[INTERVIEW] Loraline BRADERN et Axelle AUCLAIR

Hey, bonjour ! Comment se passe votre journée ?

Je poste aujourd’hui non pas un #TopTenTuesday mais un billet [interview] ! Pourquoi ? Tout simplement parce que j’ai récemment eu un énormissime coup de cœur pour un service presse, le premier tome d’UNITÉ D’ÉLITE écrit par Loraline BRADERN et édité chez BMR.

 

unite delite T1UNITÉ D’ÉLITE T1

Ils se sont rencontrés dans le noir. Captifs d’un groupe terroriste, ils ont partagé la même cellule et, par sécurité, utilisé des faux noms. Elle était Jessi. Lui, Woody. Au milieu de l’enfer, sans jamais se voir, ils se sont chamaillés, désirés. Il l’a sauvée au péril de sa vie. Presque trois ans plus tard, Alyssandra travaille au sein d’une unité des forces spéciales de la Navy, le Black Squadron. Elle croit son Woody mort. Leur histoire, fantasmée. Leur passé, enterré. Jusqu’à ce qu’une mission ébranle toutes ses certitudes…

>>Acheter Unité d’élite T1 sur le site de l’éditeur<<

>>Acheter Unité d’élite T1 sur Amazon<<

 

crown2

 

Sous le charme et totalement convaincue par l’univers je voulais en savoir plus, vous faire découvrir ce roman et vous permettre de découvrir l’auteure. Loraline Bradern n’est pas la seule invitée à participer à l’interview, Axelle Auclair a gentiment accepté de se joindre à nous et je vous invite à lire l’interview jusqu’à la fin afin de comprendre. 😉

 

~ L’INTERVIEW ~

 

Loraline Bradern, bonjour et merci de te prêter à cet échange.

Loraline Bradern : Il n’y a pas de quoi ! C’est moi qui te remercie de m’avoir sollicitée.

 

Tu as écrit plusieurs histoires sur Wattpad, était-ce ta première expérience de l’écriture ? D’où t’est venu le goût de conter des histoires ?

Loraline Bradern : Pas vraiment. Quand j’étais ado je m’amusais à écrire des bribes d’histoire. A l’époque il n’y avait pas encore internet ni même les ordinateurs donc c’était l’écriture à l’ancienne sur des petits cahiers. C’était mon jardin secret avec la lecture. J’ai réellement commencé à écrire pendant une de mes grossesses. A 5 mois, je me suis retrouvée sous la menace d’un accouchement très prématuré et j’ai dû rester allongée pendant de longs mois. J’ai énormément lu pour passer le temps et me distraire de mon angoisse et mes multiples lectures ne m’ont pas donné entièrement satisfaction. Il y avait toujours quelque chose que je n’aimais pas trop ou qui me manquait. Soit les persos étaient trop « parfaits », soit l’histoire était trop prévisible, soit il n’y avait pas assez de détails par rapport au contexte. Pour moi ce n’était pas assez réaliste. Je ne conçois pas qu’un personnage soit bon en tout, à l’épreuve de tout. On a tous des faiblesses, des fêlures apportées par les coups de la vie et on ne peut pas les surmonter en permanence. Dans la vie tout n’est pas blanc ou noir, il y a beaucoup de zones de gris. Un héros parfait tout le temps n’est pas crédible, la perfection n’existe pas. Un héros tombe toujours de son piédestal à un moment ou un autre. Cela peut être par une parole ou un acte malheureux, un démon intérieur contre lequel il lutte. Les personnes trop lisses ne sont pas pour moi. Les trop torturés non plus d’ailleurs. J’aime quand il y a un équilibre entre les deux, quand les forces compensent les faiblesses des personnages.

Au bout d’un moment l’envie d’écrire une histoire qui serait plus conforme à mes attentes est venue et je me suis lancée. J’ai écris sur mon ordi les étapes clés d’une romance historique. Puis c’est resté en l’état dans mon ordi pendant des années. Trop occupée par ma famille, la construction de notre maison et mon boulot d’instit, je n’y ai plus touché. Quelques années plus tard, je me suis intéressée de très près à la littérature jeunesse, créant des fiches d’activité pédagogique pour mes élèves sur des albums. Puis progressivement j’ai commencé à écrire des textes pour jeunes enfants puis à travailler en free lance comme relectrice/correctrice pour des maisons d’édition jeunesse puis comme consultante pédagogique et auteur (sous un autre nom) en scolaire et parascolaire. Puis fin 2015, ne voulant pas avoir de regrets, j’ai voulu reprendre Combat d’Amour, ma romance historique, et j’ai découvert Wattpad à cette même époque. Poussée par ma mère qui voulait que j’aille jusqu’au bout de cette histoire, je me suis donc lancée en me disant que cette plateforme serait peut-être un moyen de me motiver pour tenter de réaliser mon projet.

Donc pour répondre à tes questions, Wattpad n’a pas été réellement ma première expérience de l’écriture mais la plateforme a été ma première expérience de partage de mes textes et le déclencheur d’une écriture au long cours. Et surtout l’utilisation de la plateforme m’a permis de mener un texte jusqu’à sa fin.

 

Comment en es-tu arrivée à l’édition du premier tome d’Unité d’élite ?

unite delite T1Loraline Bradern : Je n’ai pas fait grand-chose à part écrire le texte. Et encore, le texte n’était pas terminé quand j’ai signé le contrat d’édition. J’ai commencé à écrire les premiers chapitres de UE sur un coup de tête alors que j’écrivais déjà Combat d’Amour. C’est un besoin qui est arrivé subitement, il fallait que je mette par écrit certaines choses. A ma grande surprise, l’histoire a assez vite décollé sur Wattpad. Il y a eu de plus en plus de lectrices et surtout une bonne équipe de commentatrices compulsives qui m’ont encouragée, poussée à continuer et qui ont fait fonctionner le bouche-à-oreille, faisant de la pub à l’histoire. J’ai eu de plus en plus d’abonnés et de plus en plus de nouveaux lecteurs. Et un jour j’ai eu la surprise de recevoir un message de l’éditrice de BMR. Nous avons échangé nos mails, puis elle m’a fixé un rendez vous téléphonique. J’ai alors appris que quelqu’un de l’équipe BMR avait repéré Unité d’Elite sur Wattpad et avait fait une fiche de lecture dessus. Cette fiche a ensuite été présentée en comité de lecture et l’éditrice a décidé de me contacter. Nous avons longuement discuté de l’histoire, de la fin que je souhaitais lui donner. L’éditrice m’a alors proposé un contrat. J’ai reçu la proposition rapidement et j’ai pu demander des explications, des précisions sur le contrat d’édition. Les échos que j’avais sur cette maison d’édition étaient plutôt positifs et je me suis lancée avec BMR. J’ai donc eu la chance de signer un contrat d’édition sans avoir eu besoin de passer par la phase habituelle de la soumission du manuscrit aux maisons d’édition.

 

Écrire Unité d’élite et nous transporter dans l’univers des SEALS, ce n’est pas commun. J’ai trouvé le premier tome juste et très bien détaillé, y a-t-il une raison particulière à toutes ces connaissances ? Une motivation à ce choix ?

Loraline Bradern : Depuis gamine j’ai toujours été très intéressée par le milieu militaire. J’ai regardé pas mal de films de guerre avec mon père quand j’étais ado. C’est un milieu que j’ai aussi un peu côtoyé par l’intermédiaire de certains membres de mon entourage. Ado j’étais fan de « Top Gun » et j’avais aussi craqué sur Charlie Sheen dans le film « Navy Seals ». Ma préférence est toujours allée aux Marines et aux Navy Seals en ce qui concerne l’armée américaine. Il faut dire aussi que les Seals sont plus médiatisés que les autres forces spéciales telles que la Delta force ou les Bérets verts de l’US Army. Il est plus facile de trouver des informations sur les opérations et l’organisation des Seals que sur les autres forces spéciales. Bon tout est relatif parce que ce n’est pas évident malgré tout. Donc pour moi les Navy Seals étaient un peu une évidence, à cause de mes préférences mais aussi pour avoir plus d’informations vérifiables.

Par contre, l’armée de l’air est mon armée de prédilection pour la France, peut être parce que des membres de mon entourage ont porté ce bel uniforme… Et puis dans le sud de la France nous avons quelques bases aériennes dont celle d’Orange-Caritat avec son escadron de formation de commandos de l’air et celle de Salon de Provence avec son école des officiers et l’équipe de la patrouille de France donc forcément il arrive qu’on lie connaissance avec le milieu. Le pari des gars du Blue fait partie des anecdotes de ma jeunesse. Les soirées communes avec les élèves officiers pilotes de l’école de l’air, les élèves des Arts et Métiers et ceux de la prépa St Cyr du lycée militaire de ma région étaient loin d’être tristes… Les paris, défis et challenges étaient monnaie courante entre tous ces mecs à l’esprit de compétition très développé.

 

Parle-nous un peu plus de ce premier tome, de tes SEALS ; et si tu avais à choisir ton préféré, lequel serait-il (ou laquelle) ?

Loraline Bradern : Honnêtement ma préférence va à Alyssandra/Jessi, tout simplement parce que j’ai mis certaines de mes émotions dans son personnage. Elle m’a servi à extérioriser ce qui me rongeait. Et puis je me projette toujours plus facilement dans le personnage féminin que dans un personnage masculin.

Au niveau des personnages masculins, j’avoue que je me suis attachée à plusieurs : à Woody bien évidemment mais pas que… J’ai une affection particulière pour certains à cause de leur personnalité : Bulldog pour son côté macho borné à qui on a envie de foutre une raclée, Pitbull et son humour très particulier, Iceman pour sa froideur intrigante et son détachement apparent, Hurricane pour son côté conciliant et bon enfant. Mais par-dessus tout je voulais qu’il y ait une véritable cohésion entre eux, cet esprit d’équipe indispensable qui fait qu’ils vivent par et pour leurs frères d’arme.

 

La date de sortie du tome 2 d’Unité d’élite est désormais connue et prévue le 25 mai 2018, t’autorise-tu à nous en dire quelques mots ?

uniteelite2Loraline Bradern : Difficile de parler du tome 2 sans spoiler le tome 1… Je peux juste dire qu’on apprend dans ce tome final les raisons qui ont conduit à la situation difficile dans laquelle se trouve Jessi au début du tome 1. Le tome 2 est aussi beaucoup plus « hot » que le tome 1 car il est très axé sur la romance entre Jessi et Woody. Le tome 1 était davantage axé sur l’explication du contexte, la mise en place de l’intrigue. Il entretenait le mystère autour de Woody et mêlait suspens et action. La romance était plus en toile de fond, moins explicite. Dans le tome 2 c’est l’inverse, l’histoire d’amour prend le pas sur le reste. On suit le cheminement de Jessi et de Woody face à leurs sentiments, leurs réactions face aux obstacles qui se présentent devant eux. Le plus important de tous étant la difficulté pour Jessi de surmonter ses peurs.

 

Aussi, tu partages un blog avec une autre auteure, Axelle Auclair, https://amoursdenfer.wordpress.com/ (Quand deux copines déjantées s’associent pour inventer des histoires…), on sent bien évidemment la connexion, mais comment et pourquoi est née cette collaboration ?

Loraline Bradern : Je ne sais même plus à quel moment exactement nous avons fait connaissance. Je crois que c’était par le biais des commentaires de nos histoires respectives. Je lisais « Frissons d’enfer » et Axelle lisait « Unité d’Élite », on se laissait des coms, on se répondait par com interposés puis petit à petit on a commencé à papoter sur Facebook puis Messenger. Une amie d’Axelle a proposé par son intermédiaire de me refaire une couverture pour Wattpad. Il faut dire que la mienne n’était pas vraiment attirante, trop froide, trop simple. Comme je suis une quiche en montage photo, j’ai bien évidemment accepté la proposition avec joie. La visibilité de UE a fait un bond monumental avec cette nouvelle couverture qui mettait en avant le côté romance.  Donc on peut dire qu’Axelle et sa fée des images ont grandement contribué au succès d’UE. Je crois que cela a été notre premier acte concret s’entraide. Ensuite Axelle m’a été d’un très grand secours à un moment quand j’ai vécu une désillusion énorme avec quelqu’un sur Wattpad. J’étais tellement démolie par cette trahison que j’avais du mal à remonter la pente et Axelle ainsi que d’autres amies m’ont aidé à rebondir. Notre lien s’est renforcé, on a de plus en plus discuté. Au point de se demander conseils pour nos histoires respectives.

Axelle avait en tête une idée d’histoire mais ne savait pas trop si elle devait se lancer ou pas, elle hésitait. J’ai eu l’immense privilège qu’elle m’en parle et me demande mon avis. On en a discuté, elle m’a donné les grandes lignes de son scénario. Une belle preuve de confiance ! J’ai été emballée par cette histoire et l’ai encouragée à foncer. Avant même qu’elle soit écrite, j’étais déjà accro à cette histoire ! Quand elle s’est lancée sur « Secret Défense d’Aimer », je suis devenue sa primo lectrice tandis qu’elle devenait la mienne pour la fin d’Unité d’Élite. Je crois que ça s’est fait naturellement un peu comme une évidence car nous échangions sur nos scénarios. Nous nous sommes fait des clins d’œil, un peu comme un cross over. Nos deux histoires se déroulant toutes les deux dans le milieu militaire et dans les forces spéciales, le contexte s’y prêtait et on a trouvé ça assez sympa. Nos lectrices communes aussi apparemment !

Au fur et à mesure que nous faisions nos primo-lectures nous nous sommes rendu compte que nous avions beaucoup de points communs. Nous sommes assez proches en âge, avons eu quelques expériences similaires et certains centres d’intérêt communs. Nous pensons souvent de la même manière, au point de finir parfois les phrases de l’une à la place de l’autre ou dire la même chose en même temps et nous avons un peu le même style d’humour. L’idée est donc venue de faire un 4 mains ensemble. Seul obstacle : j’écris à la 3e personne et Axelle écrit à la première. Essayer d’écrire en « je » me tentait depuis un moment mais je n’osais pas franchir le cap. J’ai tendance à manquer de confiance en moi mais Axelle se charge de m’en donner, LOL. Elle a promis de me guider dans ce changement important donc j’ai décidé de plonger avec elle !
Suite à cette décision de tenter l’écriture d’un texte à 4 mains, on a créé un compte Wattpad et un compte Facebook communs pour cette histoire en particulier. Puis lorsque Axelle a décidé de se lancer dans l’édition également, nous nous sommes dit qu’il serait judicieux de créer un blog commun qui nous permettrait à la fois de plébisciter cette histoire commune mais également nos histoires respectives.

Axelle et moi sommes convaincues que les auteurs ne doivent pas se considérer entre eux comme des concurrents ou des adversaires à abattre mais qu’au contraire nous devons nous épauler. Nous sommes persuadées que c’est l’entraide qui permet de progresser, de s’améliorer et au final d’avancer. Axelle est toujours là pour me filer des coups de pieds aux fesses quand je me ramollis ou si je m’égare. Elle est là pour m’encourager quand je doute, me remettre la tête sur les épaules quand je divague. C’est quelqu’un de très talentueux et qui fera un carton dans les mois qui viennent je n’en doute pas. Il n’y a pas de jalousie entre nous, pas de jugement, juste de l’amitié, une belle complicité et de l’entraide. Nous avons chacune des points forts et des points faibles et on essaie de s’équilibrer. Dans le cadre du blog par exemple, Axelle a plus de facilités pour les montages des images et moi plus pour la conception du blog. Ce qui aurait peut-être été lourd à gérer si nous avions fait chacune un blog de notre côté devient plus facile si nous nous mettons ensemble car nous nous complétons. De plus nous nous sommes rendu compte que nous avions énormément de lectrices de Wattpad en commun. Certaines lisaient d’abord Unité d’Élite avant de lire Secret Defense d’Aimer et pour d’autres c’était l’inverse. Donc l’histoire de l’une a amené des lectrices sur l’histoire de l’autre. Comme nous ne nous considérons pas comme des concurrentes, nous nous sommes dit que faire un blog commun pourrait également permettre aux lectrices de l’une de découvrir les histoires de l’autre et ainsi augmenter notre lectorat potentiel.

 

Axelle Auclair, bonjour et merci d’avoir également accepté de participer à cette entrevue.
Peux-tu nous parler un peu de toi, de tes écrits, de tes passions ?

Axelle Auclair : Bonjour, je m’incruste. Je n’aime pas parler de moi, sauf pour les bêtises et mes gaffes, mais je vais faire un effort. Ce qui n’est plus secret, c’est que je suis une ancienne militaire, dans l’armée de terre, puisque ma dernière histoire reprend mon vécu au Ministère de la Défense pour une grande partie. Concernant mes passions, en dehors de mon cheval et de la lecture, c’est maintenant l’écriture. C’est un véritable défouloir à mon imagination débordante et je le fais par plaisir.

 

Tu es en passe d’être éditée toi aussi, parle-nous de ces romans ?

Axelle Auclair : Le premier qui sortira en version papier, sera SECRET DEFENSE d’aimer. Si tout va bien, ce sera pour cet été. Ensuite, ce sera Frissons d’Enfer, qui est un tout autre registre, mais c’est le cas de toutes mes histoires. J’aime changer de contexte, même si on y retrouve des points communs : l’amitié, la famille, l’acceptation des autres et la confiance. Et l’amour, toujours !

 

crown2

 

Je tiens vraiment à remercier Loraline Bradern et Axelle Auclair pour la confiance, la gentillesse et la disponibilité dont elles ont fait preuve en acceptant de répondre à mes questions. Merci du temps que vous m’avez, nous avez accordé. Je ne manquerai évidemment pas de lire et de parler de vos parutions prochaines. 🙂

signature

3 réflexions sur “[INTERVIEW] Loraline BRADERN et Axelle AUCLAIR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s