[Chronique] ETHAN QUI AIMAIT CARTER de Ryan Loveless

Ethan qui aimait carter

ETHAN QUI AIMAIT CARTER

Auteure : Ryan Loveless

Éditeur : MxM Bookmark

Date de parution en France eBook : 23 mai 2018 (papier : 25 juin 2018)

Résumé : À vingt-quatre ans, Carter Stevenson est atteint de timidité maladive, due à son bégaiement et ses tics. Sans l’aval d’amis qui lui reprochent de laisser sa maladie de Tourette dicter sa vie, Carter déménage de Los Angeles et rejoint une petite ville tranquille de Californie où il compte faire profil bas et éviter les gens. Il n’avait pas prévu que son nouveau voisin, Ethan Hart, s’immiscerait dans sa bulle de solitude et le forcerait à sortir de chez lui pour vivre sa vie.
Depuis le début, Ethan s’est montré clair au sujet de ses sentiments pour Carter. Mais il redoute que ce dernier ne soit pas en mesure de voir au-delà de son cerveau endommagé, même si cela fait de lui quelqu’un de bien plus en accord avec ses émotions que la plupart des gens. Le problème pour Carter ne vient pas de là : il s’est déjà brûlé les ailes aux côtés de ‘parfaits’ petits amis et ne veut pas risquer de se faire briser le cœur une fois de plus.
D’une manière ou d’une autre, Ethan est déterminé à montrer à Carter qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Du moins, jusqu’à ce qu’il reçoive de tragiques nouvelles, qui l’obligent alors à se tourner vers lui pour puiser force et soutien. Carter sera-t-il en mesure d’épauler Ethan dans la tourmente ?

Merci MxM Bookmark et Netgalley France pour ce service presse.

 

Il y a des romans auxquels nous ne sommes absolument pas préparés. Clairement, même après avoir lu le pitch, l’avoir bien compris et assimilé, être une mordue des histoires qui se présentent comme poignantes, je n’étais pas prête. Mon cœur en chevrote encore et je ne sais pas comment je vais survivre jusqu’à sa sortie papier le 25 juin…

 

crown2

rez

Carter Stevenson a 24 ans. S’il écrit et compose de la musique, sa maladie et des déceptions amoureuses l’ont peu à peu désocialisé. En fait, Carter est atteint du syndrome de la Tourette et, gêné par les regards que sa maladie attire sur lui, il a tendance à vivre reclus. Aussi, Carter ne supportant plus la pression de vivre à Los Angeles, il décide de s’installer à Santa Josephina, une ville à taille plus humaine. Nouvelle maison, nouvelle vie. Carter fait une promesse : faire un effort pour ne plus se refermer sur lui-même. Et d’au moins, sortir prendre un café ? Il peut le faire. Même s’il a du mal à s’exprimer, à maîtriser les réactions de son corps, il peut essayer. Cela dit, de tous les scenarii qu’il s’était faits, il ne s’attendait pas à faire la rencontre d’une personne qui va bouleverser sa vie…

À 27 ans Ethan Hart souffre de lésions cérébrales qui le diminuent. Des années plus tôt, alors qu’il n’avait que 18 ans, celui-ci a vécu un terrible événement qui l’a laissé handicapé mentalement, et physiquement. Entouré d’amis et d’une famille aimante, Ethan vit une vie aussi normale que son état le lui permet et prend au sérieux son travail au Coffee Shop.

Les deux jeunes hommes se découvrent une passion commune pour la musique. Leurs points communs sont évidents. Leur attirance aussi. Mais si Ethan s’ouvre de la façon la plus simple à son nouvel ami, Carter lui, qui doit perpétuellement lutter contre lui-même et contre ses craintes, hésite…

 

crown2

mnavis

J’ai été émue, touchée en plein cœur.

L’histoire est émouvante, parfois dure, pourtant elle se déguste comme une pâtisserie. Parce que ce roman est un fondant au chocolat d’une douceur incroyable. Cela peut paraître paradoxal mais, alors que les sujets qui y sont abordés — comme le renfermement sur soi et l’aversion d’un handicap ou d’une orientation sexuelle — sont douloureux, le message sous-jacent sur l’acceptation de soi et d’autrui est tellement beau… L’histoire est vraiment magnifique.

Et puis, c’est simple, je me suis entichée des personnages, de tous les personnages. Les personnages principaux, évidemment, mais aussi les parents d’Ethan, son frère, ses amis… Il y a tellement d’authenticité dans ce roman, de cœurs qui s’ouvrent sans précipitation. Le tout guidé par une écriture aussi agréable que spontanée, une plume simple et instinctive comme le sont les personnages. C’est si joliment raconté que cette lecture me fond encore en bouche.

 

— Attends la nuit, avait dit Ethan, quand tu peux entendre les étoiles.

Carter était ressorti à la nuit tombée, une fois Ethan rentré chez lui. Il s’était tenu au même endroit et avait imaginé Ethan le guider pour regarder un certain point dans le ciel. Il avait trouvé les espaces entre les scintillements lointains et avait écouté. C’était difficile d’entendre (ou d’imaginer entendre) sans Ethan à ses côtés, mais il avait fait de son mieux. C’était comme de l’agitation, comme de l’eau et des cloches lointaines, un chat peut-être, et très loin, tellement loin qu’il ne pouvait presque pas l’entendre, un désir comme il ne l’avait jamais ressenti.

Il n’avait jamais su que le besoin avait un son.

 

crown2

 

En bref ?

Des personnages authentiques, sincères et familiers et une histoire pleine de vérités, ce roman fait partie de ces livres desquels on ne sort pas indemne. Mais dans le bon sens, cette fois.

 

🦄🦄🦄🦄🦄
LICORNESQUE

crown

 

Vous ne pouvez pas passer à côté de cette lecture, non, non, non !

signature

 

 

 

NOTE GLOBALE 🦄🦄🦄🦄🦄

• Histoire ? ⭐⭐⭐⭐⭐

• Originalité ? 🦄🦄🦄🦄🦄

• Personnages ? 🦄🦄🦄🦄🦄

• Addictif ? 🦄🦄🦄🦄🦄

5 réflexions sur “[Chronique] ETHAN QUI AIMAIT CARTER de Ryan Loveless

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s