Hoymille, la maison « hantée » du domaine du Fort Lapin

Tout le monde a près de chez lui un mythe, une légende urbaine, ou une maison prétendument hantée. Autour de chez moi, ces histoires sont nombreuses et les gens en sont assez friands. Je n’écris pas cet article pour alimenter le fantasme (phantasme ?), chacun est libre d’y croire ou de ne pas y croire. Simplement, l’idée de maison hantée en générale me plaît beaucoup. Le fait de laisser son âme dans un lieu, il y a pour moi quelque chose de poétique — plus que de terrifiant, ou de triste.

hoymville.png

Construite en bordure du canal de Colme, et initialement à l’abri des regards car entourée d’une végétation plutôt dense, la maison du domaine du Fort Lapin est lourde de plusieurs rumeurs… Datée des années 30, elle est abandonnée depuis quelques décennies déjà. Certaines histoires à son sujet sont tenaces et surtout, s’entrecroisent. Le point commun ? Une petite fille y serait morte — de quoi nous laisser déborder d’imagination.

 

crown2

 

La majorité des personnes qui ont témoigné par rapport à cette maison sont d’accord sur une chose : cette demeure reste dans les esprits de par sa beauté et sa stature imposante, presque noble. Assurément cossue, elle a dû connaître son heure de gloire ; et les différentes rumeurs autour de ses occupants n’entachent pas ce côté « illustre » des lieux.

Ce n’est jamais la peur, le sentiment premier, un peu comme si quelque chose d’autre résonnait toujours de ces maisons. C’est ce qui m’asticote le plus, d’ailleurs, ce paradoxe.

Vouée à être détruite, cette maison a beaucoup fait parler d’elle sur le net et dans la presse. Je n’ai moi rien de plus à vous apprendre mais je partage l’opinion générale qui se fend de voir rayer du paysage des maisons qui se distinguent autant.

deboisage

(après déboisage du domaine)

 

crown2

 

Bon, je ne vous parle pas aujourd’hui de cette maison pour rien. Évidemment !

affichelacouture-2018Je vous en parle parce qu’il y a quelques jours j’ai eu la chance de me rendre au 38ème salon du livre et de la BD de La Couture et d’être tombée sur quelque chose de très intéressant. Il faut savoir que cette visite n’était pas du tout prévue, une surprise de mon homme — un poil ratée car je n’avais avec moi ni mon sac ni mon téléphone : l’amorce de départ était un passage rapide à la boulangerie… Mon chéri a parfois de bonnes idées, mais devrait les travailler un peu plus !! (Je t’aime quand même.) Bref. Revenons-en au salon. Les auteurs étaient nombreux et la sélection plutôt hétéroclite. Mon homme plus féru de BD que de romans y a trouvé son compte et ne s’est pas ennuyé. Une sortie vraiment agréable.

Et puis mon regard a fait mouche. Vous savez, il s’est passé ce truc… Ce truc de lecteur qui fait qu’en une fraction de seconde, on sait. J’ai récemment bassiné (oui, n’ayons pas peur des mots) mon entourage et vous pendant des semaines avec HEX de Thomas Olde Heuvelt et avec Le puits de Marie Sexton, donc mon goût pour le genre n’est plus à prouver et il n’est pas étonnant qu’un stand ait particulièrement attiré mon attention lors du salon…

 

christellecolpaertsouffletChristelle Colpaert Soufflet est la raison principale de cet article sur la maison hantée de Hoymille.

En effet, Christelle Colpaert Soufflet est l’auteure (entre autres) d’un roman dont l’un des « personnages » est justement cette maison !

En voici la quatrième de couverture : Faustine Béliche, architecte de talent et globe-trotteur à ses heures, sillonne le monde à la recherche de sites abandonnés. De ces voyages postés sur un blog, est née la volonté d’un éditeur, Jonah Lombardi, de publier les sombres escapades de la jeune femme. Au détour d’une recherche sur le net, l’auteure découvre une demeure. Abandonnée depuis plus de vingt ans, celle-ci affole la toile. Faustine en tombe sous le charme. Vouée à la démolition, la jeune femme ne le supporte pas et décide de l’acheter, malgré les rumeurs. Beaucoup ont essayé de percer son mystère; ils ont fui. Certains ont essayé de la rénover; ils sont morts. Faustine Béliche sera-t-elle la bienvenue dans cette maison au passé trouble?

 

Mordante, l’accroche, n’est-ce pas ? Aussi, quelques recherches suffisent pour comprendre à quel point le sujet et l’auteure sont liés, ce qui ne fait qu’attiser davantage l’intérêt pour ce roman. Sur son site internet Christelle Colpaert Soufflet partage une vidéo du groupe Esprits et Entités où elle apparaît et s’explique brièvement sur ce lien qui l’unit à la maison de Hoymille.

Si je suis quelqu’un de très spontanée, voire de très enfiévrée lorsque quelque chose me plaît, je suis aussi d’un naturel timide, malheureusement, et je m’en suis voulue de ne pas avoir échangé avec cette auteure… En plus cette dernière était adorable et avenante, je me mettrais des claques parfois !

Mais son roman, Abandonnée, est déjà dans ma Wishlist et j’espère pouvoir y succomber bientôt. Très bientôt. Je ne pouvais pas ne pas vous en parler. Impossible. Vous pouvez constater par vous-même qu’il est déjà très bien noté et… Oh bon sang, il me fait de l’œil, c’est dingue !

abandonnee

Alors si vous êtes de la région, ou pas, je vous invite à cliquer sur le lien >> Christelle Colpaert Soufflet << et de ne pas vous arrêter à Abandonnée, de vous balader sur son site et de découvrir ses autres romans.

 

Cet article est bien différent de ce que je propose d’habitude, c’est une approche différente, certes, mais je vous parle toujours romans. Cela vous plaît-il, ou pas du tout ? Dites-moi tout.

signature

2 réflexions sur “Hoymille, la maison « hantée » du domaine du Fort Lapin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s