𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | La nuit où les étoiles se sont éteintes de marie alhinho et nine gorman

Bonjour,

Un énorme merci à Nine Gorman, Marie Alhinho et aux Éditions Albin Michel pour l’envoi de ce roman, La nuit où les étoiles se sont éteintes.

Depuis que sa mère est en prison, Finn pense ne jamais pouvoir remonter la pente. Il se laisse sombrer et tente de s’oublier entre les bras des filles. Mais la vie prend parfois des tournants inattendus… Certaines rencontres éclairent sa route, comme des lumières dans la nuit.
Plus sombre est le chaos, plus belle sera l’étoile.
⚠️ À partir de 16 ans

« J’aimerais lui rétorquer que les étoiles s’éteignent et que quand c’est le cas, elles détruisent tout sur leur passage. J’aimerais lui dire que parfois, c’est comme ça que je me sens, comme une supernova sur le point de se transformer en trou noir. »

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Bon, on commence à se connaître, tu te doutes de ce par quoi je vais commencer :
Cette couverture est beaucoup trop belle.
Comme l’histoire qu’elle retient.

Des émotions à foison. De belles émotions comme de plus difficiles, mais un commentaire revient souvent : magnifique.
Je suis bien d’accord.
Au passage, l’avertissement éditorial et graphique, j’ai vraiment bien aimé.

Donc on disait : magnifique. Car malgré tout inspirant et positif, porté par des personnages que j’ai adorés. Des personnalités. Quel roadtrip, sur tous les plans. Exactement ce qu’il fallait à Finn et ce qu’il me fallait aussi, parce que je pense qu’on en ressort tous grandis.
La nuit où les étoiles se sont éteintes est très juste et bien écrit et puisque c’est un quatre mains, c’est d’autant plus à saluer.

Sans trop en dire : les sujets abordés passent par le deuil, la personnalité destructrice et torturée, l’identité sexuelle, la reconstruction, toutefois, il en ressort de la tolérance, du pardon, de l’amitié et plein PLEIN de sentiments intérieurs.

Un coup de cœur !

Ce titre, je sais qu’il touche des sujets sensibles mais, tu dois le lire, je te le conseille vivement en tout cas.

∴ COUP DE CŒUR ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | LES FAUCONS DE RAVERRA de Melissa Caruso

Bonjour,

Quand j’ai su que la saga sortait en poche, l’occasion était idéale pour la découvrir. Beaucoup l’avait aimée et je m’en voulais de ne pas avoir eu l’occasion de m’y plonger. Aussi, je remercie Bragelonne et le YA club pour l’envoie des Faucons de Raverra de Melissa Caruso.

Résumé T1

La magie est peu fréquente dans l’Empire raverrain, et ceux qui naissent avec ce pouvoir sont étroitement contrôlés : repérés dès l’enfance, ils se retrouvent enrôlés de force dans le régiment des Faucons.
Zaira a évité ce sort ; elle a grandi dans les rues en volant pour survivre et en dissimulant sa nature. Mais elle cache une magie rare et dangereuse, une magie qui pourrait menacer l’Empire tout entier.
Amalia Cornaro n’était pas destinée à devenir Fauconnière.
Héritière d’une puissante famille, érudite, elle vit dans le monde dangereux des machinations politiques. Mais le sort va réunir l’héritière et la sorcière en une alliance improbable.
Alors que la menace de la guerre se profile, il pourrait suffire d’une étincelle pour transformer leur cité en un brasier incandescent…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Déjà j’ai toujours été visuellement attirée par la saga, un visuel qui me donnait très envie de la connaître.
Et j’ai beaucoup aimé la découvrir avec la version poche.
C’est une saga menée par une chouette plume, qui s’introduit lentement mais qui, une fois posée, m’a aspirée. Ça a pris un peu de temps, la faute aux personnages je pense, mais la magnificence des décors m’a fait signer ! Il faut apprivoiser les personnages, c’est certain, mais l’auteure nous laisse ce temps. Attends, ce n’est pas long pour autant, l’intrigue plus politique que fantastique mène le jeu pour une grande partie. Et justement, j’ai bien aimé. Je trouve que c’était le choix le moins facile et l’auteure a bien mené l’émergence de ses effets.

La saga gagne en qualité, au fil des tomes. Avec un tome 2 qui m’a littéralement impressionnée, riche, qui monte d’un cran, et un tome trois qui suit le mouvement.

Bon… si j’avais déjà un petit grief quant aux personnages, la romance (les) m’a particulièrement frustrée. D’ailleurs ça va être ma question, ma #qotd si tu as lu la saga, frustré.e ou pas du tout ?

Cette saga a quand même été un vrai dépaysement, l’immersion attendue, j’en ai beaucoup aimé l’univers. Ce n’est pas un coup de cœur mais si tu n’as pas encore lu la saga, sa sortie en poche est le moment idéal pour tenter le coup.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | The bone season T2 de Samantha Shannon

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle de L’ordre des mimes, le tome 2 de The bone season de Samantha Shannon chez DeSaxus.

Paige Mahoney s’est échappée de la colonie pénitentiaire de Sheol I, mais ses problèmes ne font que commencer : beaucoup de survivants sont portés disparus et elle est la personne la plus recherchée de Londres …
Alors que Scion pointe son œil qui voit tout sur la marcherêve, les Seigneurs-mimes et les Reines-mimes des gangs de la ville sont invités à une rare réunion de l’Assemblée des Anormaux. Jaxon Hall et ses Sept Sceaux se préparent à occuper le devant de la scène, mais il y a de profondes dissensions au sein de la communauté des clairvoyants et de sombres secrets à chaque coin de rue.
De leur côté, les terribles rephaïm commencent à ramper hors de l’ombre. Paige doit absolument continuer à se cacher, des Sept Cadrans à Grub Street en passant par les catacombes secrètes de Camden, jusqu’à ce que le sort du monde souterrain puisse être décidé.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Si souvent les lecteurs ont dans les tomes 2 dépassé l’effet de surprise et de découverte du premier opus, ce n’est pas du tout le cas ici.
On poursuit dans cet univers absolument unique, ce mélange des genres et, surtout, on en apprend énormément !

Tu sais à quel point j’étais à fond dans le premier tome pour la créativité de l’auteure, c’est tellement riche et on est loin TRÈS LOIN d’avoir fait le tour.
Les personnages en dévoilent énormément et Paige -c’était attendu- prend de l’ampleur.

Toutefois, ce que j’aime avec The bone season, c’est de ne pas savoir à qui me fier, d’attendre suspendue à la plume de Samantha Shannon que les personnages me surprennent au tournant. L’histoire me tient à chaque page depuis le premier tome. Et je m’attends à un gros basculement pour la suite, moi et mes plans sur la comète…

Ce tome est certainement aussi bien plus visuel que le premier qui allait à cent à l’heure.

J’aime beaucoup cette saga, je remercie énormément les Éditions DeSaxus pour l’envoi de ce tome 2 et j’ai hâte qu’ils sortent la suite cet automne.

∴ TRÈS TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | Frère Wulf, L’Enlèvement de l’Épouvanteur de Joseph Delaney

Bonjour,

Aujourd’hui je te reparle d’un livre que j’ai lu il y a un petit moment déjà : Frère Wulf, L’Enlèvement de l’Épouvanteur de Joseph Delaney chez bayard | PageturnersRomans.

« Tu as pu constater à quel point il est dangereux de m’accompagner, et il te manque certaines compétences pour rester dans une relative sécurité face à l’obscur. Par chance, tu possèdes l’essentiel de ce qu’il faut à un apprenti épouvanteur. À l’époque où je cherchais un secrétaire, le prieur m’a assuré que c’était inscrit dans les archives du monastère : tu es le septième fils d’un septième fils. »
Frère Wulf, un jeune moine, doit espionner Johnson, un épouvanteur aux pratiques douteuses. Se faisant passer pour un scribe, Frère Wulf étudie le quotidien de son nouveau maître. Mais un jour, Johnson disparaît. Très inquiet, Wulf décide de chercher de l’aide. C’est donc au milieu de la nuit qu’il frappe à la porte d’une étrange maison, dont le propriétaire n’est autre que Tom Ward. Ensemble, les deux hommes partent affronter une puissante créature de l’obscur… Mais le chemin est long, et les dangers, nombreux.
Attention ! Histoire à ne pas lire la nuit.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Avec ce spin off de sa saga L’épouvanteur, Joseph Delaney nous replonge dans son univers. Pour tous les fans, c’est génial.

Ça l’est, mais… Bien sûr le titre apporte exactement ce que l’on attend : un nouveau personnage, tout frais tout neuf et plutôt doué. Toutefois, même si l’histoire change, le schéma n’est pas très très différent. Ça, c’est un peu le mal de toute saga qui met en scène les notions de douance, d’élu, de dons…

Bref, toi même tu sais.

Et en vérité, cela ne m’aurait pas tant dérangée si l’auteur ne nous avait pas laissé en plan et ne nous privait de certains de ses personnages les plus sympas. Heureusement, pas les principaux.

Je râle mais c’est quand même chouette de revenir à cet univers.
Je dois aussi admettre que c’est toujours plus agréable de ne pas avoir un personnage qui réussit tout, tout de suite, et c’est encore le cas ici avec Wulf.

Même si le schéma reste prévisible, je l’ai dit plus haut, la trinité épreuves/capacités/maîtrise monte plutôt crescendo.
Je reste pourtant en demi teinte depuis ma lecture. Je suis mitigée et c’est une des raisons à pourquoi j’ai tardé à poster mon avis.

Si tu l’as lu, tu en as pensé quoi ?

∴ UNE LECTURE MITIGÉE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | LE SEIGNEUR CACHÉ de LISA HENRY

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle de Lisa Henry, non pas pour encore te crier mon amouuuur pour son « hyperdrôlissime » Apprendre à devenir adulte (lis-le), mais pour discuter du Seigneur caché, lui aussi aux Éditions Bookmark.

Face à un choix impossible, Min pourra-t-il sauver les personnes qui lui sont chères ?
Aramin Decourcey – Min pour les intimes – est le meilleur voleur d’Amberwich. C’est aussi le gardien d’un secret qui l’aide à survivre au monde impitoyable des aristocrates et de leurs puissants magiciens. Pourtant, quand son neveu adoptif, Harry, est maudit par la famille Sabadine, Min n’a d’autre choix que d’accepter une mission suicide pour le sauver : retrouver Kazimir Stone, un Sabadine hedgewitch de bas niveau qui se trouve à Anhaga, un village en bord de mer contrôlé par le terrible Seigneur Caché des Faes.
Entre les Sabadine d’un côté, les Faes de l’autre, et Kaz qui est loin d’être le simple hedgewitch qu’il prétend être, Min n’a pas le temps de gérer une crise existentielle et encore moins l’attraction grandissante entre Kaz et lui. Il doit ramener ce dernier à Amberwich et lever la malédiction de Harry avant qu’elle ne le tue.
𝐌𝐚𝐥𝐡𝐞𝐮𝐫𝐞𝐮𝐬𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭, 𝐢𝐥 𝐯𝐚 𝐯𝐢𝐭𝐞 𝐬𝐞 𝐫𝐞𝐭𝐫𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫 𝐟𝐚𝐜𝐞 𝐚 𝐮𝐧 𝐜𝐡𝐨𝐢𝐱 𝐢𝐦𝐩𝐨𝐬𝐬𝐢𝐛𝐥𝐞 : 𝐬𝐚𝐮𝐯𝐞𝐫 𝐇𝐚𝐫𝐫𝐲 𝐞𝐭 𝐥𝐢𝐯𝐫𝐞𝐫 𝐊𝐚𝐳 𝐨𝐮 𝐬𝐚𝐮𝐯𝐞𝐫 𝐊𝐚𝐳 𝐞𝐭 𝐥𝐚𝐢𝐬𝐬𝐞𝐫 𝐇𝐚𝐫𝐫𝐲 𝐦𝐨𝐮𝐫𝐢𝐫…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Pas la même folie que pour AàDA mais pourtant, et ce malgré le genre fantasy, l’auteure glisse quelques vannes et modernités. Ici, j’ai aimé ça. Rien de trop déstabilisant, ne t’en fais pas, juste ce qu’il faut pour enrichir encore plus cette histoire.
Min est un voleur des bas quartiers mais il intéresse beaucoup une riche famille qui souhaite récupérer un de ses membres, Kazimir. Harry, le « neveux » de Min s’est mis dans le pétrin et sert à cette famille de monnaie d’échange contre Kaz.
Les talents de Min auront aussi besoin de chance et peut-être d’un peu plus…
Kaz va se montrer bien plus important que prévu et Min va devoir faire face à une difficile décision.
J’ai bien aimé les personnages, la franchise de l’histoire et les problématiques soulevées.
Le monde est lui aussi très sympa, mélange d’humains, de Dons, de malédictions, de Faes… J’ai aimé découvrir tout ça.
Je ne suis vraiment pas passée loin du coup de cœur. Juste à un cheveu. La rancune, sûrement, de ce passage prévisible, mais l’auteure avait ses plans. Les twists sont vraiment sympas.
Je te conseille ce livre, c’est un titre qui mérite tous ses avis positifs, je n’en avais entendu que du bien et je ne peux qu’ajouter le mien 🙂

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 𝚛𝚊𝚙𝚒𝚍𝚎 | KISS ME LIAR #1 (light novel) de ZIG

Bonjour,

Tu sais déjà que la fin du webtoon m’a totalement laissée frustrée, pas toi ? Aussi, je te parle aujourd’hui de Kiss Me Liar, le roman (light novel) de Zig, enfin : le volume 1.

Format numérique

A KOREAN BOY LOVE SMUT NOVEL. ADAPTED INTO A WEBTOON.
Keith Knight Pittman is an alpha who never once showed an ounce of interest towards Yeonwoo, whose life had been turned upside down by him. He was the only person who could shake Yeonwoo’s heart.
While working as Keith’s secretary, he was surrounded and traumatized by dominant alphas at the orgy party hosted by him on a cruise ship. Keith blamed him for what had happened, and Yeonwoo quit his job in consequence.
A week later, Keith comes knocking on his door begging him to return.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Je ne vais revenir que rapidement sur les problèmes de consentements du titre, j’en ai déjà parlé et si ça ne justifie pas vraiment et encore moins ne pardonne ces actes, c’est un omegaverse où les notions de rut et de chaleurs sont très présentes. Donc, trigger ET content warning.
Malgré ça, j’avais vraiment une obsession pour le webtoon tiré du roman. Mais alors… ce qu’il peut nous laisser avec mille questions ! Sur l’histoire principale, son background peu précis, des scènes qui restent assez énigmatiques et sujettes à trop d’interprétations. Et en ce qui concerne les personnages secondaires ? Pire frustration EVER ! On ne sait rien. On s’interroge de fou.
Bref, du coup, je me suis retournée sur la version roman avec l’espoir d’assouvir mes curiosités. J’ai donc pris la version anglaise disponible sur Amazon, qui est le volume 1 et s’arrête à [SPOILER ALERT] l’attaque au couteau [\SPOILER].
Cette première partie a déjà répondu à pas mal de mes questions, je suis contente, on comprend un peu mieux certaines scènes du webtoon, on en apprends beaucoup aussi. Par exemple sur la vie de bureau de Yeonwoo et Keith, et sur la vie personnelle de Yeonwoo !! Énormément de détails qui n’apparaissent pas dans le webtoon.
Évidemment, il reste des questions… logique.
Sinon, l’anglais est très accessible. Et c’est là que ça blesse car… Heureusement que je suis accro à l’histoire parce que la qualité d’écriture est tout juste dans la moyenne. C’est basique, sans intérêt particulier au niveau de la plume. Désolée, c’est dit.
Mais je suis contente car ma curiosité est satisfaite x) je ne regrette pas d’avoir craqué et je lirai la suite.
D’ailleurs, quelqu’un en sait plus ? Une date ?

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | L’EMPIRE d’écumE T1 d’Andrea Stewart

Bonjour,

Aujourd’hui je te (re)parle du tome 1 de L’Empire d’Écume d’Andrea Stewart chez BigBang @bragelonnefr @leyaclub. À cause de mon absence forcée, ces derniers mois je me suis surtout contentée de poster sur les livres qui m’ont le plus plu et je t’ai souvent laissé.e avec des avis trop rapides lorsque ceux-ci m’avaient moins convaincue. Ce fut le cas pour La fille aux éclats d’os, donc maintenant que j’ai tout mon temps, je corrige ça.

Dans un empire contrôlé par la magie d’os, Lin, la fille de l’empereur, va devoir lutter pour réclamer son droit au trône.
Sur toutes les îles de l’Empire, on prélève sur chaque enfant un éclat d’os derrière l’oreille, lors d’un rituel trop souvent mortel. Depuis son palais, l’empereur utilise ces précieux fragments pour créer et contrôler de redoutables chimères animales, les concepts, qui font régner la loi. Mais son autorité vacille et partout la révolte gronde.
Sa fille, Lin, a été privée de ses souvenirs par une étrange maladie et passe ses journées dans l’immense palais plein de portes closes et de noirs secrets. Pour regagner l’estime de son père, elle décide de se lancer dans le périlleux apprentissage de la magie d’os.
Une magie qui a un prix… alors que la révolution vient frapper aux portes du palais, Lin devra décider jusqu’où elle peut aller pour reconquérir son héritage… et sauver son peuple.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Malgré l’imaginaire incroyable de l’auteure et une histoire très dense, je suis passée un peu à côté de ma lecture. La multiplicité des points de vue et le rythme ont fait que j’ai eu des difficultés à me laisser imprégner. Toujours un pas à côté des événements, dont j’ai apprécié les nombreux rebondissements, je ne les ai pas pleinement vécus. C’est dommage, parce que pour certains de ces rebondissements… !

Cela dit, le titre a aussi ses points forts et ceux-là, impossible de passer à côté.
Il y a de la représentation dans ce roman, avec une romance FF et avec cet univers asiatique. Pour le coup, ça j’ai vraiment su apprécier.
Puis la magie d’os, les concepts, l’univers… je sais reconnaître le travail de l’auteure.

Je suis vraiment triste de ne pas avoir totalement pénétré le titre (dit comme ça, c’est bizarre, mais tu as compris). Je pense le relire dans de meilleures conditions, la tête moins pleine et moins stressée, ça peut aider.
Par contre, et ça c’est sans appel, son édition reliée est particulièrement élégante, je l’aime vraiment beaucoup.

.

∴ JE DOIS RELIRE CE TITRE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | LA VIE INVISIBLE d’ADDIE LARUE de V.E. Schwab

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle de La vie invisible d’Addie Larue de V.E. Schwab aux éditions LUMEN.

Une nuit de 1714, dans un moment de désespoir, une jeune femme avide de liberté scelle un pacte avec le diable. Mais si elle obtient le droit de vivre éternellement, en échange, personne ne pourra jamais plus se rappeler ni son nom ni son visage. La voilà condamnée à traverser les âges comme un fantôme, incapable de raconter son histoire, aussitôt effacée de la mémoire de tous ceux qui croisent sa route.
Ainsi commence une vie extraordinaire, faite de découvertes et d’aventures stupéfiantes, qui la mènent pendant plusieurs siècles de rencontres en rencontres, toujours éphémères, dans plusieurs pays d’Europe d’abord, puis dans le monde entier. Jusqu’au jour où elle pénètre dans une petite librairie à New York : et là, pour la première fois en trois cents ans, l’homme derrière le comptoir la reconnaît. Quelle peut donc bien être la raison de ce miracle ? Est-ce un piège ou un incroyable coup de chance ?
Embarquée dans un voyage à travers les époques et les continents, poursuivie par un démon lui-même fasciné par sa proie… jusqu’où Addie ira-t-elle pour laisser sa marque, enfin, sur le monde ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

L’amplitude de ce roman est énorme, ne serait-ce que par sa temporalité, c’est son gros point fort, son originalité, son concept.
Ce gros bébé est un page-turner, son succès mondial n’est plus à prouver, l’idée, le concept, du génie signé V.E. Schwab, mais j’ai trouvé -personnellement- qu’il souffre de quelques longueurs, ou plus précisément d’une grosse différence de vitesse sur certains passages. Tu me diras qu’à l’épaisseur, il faut s’y attendre, et je suis d’accord. C’est évident. Après je n’ai pas non plus eu envie de le refermer pour autant, loin de là, très loin de là, l’histoire est trop originale pour ça, car C’EST un véritable page-turner. Ça peut te paraître très brouillon comme réflexion, mais il faut lire le roman pour comprendre. C’est une vraie expérience.

Les personnages d’Addie et de Henry ont un rapport à leur situation qui leur est personnel et presque sur deux hémisphères tant ils ne le supportent pas de la même façon. Je me sens un peu seule, moi qui ai carrément souffert avec Henry, je sais qu’il ne fait pas l’unanimité. Par contre je suis d’accord, le charisme des personnages ne se vaut pas de l’un à l’autre et Luc est très au-dessus.

Je dois aussi te parler de l’objet, les choix pour cette édition sont assez culottés. Au premier regard j’ai mesuré toute la fragilité de la jaquette-calque et du blanc salissant de la couverture, ça m’a fait peur. Un instant j’ai même cru avoir été victime d’une contrefaçon, un instant seulement. Mais MAAIIIIS ces choix ont leur sens. Et sérieusement, plus culotté et plus original, tu meurs. Bref, fragile mais très sympa.


Et toi, tu as lu cet ovni ?

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | TRY BABY de Lou Marceau

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle de Try Baby de Lou Marceau chez Hugo | New Romance, que je remercie pour l’envoi ainsi que Babelio pour ses masses critiques.

Format broché • 17€

Tadzio Steadman est une star internationale du rock qui n’a pas l’habitude qu’on lui résiste. Surtout quand il s’agit d’une jolie femme.
Svetlana Lukic est une jeune chirurgienne, brillante et habituée à se battre pour réussir.
Elle n’est pas du tout attirée par les hommes et a appris, au contraire, à mener sa carrière sans eux.
Ils n’auraient jamais dû se côtoyer mais Svetlana est la seule qui peut opérer le grand-père de Tadzio.
Leur première rencontre se passe plutôt … très mal. Elle le trouve prétentieux et insupportable. Lui pense, au contraire, pouvoir la mettre dans son lit sans aucune subtilité.
Pourtant ils vont devoir composer et aller au delà des apparences, entre concerts de rock et balades dans New York.
Et si essayer une fois pouvait changer leurs vies ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

La prétention peut-elle rencontrer une personnalité qui lui résiste ? La prétention, c’est bien sûr Tadzio, star imbue du rock qui va se faire rembarrer par Svetlana, la chirurgienne qui doit opérer le grand-père du bellâtre insupportable. Et pour cause, entre autres, la belle aime les femmes.
Mais entre caricatures et raccourcis, des choix faussement clichés, délibérés de l’auteure, le titre surprend. Pour mieux casser les barrières et les certitudes et rafraîchir grandement le trope principal. Ça fait du bien.

J’aurais pu hurler quant à l’orientation sexuelle de la belle chirurgienne et me plaindre de la tournure que celle-ci prend, tu vas t’étonner que je ne le fasse pas, possible, mais la dynamique qui se crée entre Lana et Tadzio est vraiment géniale. Bien faite.
J’aime que l’auteure ait choisi des personnages (tous) aussi originaux, aussi riches et profonds.

Oublie les raccourcis du début. Ce qui aurait pu n’être qu’un jeu, qu’une quête ou un défi de l’impossible, se transforme en quelque chose de très attachant, agréable et amusant.

J’aime la modernité du fond, de la forme et plus globalement de la plume de Lou Marceau. Car même si l’on a droit à de la légèreté, le titre est aussi fort et sarcastique. Que demander de plus ?

J’ai passé un bon moment. J’ai vraiment eu l’impression que malgré ce côté romance entendue, l’auteure nous emmenait autre-part et autrement. Je valide tellement.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | PHOBOS – T1 L’envol des éphémères

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle de Phobos – T1 L’envol des éphémères, premier volume de l’adaptation BD de l’incontournable saga de Victor Dixen et ce, chez Glénat BD.

PHOBOS (bd) T1

Six filles. Six garçons. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer.
Ils veulent marquer l’histoire avec un grand H.Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.Elle veut trouver l’amour avec un grand A. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…Même si le rêve tourne au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Ou plutôt, notre avis, car RoeignsBD s’est aussi laissé tenter par le titre. Surpris.e ? 😂
Du coup, retrouvailles pour moi et découverte pour le chéri. Quoique « découverte », pas vraiment, il connaissait les grandes lignes de la saga (il se pourrait que je lui en ai parlé un peu, beaucoup… et souvent). Oh ça va, je te vois, je sais que tu fais pareil !

Sans surprise, énorme coup de cœur. L’adaptation est clairement réussie.
C’était risqué. Avec un titre comme Phobos, ça passait ou ça cassait, il ne fallait absolument pas décevoir. Le défi était de taille.
Mais l’histoire et les personnages prennent vraiment toute leur dimension, même si -évidemment- nous n’en sommes qu’au début. D’ailleurs, quand arrive la fin de l’album, impossible de ne pas te dire « Naaaaaaaan, pas déjà ! »
Que ce soit le dessin ou les couleurs, les artistes ont vraiment fait poper l’univers.
Ce premier tome a EN PLUS directement fidélisé RoeignsBD, ce qui est chouette, je vais pouvoir le bassiner encore plus, krkrkrr.

On a kiffé. Vivement la suite !

∴ COUP DE CŒUR ∴