chez les gens comme bon lui semble, restant parfois au chevet des enfants des nuits entières. Les habitants s’y sont tellement habitués qu’il leur arrive d’oublier sa présence. Ou la menace qu’elle représente. En effet, si la vérité échappe de ses murs, la ville tout entière disparaîtra.
Pour empêcher la malédiction de se propager, les anciens de Black Spring ont utilisé des techniques de pointe pour isoler les lieux. Frustrés par ce confinement permanent, les adolescents locaux décident de braver les règles strictes qu’on leur impose. Ils vont alors plonger leur ville dans un épouvantable cauchemar…

 

crown2

 

Black Spring est une ville qui paraît paisible et charmante, tant qu’il n’est pas rare que de nouveaux visages veuillent s’y installer. Chose que les habitants tentent par tous les moyens d’éviter. Hélas, lorsque les efforts des habitants ne suffisent pas à faire fuir les gens de l’extérieur, ces nouveaux venus sont confrontés à la malédiction qui flotte sur cette ville : Une sorcière rode dans la ville depuis 300ans et personne, PERSONNE, une fois installé, ne peut quitter Black Spring sans être inexorablement poussé au suicide.

Pour vivre avec cette sorcière qui déambule un peu partout, les habitants ont érigé un certain nombre de règles et de précautions afin d’éviter aux personnes simplement de passage de voir ladite sorcière, et tout semble étonnement bien huilé et en place. Du moins, jusqu’à ce qu’une poignée d’adolescents, lassés des règles, s’amusent à jouer des tours à la sorcière…

 

Une sorcière bien étrange…

Ce personnage est déroutant, loin des clichés de la sorcière telle qu’on se la représente normalement. La sorcière de Black Rock qui se prénomme Katherine déambule sous les traits d’une femme en guenilles, les pieds nus. Elle se matérialise et se dématérialise un peu partout en ville et chez les habitants les bras enchaînés le long du corps et les yeux et la bouche cousus. Effrayant.

On apprend assez vite qui était Katherine, une émigrée néerlandaise du 17e siècle très vite prise pour une sorcière et recluse dans la forêt. Tout un tas de rumeurs liées au Diable naissent alors autour d’elle et sa famille ; un peu à la manière des sorcières de Salem, son sort fut scellé… 300 ans après, elle rôde toujours, mais animée par quoi ? La vengeance ?

… traquée grâce à la technologie

Pour suivre ses faits et gestes et la localiser en ville, des dizaines et des dizaines de caméras ont été installées dans les rues. Les habitants sont également mis à contribution, ils la surveille, veille sur leur secret et utilisent une application programmée par l' »HEX » où ils notent eux-même l’heure et la position de #Katherine chaque fois qu’ils la voit.

 

La ville de Black Spring et ses habitants

Qu’ils soient nés à Black Spring ou qu’ils y aient malheureusement emménagé, ils « apprennent » à vivre avec l’étrange présence de cette sorcière. Des habitants qui, pour la plupart, semblent résignés et acceptent sans broncher de vivre avec Katherine parmi eux, l’intégrant et l’occultant de leur vie de tous les jours – oui, les deux à la fois, aussi étrange que cela puisse paraître.

Tous. Sauf ces adolescents qui veulent changer les choses… Bonne ou mauvaise idée ?

 

Un roman original

Évidemment l’ambiance générale fait flipper. Katherine, ses agissements… L’auteur nous fait vivre quelque chose de vraiment hors du commun et nous éloigne malicieusement des clichés. Ou pas. J’ai adoré ce côté « il y a la plaque, l’à côté de la plaque, et il y a ce roman ! ». C’est barré et franchement tordu, mais génialement tordu, vous voyez ? Et que dire de cette dualité entre le mythe de la sorcière et son intégration en ville, dans la société moderne ?

Aussi, traduction ou pas, j’ai beaucoup apprécié le langage de l’auteur qui reste drôle et moderne malgré le genre particulier de ce roman.

HEX est vraiment une pépite pleine d’originalité.

 

Ah, et désolée, mais c’était Beaucoup. Trop. Tentant ❤ :

 

NOTE GLOBALE ⭐⭐⭐⭐⭐

• Histoire ? ⭐⭐⭐⭐⭐

• Originalité ? ❤❤❤❤❤

• Personnages ? ⭐⭐⭐⭐

• Addictif ? ⭐⭐⭐⭐⭐

 

4 réflexions sur “[Chronique] HEX de Thomas Olde Heuvelt

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s