𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | HADES HANGMEN 2 – SANS FOI NI LOI de Tillie Cole

Bonjour,

Le premier tome, hors-la-loi, avait été un très bon moment lecture. Lien de la revue du tome 1, ici.

À noter que, pour moi, il est essentielle d’avoir lu le premier livre de la série avant de lire celui-ci. Ne serait-ce que pour mesurer la différence d’adaptation entre les filles à la vie post-« communauté ».

Est-ce que l’histoire entre Kyler et Dalila peut être à la hauteur de celle entre Styx et Mae ? C’était LA question que je me posais en entamant de livre…

HADES HANGMEN T2 • Chez Milady

La beauté peut être une malédiction ; la foi une prison. Seul l’amour peut vous délivrer. Chaque jour, Kyler Willis savoure la liberté des grands espaces sur sa moto, boit sans limite, et s’envoie en l’air avec les femmes les plus sexy. Désormais vice-président d’un gang de bikers, il ne se prive de rien… jusqu’à ce qu’une blonde torride entre dans sa vie. Celle que son club et lui ont récemment tirée d’une secte sordide. Contraint de s’occuper d’elle, il s’aperçoit qu’outre un corps de rêve, elle serait peut-être la seule à pouvoir lui offrir l’impossible : un amour inconditionnel. Mais le nouveau prophète qui guide la secte est bien décidé à ne pas abandonner la jeune femme aussi vite.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Dalila et Maddie, les « soeurs » de Mae, ont été libérées de l’horrible secte par les Hangmen, le club de bikers au centre de cette série. Les deux jeunes femmes se retrouvent au QG des bikers et ont une période de transition post-Ordre bien différente de celle de Mae. Chacun(e) étant différent(e), rien de plus normal. Sauf que, pour Dalila, fermement ancrée dans la religion, cela s’avère particulièrement compliqué. Ky, le VP des Hangmen, bras droit de Styx, prend à cœur d’aider la jeune femme – et son attirance pour la très belle blonde n’y est évidemment pas pour rien.

Étonnamment, malgré le manque de sérieux et de mœurs de cet homme, plus l’histoire avance, plus il prend son rôle de protecteur très au sérieux.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Ky, bien plus attachant qu’il n’y paraît. Si mon point de vue sur le VP des Hangmen n’était pas des plus favorables au début de ce livre, Ky a su m’impressionner et gagner mon respect page après page. Comme je n’attendais pas grand chose de lui, je ne me l’étais pas imaginer aussi gentil et patient. Et sûrement pas amoureux. J’ai reçu une vraie belle surprise. Le biker est un cœur tendre, finalement.

Une légère frustration. Le formatage sectaire de Lila était si fort que j’avais presque atteint ma limite d’exaspération. Presque. Mais après un pic royal de frustration, la jeune femme a retrouvé ses esprits (façon Lila, du moins) et cela m’a soulagée.

Beaucoup de violence et de haine. Comme dans le premier tome, l’ambiance générale du roman est intense. Tendue, dangereuse. Mortelle. J’aime beaucoup cette ambiance. La vie des bikers n’est pas de tout repos mais c’est ce qui donne le rythme à cette série. Contexte oblige, la violence verbale et physique est elle aussi toujours très présente, il ne faut pas oublier que l’auteure s’attaque à de sacrés sujets. Les MC, bien entendu, mais aussi les dérives sectaires, la violence, le nazisme, la suprématie blanche…

En « fil rouge », l’histoire du prophète. Depuis la fin du premier tome, nous en savons un peu plus sur Rider, et sa connexion avec l’Ordre. Ordre qui n’en a évidemment pas fini avec les Hangmen. Et puis… il y a cette pseudo-prophétie. L’Ordre veut sans surprise récupérer ses « filles ». Surtout Mae.

Les Hangmen, je suis accro. J’ai apprécié de retrouver tous les autres Hangmen, dont Styx, qui tient une place toute particulière dans mon cœur. C’est définitif. Mais aussi Tank, Letti, Flamme et tous les autres. Flamme qui – Ô JOIE – est au centre du tome 3 ! J’ai plus qu’envie de découvrir ce personnage à la folie énigmatique.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚎𝚝 𝚊𝚛𝚝𝚒𝚌𝚕𝚎 𝚎𝚜𝚝 𝚒𝚗𝚍𝚒𝚜𝚙𝚘𝚗𝚒𝚋𝚕𝚎 𝚙𝚘𝚞𝚛 𝚕𝚎 𝚖𝚘𝚖𝚎𝚗𝚝

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 𝚛𝚊𝚙𝚒𝚍𝚎 | TEXTROVERT de Lindsey Summers

Bonjour,

J’ai hésité longtemps entre une note de 3 et de 4 étoiles, j’ai opté pour 3. Parce que, comme pour toutes mes lectures issues de wattpad, il m’a manqué le facteur émotionnel. Cela dit, l’histoire a ses points forts qui sont indéniables. L’auteure a bien fourni son récit et, pour une fois, les personnages ont une vraie, vraie épaisseur.

Le phénomène Wattpad

Non seulement Keeley a échangé par accident son téléphone avec celui d’un autre, mais en plus elle va devoir attendre une semaine avant de pouvoir le récupérer car Tavin, le garçon qui a pris son portable, a quitté la ville! Les deux lycéens vont coopérer pour se transférer leurs messages et, à force d’appels et de textos, apprendre à se connaître. Jusqu’à leur rencontre fatidique où Tavin n’a d’autre choix que de révéler son identité. Maintenant qu’elle connaît la vérité, Keeley peut-elle encore lui faire confiance?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Une fille et un garçon perdent malencontreusement leurs téléphones portables lors d’une fête foraine, sans se croiser ils pensent retrouver leurs téléphones respectifs mais, en réalité, ils les ont intervertis. L’histoire est lancée. Ils passent toute une semaine à s’envoyer des messages, le temps qu’ils puissent se voir et procéder au ré-échange des téléphones.

Keeley est une jeune fille dans l’ombre de son frère jumeau, capitaine de l’équipe de football de leur lycée.

Lui se présente comme un mec cool et entouré, prénommé Tavin, jouant lui aussi au football, mais dans un autre lycée.

Les deux lycéens apprennent à se connaître par messages interposés et grâce à quelques coups de téléphone. Le courant passe plutôt bien, le jour de leur rencontre pour se rendre les mobiles approche et Keeley devient un peu nerveuse à l’idée de voir enfin Tavin. Keeley farfouille dans le téléphone de son nouvel ami afin d’avoir un poids de pression et de quoi l’obliger à lui transférer ses sms et appels. Le répertoire du jeune homme est bien rempli, il semble être populaire et entouré de mille amis. Tout ce qu’il lui a dit sur lui semble vrai, mais Tavin reste parfois très évasif, jusqu’au moment où il est obligé d’en venir aux aveux…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Pour garder un peu de mystère, je ne vais pas en dire plus sur l’histoire, mais je vais parler plus en détail des personnages. Globalement, le point fort de l’auteure. (L’histoire restant assez basique dans l’univers des plateformes d’écriture.)

Des personnages visiblement travaillés

La densité de la relation entre Keeley et son frère, est bien déroulée sur tout le roman, avec quelques twists bien placés et un vrai questionnement sur leur avenir. Cela rend la jeune fille bien vivante et en 3D.

En ce qui concerne Tavin, j’ai craqué sur les détails, comme les peeps et la personnalité très texane de sa maman.

Défaut émotionnel

Oui, parce qu’il faut bien un « c’est pas mal, mais ». Comme je l’ai précisé plus haut, je n’ai pas ressenti de montagnes russes émotionnelles quant aux relations entre les personnages, c’est resté encore très linéaire de ce côté là, en comparaison avec d’autres romans « young adult » du type Dans chacun de mes mots ou 13 raisons (le livre hein, pas la série). Et puis il n’y a pas grand chose de soulever dans ce roman, il n’y a en soi que la romance pour soutenir toute l’histoire, c’est plutôt léger.

Textrovert est un roman young adult qui a de bonnes pages, de bons mots, de bons personnages, certes, mais sans plus ; Une lecture qui s’apprécie, sans prise de tête et sans coup au cœur.

∴ UNE LECTURE SYMPATHIQUE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | CLASH – PASSION COUPABLE de Jay Crownover

Bonjour,

Passion coupable est le deuxième tome de la série Clash (Saints of Denver) qui, pour celles et ceux qui vivraient dans une grotte, vient se greffer à la série des Marked Men. Quoi, tu ne les as pas lus ? File donc les lire tout de suite, qu’est-ce que tu attends ? T’es encore là ? Si oui, je vais continuer en décidant arbitrairement que tu les as lus et que, du coup, je peux me permettre quelques spoilers.

~ série CLASH ~ Collection &h

Le désir n’obéit à aucune loi. Une fille à papa, sans diplômes, sans travail, menteuse et petite délinquante. Avett n’a aucune illusion sur l’image que se fait d’elle son avocat bien sous tous rapports. Quaid Jackson, rasé de près, costume à deux mille dollars, sex-appeal à damner une sainte – ce qu’elle est très loin d’être –, est sans doute le seul à pouvoir lui épargner la prison aujourd’hui. Alors qu’elle s’est juré de revenir sur le droit chemin, coucher avec l’homme qui tient son avenir entre ses mains serait sans doute la plus mauvaise décision possible… Mais n’est-ce pas sa spécialité ? Si elle en est là aujourd’hui, c’est parce qu’elle a toujours été incapable de faire le bon choix…

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Ici, dans Passion coupable, Avett, la fille aux cheveux roses de Brighton « Brite » Walker, vous savez, celui dont Rome Archer tient désormais le bar (dans Rome). Eh bien, elle a été arrêtée et a de très sérieux ennuis. Tout cela n’est évidemment pas étranger au braquage du bar (son arrestation a été évoquée dans Asa) et on apprend très vite que, justement, Asa Cross est à l’origine de la présence de l’avocat charismatique qui se trouve devant elle. Cet avocat, propre sur lui, tiré à quatre épingles, attirant, s’appelle Quaid Jackson (oui, vous le connaissez déjà) et il est très doué. Une opportunité pour Avett, car elle est dans de sales draps. Chargée par Jared, son ex petit copain, qui lui met sur le dos l’entière responsabilité dudit braquage.

« Ça faisait longtemps que je partais en vrille, que mes actes m’entraînaient toujours plus bas, dans une spirale infernale. Et, comme je n’avais rien fait pour briser cette logique d’autodestruction, un jour, forcément, j’ai touché le fond. Mais je n’aurais jamais cru que la chute serait aussi rude. »

Très vite, les deux héros de ce roman se dessinent comme étant à l’opposé l’un de l’autre du spectre. La fille paumée qui ne s’attire que des emmerdes et la figure d’ordre et de justice qu’est son avocat. Seulement, cette façade aseptisée qu’est la vie de Quaid Jackson cache bien des choses, aussi cet homme est très loin de l’image que j’en avais de lui dans le livre précédent. Tout comme Avett qui, non seulement, prend conscience de sa situation, mais est torturée par l’idée d’avoir perdu le soutien de son père…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

C’est donc ainsi que démarre le roman. Mais très vite, il est entendu qu’ils ont tous les deux besoin l’un de l’autre. Si ce n’était pas le cas, ce ne serait pas un bon roman, pire, ce ne serait pas un bon « Jay Crownover » !

Des personnages qui se dévoilent

J’ai aimé les personnages du début à la fin, j’ai adoré les découvrir petit à petit et le résultat m’a… conquise ? C’est peu de le dire. Plus il faut gratter un personnage, plus je l’aime. C’est un fait, et je n’ai pas été déçue une seule seconde dans ce tome.

Avett donne le ton dès le départ, ce qui, au passage, est un des points forts de Jay Crownover : ses incipit. Je l’ai toujours dit et le répéterai encore, j’en suis sûre. Et puis, on se sent toujours bien dans l’univers de cette auteure, même dans les pires endroits et les pires moments. Un autre de ses atouts. Et ici, dans ce roman, on fait le grand écart entre deux mondes – et il ne s’agit pas seulement de l’opposition entre les deux personnages principaux…

En effet, ce qui m’a personnellement touchée, c’est la vie de Quaid (Oui, bon, quelle surprise ! Je sais.) La dualité du personnage est juste Wouahhh. J’en perds mes mots. Pardon, mais l’homme m’émeut. Le côté dur, froid et lisse du béton (son présent) contre le côté chaud et friable de la terre (son passé) ne m’a pas laissé indifférente, et j’ai aimé voir les deux se rejoindre.

Attention, Avett n’en est pas moins intéressante ! Elle a les épaules et l’histoire (les histoires) pour faire face à cet homme fort et charismatique. Son personnage ne se laisse pas dévorer, bien au contraire. Son personnage est tumultueux et vif, et a aussi ses secrets (comme si cela n’était pas évident).

L’univers « Jay Crownover »

Cerise sur le gâteau, ce tome nous (re)plonge dans un univers de dangers que Jay Crownover maîtrise à la perfection. Que demander de plus ?

Croyez-moi sur parole, surtout si vous aimez déjà l’auteure et son style bien particulier d’écriture, ce roman est pour vous.

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | LES INSURGÉS 1 CONQUÊTE de Elle Kennedy

Bonjour,

Il est préférable de commencer cette chronique en précisant qu’il s’agit d’une dystopie romantique, que l’histoire se déroule donc dans un futur proche mais « post-troisième-guerre-mondiale » et qu’il y a de nombreux passages érotiques.

Une fois n’est pas coutume mais… la couverture m’a littéralement happée ! Je la trouve terrible (dans le bon sens du terme), et parfaite pour le genre du roman.

Format broché • Hugo NR (dystopie romantique, érotique)

Hudson Lane est la demi-soeur du leader des Souverains qui ont pris le pouvoir et instauré la loi martiale. Son frère a décidé de la marier à son second, ce qu’elle ne veut même pas envisager. Elle s’enfuit et risque la mort pour cette désertion. Dans sa fuite effrénée, elle croise le chemin de Connor Mackenzie qui a pris la tête des Insurgés. Elle ne peut lui révéler sa véritable identité. Entre ces deux-là naît une attirance immédiate, mais Connor n’est pas tout à fait prêt à accueillir une inconnue dans son groupe et Hudson va devoir lutter pour se faire accepter. Elle découvre ce que c’est que de vivre avec les Insurgés, les difficultés et les dangers du quotidien. Elle découvre aussi les histoires terribles qu’ont vécues ses nouveaux compagnons à cause des Souverains, en particulier celle de Connor et de sa famille. Mais son terrible secret va finir par être découvert, sa situation au sein des Insurgés est devenue plus que précaire. Connor va-t-il accepter qu’elle reste parmi eux ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

J’ai noté ce premier tome comme LICORNESQUE, alors vous imaginez bien que je l’ai adoré ! Je sais que les avis divergent beaucoup sur cette série, parce que le lectorat est parfois dérouté par le genre et/ou le sexe très présent, mais je ne comprends pas pourquoi.

Je m’explique…

En effet, beaucoup n’ont pour point de comparaison que la série OFF CAMPUS de Elle Kennedy et sont restés figés sur cette ligne, mais l’auteure a pourtant déjà écrit sur pas mal d’autres fronts, c’est ce qui me plaît chez Elle Kennedy : ses romans sont aussi variés que bons ! Cela dit, elle sait aussi quelles sont les bonnes cartes à avoir dans son jeu et les utilisent de manière cyclique — ce qui n’est pas un tort. On retrouve donc ici quelques détails déjà croisés lors des romans précédents, et cela m’a plu. Nostalgie oblige. D’ailleurs, en parlant de sexe, même dans sa série OFF CAMPUS, il était loin d’être sous sa forme idéalisée et lisse. Elle Kennedy n’a jamais fait du sexe un tabou, ni fait dans la demi-mesure. Soyons honnêtes, les partenaires multiples, les trios sexuels et l’exhibitionnisme sont abordés dans ses autres romans, dont OFF CAMPUS.

D’une part, la dystopie

Dans ce roman, cette dystopie, le monde a changé. Une guerre mondiale a éclaté et a ravagé la planète entière, et de nouvelles lois régentent la vie des habitants des cités. Au-delà des murs de ces cités, vivent les insurgés – des hors-la-loi aux yeux du gouvernement -, qui tentent de survivre dans un monde d’insécurités. Hudson vivait dans le luxe d’une cité, elle était même issus d’une famille très privilégiée, mais tout bascule le jour où son frère Dominik veut la marier avec un de ses collègues gradés, un Exécuteur sans pitié qui se nomme Knox. Hudson ne l’entend pas de cette oreille et décide de fuir la cité. Elle se retrouve alors à devoir se cacher en terre libre, seule. C’est là qu’elle croise la route de Connor Mackenzie et de ses hommes. Des insurgés qui possèdent un campement sécurisé et qui savent se battre, une solution idéale pour Hudson qui doit se cacher des Exécuteurs qui sont à ses trousses.

Mais Connor est un homme compliqué et un chef exigeant qui ne donne que difficilement sa confiance, Hudson ne peut pas lui dire qui elle est réellement et joue la carte du mensonge pour intégrer le campement. Si Connor n’est pas insensible aux charmes de la jeune femme, il se méfie, il sait qu’elle lui ment… Pourtant, il lui ouvre quand même les portes de son camp.

Hudson découvre alors que la vie en terre libre ne suit pas les mêmes règles que dans la cité. Les hommes et les femmes insurgés abordent la vie au jour le jour, dans un monde où il faut vivre sans lendemain. La vie ne tient souvent qu’à un fil à cause de la menace permanente des Exécuteurs, du manque de vivres et de soins médicaux. Des bandits rodent également en terre libre et ils n’ont rien à perdre. Hudson participe à son premier raid pour voler des vivres au gouvernement, pour remercier ses hommes Connor les emmène dans une « maison close », Hudson découvre alors que pour évacuer la pression permanente de la survie, les insurgés s’adonnent au sexe et à l’alcool. Mais ils abordent cela d’une façon beaucoup plus libre, en prenant simplement le plaisir offert, et pas forcément par sentiments comme elle l’a toujours connu. Un concept qu’Hudson a du mal à comprendre au premier regard, ce qui confère à Connor la preuve qui lui manquait : la jeune femme vient bien de la cité.

C’est ici que les appréciations divergent sur ce roman…

… mais une dystopie érotique

La dystopie fait globalement l’unanimité, mais la façon dont la sexualité y est abordée, beaucoup moins. Personnellement je la trouve très cohérente avec cette vie sans lendemain, et pour ce qui est de la fréquence élevée des scènes de sexe (et en tout genre), pour moi la cohérence est là aussi. Au début du roman on apprend que les hommes de Connor n’ont pas souvent l’occasion de succomber à toute forme de plaisir, que ce soit l’alcool, la gourmandise ou le sexe. Il n’est donc pas surprenant que Connor, Rylan et Hudson profitent de la situation. Non ?

… les autres personnages

Rylan. Justement, parlons un peu des personnages de ce roman. Les hommes de Connor suivent le leader charismatique, mais sont tous vite attachants :

– Rylan, le meilleur ami et bras droit de Connor.

– Xander, un jeune génie de l’informatique.

– Kade, un autre jeune homme, un citoyen échappé de la cité que Xander a pris sous son aile.

– Et Pike, l’énigmatique bourru du groupe…

On s’attache vite à chacun de ces hommes. Il en va de même pour les autres personnages, tels que Lennox et Jamie, qui s’occupent de la plus ou moins « maison close » qui se trouve à quelques heures du camping occupé par le groupe. Les personnalités et motivations des autres personnages restent encore vagues et on s’attend à les recroiser dans les prochains tomes ; comme Tamara, une dangereuse et puissante contrebandière, et Reese, la femme de poigne qui règne sur la ville de Foxworth et qui plaît visiblement beaucoup à Rylan.

D’autre part, la romance

J’ai remarqué que, d’une façon générale, le lectorat avait un problème avec le qualificatif de dystopie romantique, y voyant plus d’érotisme que de romance. Encore une fois, je ne suis pas d’accord. OK, le sexe saute aux yeux, mais la romance est bien là. Dans tous ces petits détails qui font que l’on ressent les sentiments réprimés de Connor pour Hudson, cela a tout de la romance traditionnelle.

En bref ? Ce premier tome m’a conquise, et j’attends avec impatience les suivants, pour découvrir la suite de cette dystopie accrocheuse, et pour plonger plus en profondeurs dans les « couples » Lennox/Jamie(tome 2) et Rylan/Reese/Sloan(tome 3).

La relation entre Lennox et Jamie m’ayant laissé un fort bon sentiment, j’ai hâte d’avoir le tome 2 entre les mains !

Sortie du tome 2 ADDICTION, le 5 octobre 2017, voir la revue ici.

Sortie du tome 3 DOMINATION, le 2 novembre 2017, revue .

∴ LICORNESQUE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | HADES HANGMEN 1 – HORS-LA-LOI de Tillie Cole

Bonjour,

Les MC. Le thème du club de motards, j’aime. J’adore, même. Mais après avoir lu les différents tomes des Reapers Motorcycle Club, édités aussi chez Milady Romance, j’avais peur de commencer cette série et de relire exactement la même chose. Eh bien, pas du tout. L’environnement est le même, le jargon aussi, forcément, mais Tillie Cole s’attaque à d’autres sujets…

dont les dérives sectaires. Sujet qui m’a refroidie à la lecture de l’introduction. Refroidie, mais intriguée, j’avoue. J’étais partagée et j’avais hâte de lire ce roman pour voir où il allait m’emmener.

HADES HANGMEN T1, chez Milady

River Styx, un biker-né, souffre d’un terrible défaut d’élocution. Alors qu’il est encore enfant, il rencontre une étrange petite fille, dans une forêt derrière une clôture, et réussit à lui parler. Troublé, il l’embrasse avant qu’elle prenne la fuite. Des années plus tard, Styx est à la tête du gang des Hades Hangmen et pense ne jamais revoir cette fille dont le souvenir le hante. Jusqu’à ce qu’il la retrouve inconsciente derrière son club. La jeune femme a fui la secte dans laquelle elle a grandi et Styx lui offre ses bras protecteurs. Mais peut-elle trouver sa place dans cet univers de hors-la-loi ?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

L’histoire de River Styx et de la fille aux yeux de louve démarre du haut de leur dizaine d’années et de façon mi-mignonne mi-mystérieuse, du moins pour River. Le River enfant. Seulement, ils ont tous les deux une vie à l’écart du monde. Lui vit dans le monde brutal et compartimenté des bikers, avec sa hiérarchie et ses mœurs lascives. Elle vit recluse, cloisonnée dans un monde sectaire déviant, abusif et malsain. Ils n’étaient pas supposés se recroiser, et pourtant, le destin va remettre la fille aux yeux de louve sur la route de Styx, le petit River devenu adulte. Un homme sans pitié, devenu le Président muet et craint du Chapitre Mère des Hangmen.

Si la jeune femme se retrouve aujourd’hui devant Styx c’est parce qu’elle a fui la secte qui la retenait recluse. Elle découvre le monde hors des barrières de sa communauté, et hors des préceptes malsains auxquels elle a dû se plier jusque là.

Mae n’a pas oublié le petit garçon qui l’a embrassée à travers la clôture de la secte, enfant. Lui non plus. Comment oublier la jolie petite fille qui lui a donné son premier baiser.

Styx ne parle à personne, normalement, si ce n’était à son père (maintenant décédé) et à son meilleur ami, bras droit au club, Kyler. Et Mae, à qui il avait parlé depuis ce grillage. D’ailleurs, il arrive toujours à lui parler, pour elle sa gorge se dénoue.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Styx a ce défaut d’élocution qu’il cache aux yeux du monde en parlant avec les mains. Il est aussi tout un panel de personnalités à lui tout seul : homme impulsif, homme violent et craint, homme secret, homme de principes, homme amoureux, doux et protecteur… et j’en passe. Je l’ai adoré sous toutes ses casquettes.

Mae et lui ne se sont jamais oubliés. Styx souffre de ce qui est arrivé à Mae pendant toutes ses années, ce qui lui vaut de s’éloigner d’elle le temps d’un ‘voyage d’affaires’ pour le club, temps durant lequel Rider, un Hangman dont Mae se sent proche, va attendrir la jeune femme, et une proximité va naître entre eux. Proximité qui ne va pas plaire à Styx, jaloux. Il va alors s’ouvrir davantage à sa belle, qui n’attendait que ça…

Une histoire qui se profile déjà compliquée

Ils sont prêts à parier leur avenir l’un sur l’autre, seulement leurs vies sont compliquées et menaçantes. Les Hangmen, le club de motards, trafiquant d’armes, a des ennemis, des rivals, des hommes qui veulent marcher sur leurs plates-bandes. La communauté de Mae, de son côté, n’aime pas perdre ses brebis… Les menaces pèsent. Et puis il y a Rider, toujours épris de la jeune femme…

Cette série n’est pas une douce romance, il y est question de mort, de vengeance, de trafic, de viols, de règlements de comptes. J’ai tout aimé dans cette histoire et, finalement, les sujets abordés ne m’ont pas gênée, bien au contraire.

Mention spéciale pour Styx. Styx est trop mignon avec Mae, ce bégaiement qui le rend faillible, la férocité dont il sait faire preuve… Gros gros battements de cœur rien que pour lui.

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | RISK de Fleur Ferris

Bonjour,

J’ai mis un temps fou à me plonger dans ce livre qui était dans ma PAL depuis un siècle. Et je m’en suis vraiment voulue de l’avoir laissé de côté aussi longtemps, honte sur moi !

Ce roman de Fleur Ferris, édité chez Hugo Roman (New Way) est un vrai petit bijou. C’est très bien écrit, j’entends par là que la lecture reste fraîche malgré le sujet dramatique. Ce livre soulève un problème dont on pense déjà tout savoir, ce qui est vrai, mais pourtant… On imagine le sujet trop lourd à porter, peut-être même déjà trop abordé ? Eh bien, pas du tout, je pense qu’il ne le sera jamais, JAMAIS, assez.

Format broché • Hugo New Way

Taylor et Sierra sont meilleures amies depuis toujours. Même si Taylor en a parfois un peu marre : pourquoi est-ce toujours Sierra qui obtient tout ce qu’elle veut ? Notamment ce Jacob Jones, qu’elles ont rencontrées ensemble sur un chat en ligne. Évidemment, c’est Sierra qui, encore une fois, décroche un rendez-vous ! Mais le lendemain, Sierra ne rentre pas. Le jour suivant, toujours pas de nouvelles… Son amie a une fâcheuse tendance à vivre comme bon lui semble, sans forcément penser à prévenir les autres. Est-ce que Taylor ne s’inquiète pas pour rien ? Seulement au bout de trois jours, Taylor doit tout avouer aux parents inquiets, et les deux familles se retrouvent plongées dans un monde qu’elles n’auraient jamais cru connaître. Celui des enquêtes policières, des témoignages, des indices, de la recherche d’un ravisseur… ou d’un tueur ?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Taylor et Sierra, deux adolescentes modernes et amusées, font ce que toutes font à leur âge : elles sont inscrites et discutent sur différents réseaux sociaux et sites. Elles sont déjà tombées sur des types un peu louches, bien sûr, elles le savent et en rigolent. Sauf qu’aujourd’hui, elles sont ensemble devant l’écran, et tout se passe bien.

Celui avec qui elles font connaissance s’appelle Jacob et les deux filles craquent rapidement pour lui. Il est jeune, beau, surfeur, habite Brighton… Wouah, elles sont sous le charme. Ce que les filles ne savent pas c’est que, le soir venu, Jacob continue de discuter avec chacune des filles dans le dos de l’autre…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Le roman est du point de vue de Taylor, qui se voit comme l’ombre de Sierra, toujours plus jolie et appréciée des garçons. Même Callum, le garçon qui lui plaît au lycée, en pince pour Sierra. Mais cette fois la roue tourne, Jacob, le jeune homme rencontré sur internet, s’intéresse à elle, à ELLE ! Taylor est sur un petit nuage pendant plusieurs jours, jusqu’à ce qu’elle apprenne le pot aux roses. Jacob a aussi beaucoup discuté avec Sierra, pire, il lui a proposé un rencard.

Taylor est déçue et en colère. C’est dans ce climat un peu froid entre les deux filles que Taylor laisse Sierra aller à son « rencard »… C’est toujours avec la même rancœur au ventre que Taylor apprend que Sierra va passer la nuit avec Jacob, ce n’est pas la première que son amie fait cela, ce qui n’arrange pas les sentiments de Taylor. Seulement, le lendemain, Sierra ne rentre pas… Sierra, un poil égoïste et fonceuse, n’en est pas à son coup d’essai… Alors à partir de quand doit-elle réellement s’inquiéter ? Une fois Taylor et ses amis inquiets, comment en parler ?

La faute à la naïveté ? Pas si simple, l’auteure l’a très bien compris. Internet est un piège géant. Non, pire, il est un milliard de pièges tordus. Être prudent paraît facile, mais ça ne l’est pas toujours « dans l’élan », « dans l’euphorie » du moment T. Ce moment est très bien dépeint dans ce livre, ce flottement pendant lequel on peut tomber, même si on « sait » déjà tout, dans un de ces pièges. Dans ce livre, l’auteur sait être là où il faut, et avec l’angle qu’il faut. Le lectorat de ce roman n’est pas pris pour un idiot, ni bêtement montré du doigt. Non !

Et les personnages (les victimes, directes et indirectes), encore moins.

Et l’auteure ne s’arrête pas là. RISK ne s’arrête pas au drame lui-même, et va plus loin dans le parcours des personnages.

Je n’en dirai pas plus sur les événements, sur la progression, parce qu’il est vraiment important, à mon avis, de lire ce roman et de vivre cette histoire avec les personnages. De les accompagner.

Ce que je peux dire, par contre, c’est que ce roman amène les moments difficiles avec fluidité, il ne heurtera pas trop les cœurs sensibles mais suffisamment pour vous rappeler la dure réalité. En tant que lecteur vous êtes face au drame, face à ceux qui restent, mais vous n’êtes pas oppressé par trop de lourdeur. Fleur Ferris a très bien su amener sur le tapis toutes les difficultés des personnages sans nous écraser. La famille, les amis, qu’ils soient plus ou moins proches… On comprend chaque personnage et la façon qu’à chacun de réagir à la situation. La culpabilité, la colère, le retrait, le deuil…

Un roman à lire, vraiment. Comme je le disais plus haut, il serait formidable que chaque adolescente lise ce roman. Parce que Taylor et Sierra sont des jeunes filles très cohérentes, très réalistes, elles pourraient être les amies, les petites sœurs, les filles de tout un chacun. Ce qui rend ce roman encore plus bouleversant.

Risk est mon très gros coup de cœur Young Adult. Je le conseille très vivement, aux parents autant qu’aux adolescentes.

∴ COUP DE CŒUR ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | BAD 1 AMOUR INTERDIT de Jay Crownover

Bonjour,

J’ai lu Amour interdit de Jay Crownover, le premier tome de la série BAD.

Collection &H

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé. Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Bax sort de prison, et toute une liste de questions sans réponse. Il se met alors à la recherche de Race, celui avec qui il faisait régner la terreur dans The Point, son meilleur ami, mais celui-ci reste introuvable.

Que s’est-il passé le jour où il a été envoyé en prison ? Et que s’est-il passé depuis ? Pourquoi race a disparu des radar ? Ses recherches le mènent à Dovie, la demi-sœur cachée de Race.

Son frère a été clair : ne faire confiance à personne. Personne sauf un dénommé Bax. Dovie sait que le jour où celui qui qui porte une étoile tatouée sur la tempe la trouvera, elle pourra lui faire confiance, à lui et à lui seul. C’est Race qui lui a dit avant de disparaître. Alors quand Bax débarque dans son appartement, elle s’accroche à lui, et à l’espoir de retrouver son frère.

Bax n’est pas un grand bavard. Plus jeune, il n’était pas intéressé par l’école mais plutôt par la rue et ses dangers. Tout l’oppose à Dovie, étudiante à l’allure juvénile et sage. Ils vont pourtant avoir besoin l’un de l’autre pour retrouver Race, car The Point est une ville dangereuse, de ces endroits où l’on ne traîne pas seul la nuit…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Bien plus sombre que les Marked Men

Jay Crownover a une plume bien particulière, et dépeint particulièrement bien l’atmosphère qui couvre de noirceur The Point. L’insécurité.

D’ailleurs, la ville de The Point est presque un personnage à elle toute seule, tellement elle est importante. Aussi, j’adore les expressions et la vivacité du langage de l’auteure.

Dès l’incipit de ce roman, vous êtes dans le bain. Pas le temps de vous mouiller la nuque ! Trois lignes, c’est tout ce qu’il m’a fallu pour que ce livre soit un coup de cœur. Et, accessoirement, pour être raide dingue de Shane Baxter.

L’auteure nous a prévenu, la série Bad ne sera pas sur des gentils garçons mais sur de vrais mauvais gars, des hommes qu’il faut craindre. Tout le livre est dans cet esprit, et comme il s’agit du premier tome d’une série, cela donne déjà une idée de la couleur des suivants. Je me fais une joie de les lire.

∴ COUP DE CŒUR ∴

𝙲𝚎𝚝 𝚊𝚛𝚝𝚒𝚌𝚕𝚎 𝚎𝚜𝚝 𝚒𝚗𝚍𝚒𝚜𝚙𝚘𝚗𝚒𝚋𝚕𝚎 𝚙𝚘𝚞𝚛 𝚕𝚎 𝚖𝚘𝚖𝚎𝚗𝚝

𝙲𝚎𝚝 𝚊𝚛𝚝𝚒𝚌𝚕𝚎 𝚎𝚜𝚝 𝚒𝚗𝚍𝚒𝚜𝚙𝚘𝚗𝚒𝚋𝚕𝚎 𝚙𝚘𝚞𝚛 𝚕𝚎 𝚖𝚘𝚖𝚎𝚗𝚝