𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | PLUS FORT de Robin York

Bonjour,

Plus fort de Robin York publié chez Milady est la deuxième et dernier tome de la duologie Caroline & West. Voir ma revue du tome 1, Plus loin, ici. J’avais beaucoup trop besoin de cette suite après avoir refermé le tome 1, la fin m’avait laissée sans voix et au bout de ma vie.

Ma revue peut vous divulgâcher le premier livre.

Si vous n’avez pas lu le tome 1, je vous déconseille de lire la suite.

Format broché • chez Milady

« Il me manque à un point intolérable, comme un membre fantôme. Je suis incapable de me défaire de mon addiction. Tout en moi brûle de le retrouver, avec une telle violence que j’en perds le sommeil. C’est plus fort que moi, et j’ai peur que ce désir ne faiblisse jamais. » West est parti, laissant derrière lui Caroline et ses études qui le promettaient à un brillant avenir. Il croyait que c’était la chose la plus difficile au monde ; il se trompait. Quand son père meurt, West se retrouve face à un terrible dilemme : rester auprès des siens ou renouer avec l’université de Putnam et en faire profiter sa petite soeur ? Caroline est prête à tout pour l’aider, mais elle ne se laissera pas détourner de son objectif, aussi ambitieux soit-il. Et si leur rencontre n’avait été que le début de quelque chose de tellement plus grand – de tellement plus fort ?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

West est reparti pour Silt, et la vie doit continuer pour Caroline. Mais comment tourner la page quand West l’appelle de temps en temps, bourré et au fond du trou ? C’est encore pire quand, une nuit, celui-ci lui téléphone pour lui annoncer la mort violente de son père. Un drame que Caroline ne peut évidemment pas ignorer, elle décide donc de faire sa valise et de partir le rejoindre — à Silt, dans l’Oregon.

« J’avais accompli l’impossible en m’éloignant de Caroline.
Puis ma vie n’a fait qu’empirer. »

Même si elle est là par amour pour lui, West ne veut pas de Caroline dans son monde, un monde dont il a honte, un monde auquel Caroline n’appartient pas. Aussi, pour West, il n’y a pas d’autre option : il faut que Caroline reparte pour Putnam. Lui vient alors une idée. Une idée monstrueuse, une idée qui va tout briser.

Après ça, après l’énorme erreur de West, Caroline repart. Et West est plus malheureux que jamais. Coincé à Silt, seul pour faire face au drame qui a touché sa famille, seul à s’occuper de sa petite sœur Frankie et à se préoccuper de son avenir, West voit son monde sombrer. Mais surtout, il voit l’avenir de Frankie s’étioler dangereusement. Aussi, alors que sa famille baisse les bras, que sa mère démissionne complétement de son rôle de parent, il sait qu’il doit réagir. Alors West quitte Silt, et il emmène sa sœur avec lui.

Le jeune homme est de retour à Putnam et doit réapprendre à être l’étudiant qu’il était. Pas facile pour West puisqu’il doit endosser, en plus de celles qu’il porte déjà, une casquette supplémentaire : celle de « tuteur » pour Frankie.

De retour dans la même université que Caroline, les chemins des deux étudiants ne peuvent que se croiser, mais West essaie de se tenir à bonne distance de la jeune femme. West s’en veut de ce qu’il a fait à Silt, il ne se pardonne pas son acte destructeur…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Les retrouvailles tant espérées entre Caroline et West ne sont que de très courte durée. West nous brise le cœur en même temps qu’il tente de briser celui de Caroline. Un acte que, nous, lecteurs, lui pardonnons difficilement. Mais le couple nous manque.

Ce tome 2 démarre fort ! Le choc émotionnel est à la hauteur de celui ressenti en fin de tome 1.

Comme dans le tome 1, West érige un mur entre lui et Caroline. Cependant, cette fois, croit-il encore lui-même en ce mur ? Rien n’est moins sûr. Mais pour le jeune homme, qui a de nouvelles responsabilités et dont la relation avec Frankie n’est aujourd’hui plus aussi fusionnelle, tout est à refaire. Ou presque. Heureusement, Caroline s’invite de plus en plus dans la nouvelle vie de West et un basculement s’opère entre les personnages. La force a maintenant très clairement changé de camp.

Une évolution notable entre les deux tomes. Ce tome est bien plus mature que Plus loin. Un véritable passage vers l’age adulte pour nos personnages. Ce tome est aussi plus orienté sur le combat que mène West pour réussir le nouveau rôle qu’il s’est donné que sur celui de Caroline contre la cyber-vengeance, sans pour autant perdre de l’importance du combat de la jeune femme. Je ne sais pas si cela était un choix volontaire de l’auteure ou juste mon ressenti, mais cela n’a pas été pour me déplaire — j’adore le personnage de West.

Une rotation, un total changement d’angle, la terre a pivoté sur son axe ! Entre ce tome et le précédent, on sent l’évolution des personnages et tout le poids de ce qu’il leur est arrivé. En tant que lectrice j’ai apprécié que l’auteure bouscule une nouvelle fois l’ordre des choses. West, qui était la béquille de Caroline dans la plus grande partie du tome 1, se retrouve ici sur le fil et en total manque de confiance. Un revers important. Et cette fois, c’est Caroline qui va tenir le rôle de l’épaule solide, ce qui n’est pas pour me déplaire non plus !

Par contre, il m’a semblait que la plume était moins vive et affûtée que dans le tome précédent, avec la maturité prise par les personnages elle m’a paru plus calme et avec plus de recul. C’est très bien, mais… Si la part de franchise est toujours là, certaines originalités du tome 1 m’ont interpelée par leur absence.

Si vous avez lu cette duologie, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à m’en parler dans les commentaires.

Donc. Caroline. Un personnage bien « plus fort » que dans le T1 ? D’accord, je me suis sentie plus investie dans les problèmes de West dans ce second tome, cependant, Caroline n’est pas en défaut. Le combat de la jeune femme contre Nate et ce dont elle a été victime n’est pas oublié, mieux, l’histoire passe un cap. Ce n’est plus simplement contre Nate, mais plus globalement contre la cyber/porno-vengeance que Caroline lutte désormais. Son tempérament fait qu’elle voit toujours plus grand. 👊✊ Caroline n’a plus peur, elle s’affirme, se montre plus forte que jamais. Et tant mieux car, dans ce tome, il faut parfois qu’elle se batte pour deux afin d’éviter à West de se noyer…

Who run the world ? GIRLS !

(C’est Beyoncé qui le dit, c’est forcément vrai.)

À noter que là où de nombreux livres ont échoué à m’apporter une véritable crédibilité à l’émancipation du personnages féminin, et nombreuses sont les histoires qui pour moi se sont vautrées : par exemple Fifty, After, Driven, j’en passe… seule Robin York m’a convaincue.

En bref ?

Ce tome, Plus fort, est une lecture qu’on ne peut pas refermer avant la fin, parce qu’il nous faut être certains que tout va bien se passer pour eux, et pour Frankie.

J’ai aimé retrouver ces deux personnages que je chéris tout particulièrement, si on oublie la « faute » commise par West au début de ce tome, j’aime tout ce qu’il y a entre Caroline et West. Leur duo, leurs personnalités, leurs colères, la tendresse qu’ils se portent. Leur amour. Le support qu’ils s’accordent l’un à l’autre. J’ai aimé parcourir le chemin avec eux. Caroline et West n’est qu’une duologie, pourtant j’ai l’impression d’avoir passé huit tomes avec eux. Je les aime d’amour. Et je recommande plus que chaudement l’histoire de Caroline et de West.

∴ TRES BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | PLUS LOIN de Robin York

Bonjour,

Caroline et West, ou l’histoire qui a tout changé pour moi ♥, celle qui m’a redonné pleinement le goût de la lecture.

Je me souviens avoir commencé ce livre sans trop savoir où j’allais, je n’avais même pas lu la quatrième de couverture ! La sobriété de la couverture avait suffi à me séduire au moment où les autres livres du genre n’étaient que couples tatoués enlacés et autres lascivetés.

ÉDIT : La couverture de l’édition de poche, on en parle ? D’où est-ce que West est tatoué ? Pitié. Non. Cela casse toute l’intelligence de ce roman. Enfin, à mon goût. Parce que, oui, je trouve cette histoire « intelligente » et plus profonde qu’il n’y paraît.

Mais très bien, d’accord. Après tout, ce roman, c’est aussi un New Adult. Il ne déroge pas aux bases du genre : l’apprentissage des sentiments et du sexe. Mais au-delà de ça, j’ai trouvé que ce premier tome (et le second encore davantage) a su casser certains codes qui, justement, commençaient à un peu me lasser…

/!\ Ma chronique, parce que j’avais trop à extérioriser, risque de contenir quelques spoilers.

Format broché • chez Milady

La réputation de Caroline est ruinée depuis que son ex a publié sur Internet des photos d’elle en pleine action. Alors qu’elle tente de faire disparaître toute trace de ce scandale, un garçon qu’elle connaît à peine prend sa défense. West n’est pourtant pas un jeune homme fréquentable, ce n’est un secret pour personne. Le père de Caroline a beau interdire à sa fille de lui adresser la parole, elle se sent irrésistiblement attirée par lui. Finira-t-elle par lui dire qu’elle voit en lui autre chose qu’un bon ami ??

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Caroline Piazecki et son petit ami Nate étudient à l’Université de Putnam dans l’Iowa. Caroline est l’archétype de la gentille et parfaite étudiante. Studieuse, elle a de grandes ambitions politiques. Elle vient d’Ankeny, une ville calme et bourgeoise où elle vivait une vie tranquille avec son père et ses sœurs. Une vie de rêve et une éducation de rêve malgré le décès de sa mère des années plus tôt.

Seulement, sa rencontre avec West Leavitt, un autre étudiant de Putnam, va tout changer…

Caroline n’est pas indifférente à la présence de ce garçon qui occupe dans un premier temps la chambre face à la sienne, avant de mystérieusement déménager à l’extérieur du campus l’année suivante. Si rien ne se passe entre eux, puisqu’ils se parlent à peine, Caroline est attirée par West, un fait qui n’est pas totalement sans rapport avec son choix de rompre avec Nate.

Une rupture qui semble amicale, comme tant d’autres.

Malheureusement, les apparences sont parfois trompeuses… Et quelques semaines plus tard des photos de Caroline apparaissent sur des sites pornographiques. Des photos d’elle, nue, des clichés osés que Nate avait pris alors qu’ils étaient encore ensemble et qu’il était le seul à avoir. Et bientôt tout le campus semble avoir reçu un mail avec un lien vers ces photos…

C’est évidemment une catastrophe pour Caroline, et pour l’avenir professionnel qu’elle s’était imaginé.

Malgré les protestations de Nate, tout laisse à penser qu’il est à l’origine de la mise en ligne des photos. Qu’il ne s’agit là de rien d’autre qu’un cas de porno-vengeance.

Caroline pourrait craquer, elle en aurait le droit, mais elle se l’interdit – ce qui bouscule l’image de l’habituelle faible fille à papa. Elle refuse même l’aide de West qui, bizarrement, se montre brusquement protecteur envers elle. Allant jusqu’à littéralement casser la gueule de Nate dans l’enceinte de l’Université.

West aurait-il des sentiments pour Caroline ? Caroline aimerait le croire, mais en même temps : elle a peur de lui, de son image. West est intelligent, bosseur, mais c’est aussi un « mec à problèmes ». Un dealer et un bagarreur. Et Caroline n’a pas besoin de cette mauvaise publicité, pas alors que tous les regards sont déjà braqués sur elle. Pourtant, malgré les alarmes dans sa tête, West lui plaît et elle finit par chercher à se rapprocher de lui.

De son côté, West ne sait pas quoi faire. S’il a fui la chambre qu’il occupait face à celle de Caroline et s’est installé avec son ami Krishna en dehors du campus, c’est à cause de son attirance pour la jeune femme. West ne peut pas se permettre de faire entrer qui que ce soit dans sa vie, surtout pas une fille comme Caroline Piazecki. Le jeune homme a des projets, il s’est fixé un objectif, un plan qu’il a tracé et duquel il ne peut pas se détourner. Et Caroline ne peut pas faire partie. Ce ne serait bon ni pour elle ni pour lui.

Il impose alors à Caroline les limites de leur relation, à peine une amitié. « Ils ne seront pas amis ».

Mais est-il possible d’aller éternellement à l’encontre de ses sentiments ?

Si Caroline doit lutter contre les répercussions de la porno-vengeance de Nate, West doit lutter contre l’envie de faire entrer Caroline dans sa vie. Une vie dont il peine à parler…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

La porno-vengeance, un sujet épineux mais terriblement actuel. J’aime que l’auteure ait osé aborder ce sujet et j’aime la franchise avec laquelle il est évoqué. Sans artifice, sans tabou. La toile de fond de ce roman est posée dès le début et de manière très intense. L’exposition est tout sauf une simple excuse au roman.

L’intelligence et le courage des personnages. L’auteure a fait le choix de personnages à l’intelligence certaine. Toutefois, les situations dans lesquelles ils se retrouvent restent très cohérentes. Dans ce roman Caroline et West nous prouvent que l’on peut être très intelligent et faire des mauvais choix, des erreurs. Tous deux ne manquent pas non plus de courage. Parce que Caroline prend au fil des pages de front son problème, relevant toujours un peu plus la tête. Mais celui dont l’histoire me touche le plus, c’est West. La pression perpétuelle qu’il se met, les sacrifices qu’il est prêt à faire pour sa famille, puis pour ses amis, une vraie leçon. D’ailleurs, pour ce qui est de se mettre perpétuellement la pression, Caroline n’est pas mal non plus.

Un style très affûté. J’ai beaucoup aimé le style qu’a utilisé l’auteure dans ce registre, sa plume est tantôt crue, brutale, sale, tantôt fine et affutée.

Mon cœur a très mal vécu la fin de ce tome 1. <spoiler!>J’ai vécu le départ de West comme une véritable tragédie personnelle.<!> Si je n’avais pas pris la peine de m’informer, et d’apprendre qu’il y avait une suite à ce livre, j’aurais été frustrée – heureusement, j’ai pu enchainer directement avec le tome 2.

Petit détail, mais… suis-je la seule à voir en West Leavitt un peu de Holden Caulfield dans L’Attrape-cœurs (The Catcher in the Rye) de Salinger ?

J’ai avalé les deux tomes en très peu de temps, parce que l’histoire ne devait pas s’arrêter là, il en était hors de question ! Un gros coup de cœur pour cette duologie. Voir la revue du tome 2 –> ici.

∴ LICORNESQUE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | UGLY LOVE de Colleen Hoover

Bonjour,

Premier article/chronique sur le nouveau blog, et pour ouvrir le bal j’ai choisi de revenir sur Ugly Love de Colleen Hoover publié chez Hugo – New Romance. Avant toute chose, car autant le dire tout de suite, j’ai un petit problème avec le pitch. Plus précisément avec cette partie : « Quand Tate Collins rencontre Miles Archer, elle sait que ce n’est pas le coup de foudre. Et pour cause, le beau pilote n’a de temps que pour les aventures sans lendemain. » Je me suis dit en soupirant : Oh non, non, non, non, non, encore ce genre de personnage masculin… J’aurais pu ne pas acheter ce livre. Mais c’était un Colleen Hoover, alors je me suis laissée tenter. Et à ma grande surprise, Miles n’est absolument pas un gars qui multiplie les aventures, il est même tout l’inverse.

Format broché

Quand Tate Collins rencontre Miles Archer, elle sait que ce n’est pas le coup de foudre. Et pour cause, le beau pilote n’a de temps que pour les aventures sans lendemain. Ils ne peuvent pourtant pas nier leur attraction mutuelle, aussi immédiate que brûlante. Alors pourquoi ne pas se laisser séduire, quand le sexe est si bon ? Pas d’attaches, simplement la passion… Leur arrangement semble parfait, tant que Tate accepte de respecter les deux règles de Miles : Pas de question sur le passé, Ne pas espérer de futur. Cependant, ils vont vite comprendre que le coeur ne suit pas d’autres règles que les siennes. L’amour, même quand il n’est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Tate est étudiante et pour être au plus près de l’hôpital où elle travaille, elle s’installe dans l’appartement de son frère Corbin qui est pilote de ligne et de ce fait, souvent absent.

L’idée est bonne. Pratique. Seulement quand Tate débarque devant la porte dudit appartement, elle trouve un ami de Corbin à terre sur le palier, complètement bourré. Une première rencontre avec Miles Archer un peu déroutante.

Miles habite en fait l’appartement en face de celui de Corbin et est pilote de ligne dans la même compagnie. Et bien sûr, Tate craque rapidement pour lui. Malheureusement la jeune femme va apprendre qu’il ne donne aucune priorité à sa vie amoureuse, et que rien ne semble atteindre son cœur de pierre. Il n’est pas facile pour Tate d’éviter l’attirant Miles puisque celui-ci habite l’appartement d’en face, sans compter les soirées foot pendant lesquelles lui et d’autres pilotes viennent squatter la télé de Corbin…

S’il se pourrait que Miles soit lui aussi attiré par Tate, le jeune homme ne veut lui accorder que le temps de succomber au désir et lui impose certaines règles :

– Pas de question sur le passé.

– Pas d’espoir sur le futur, ou sur d’éventuels sentiments. Juste du sexe.

Aïe. Tate est-elle prête pour une relation aussi tordue ? Pas vraiment, mais le jeune homme lui plaît beaucoup et elle est prête à essayer. Sauf que… Tate tombe éperdument amoureuse…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Ce roman pourrait être comme un millier d’autres mais encore une fois, c’est un Colleen Hoover. Alors évidemment, ce n’est pas le cas. Déjà, c’est un roman en double points de vue, mais un double point de vue un peu particulier. Très graphique. Oui, graphique, c’est bien le mot. La plume moderne de Colleen Hoover est une nouvelle fois rafraîchissante. Vous comprendrez en découvrant à la mise en forme de certains passages, et même de chapitres entiers.

Ce roman s’appuie sur des personnages certes simples mais très humains.

« Il sourit.
Enfin je crois.
Ses lèvres se sont à peine étirées, mais elles se resserrent aussitôt en ligne droite.
Fausse alerte. »

La syntaxe, j’en ai parlé au-dessus, est très importante et en dit long sur l’un et l’autre des personnages mais l’alternance des points de vue apporte également beaucoup. En effet, le point de vue de Tate est au présent tandis que celui de Miles, pour une large partie du roman, concerne son passé.

Et, poncif de la new romance et de la romance en général, si le jeune homme agit de la sorte — je fais bien entendu référence aux restrictions de leur relation –, c’est qu’une raison le pousse à mettre de telles barrières. Un drame qui pour une fois m’a touchée. J’ai eu beaucoup d’empathie pour Miles et sa détresse.

Il y a un autre personnage, plus en retrait, mais qui porte ce livre du début à la fin. Cap’taine. Le vieil homme apporte énormément au roman. Les échanges qu’ont les personnages avec lui sont agréables et tendres, ce sont des moments que j’ai particulièrement appréciés lors de ma lecture..

En bref ?

Ce roman est loin d’être la New Romance classique à laquelle je m’attendais, il va bien au-delà des premières apparences. Ugly Love est l’un de mes Colleen Hoover favoris avec Maybe Someday, Hopeless et Losing Hope.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙿𝚘𝚞𝚛𝚚𝚞𝚘𝚒 𝚌𝚎 𝚋𝚕𝚘𝚐 + 𝙵𝙰𝚀

𝙰𝚕𝚘𝚛𝚜, 𝚙𝚘𝚞𝚛𝚚𝚞𝚘𝚒 𝚌𝚎 𝚋𝚕𝚘𝚐 ?

Eh bien, je ne sais pas. Mais pourquoi pas ?

Plus sérieusement, j’ai ouvert ce blog en 2017 d’abord pour moi-même. Je voulais  -comme beaucoup d’autres- garder une trace écrite de ce que m’avait fait ressentir mes lectures et ainsi pouvoir revenir dessus, plus tard. C’était ma primo-motivation.

Toutefois, depuis, une fois sortie des forums sur lesquels je flânais avant, j’ai découvert une nouvelle communauté aussi passionné.e.s que je le suis. Des copinautes devenu.e.s des ami.e.s proches. Et dans le même temps, je me suis perdue sur Bookstagram, j’y ai découvert un autre partage et ces mêmes personnes formidables, adorables et qui ô joie m’ont incitée à continuer, à m’aventurer vers d’autres lectures, puis d’autres…

Ma passion pour la lecture n’a pas cessé de croître et mes goûts ont évolués. Aujourd’hui je vois le chemin parcouru, la différence. Je me suis complètement redécouverte.

Mais se connaît-on jamais totalement ?

𝚅𝚒𝚗𝚌𝚎 | 𝚂𝚊𝚍𝚍𝚒𝚎 𝙳

Il paraît que je suis une lectrice un brin barrée et beaucoup trop spontanée. Moi, je ne confirme que le fait d’aimer lire. Je lis de tout mais j’ai, pour être honnête, une préférence féroce pour les gros frissons, la SFFF, l’imaginaire, la romance et l’homoromance. J’ai une passion pour les marqueurs du merveilleux, ce pourquoi j’ai -entre autres- une addiction aux couronnes et une affection toute particulière pour le retelling de contes.

En dehors de la lecture, mes passions sont : les balades en forêt, la magie de la nature, les films d’horreur, écouter très très fort du rock et du métal et expérimenter tous les DIY possibles et imaginables du bricolage.

𝚁𝚘𝚎𝚒𝚐𝚗𝚜𝙱𝙳

Courant 2020, RoeignsBD a rejoint le blog pour quelques articles. Adepte de role-play, de GN et de Tolkien, il est un grand fan de fantasy. S’il lit essentiellement de la SFFF et des romans graphiques, ses lectures de prédilection, il s’aventure parfois vers les frissons et le paranormal.

Intervenant ponctuel, le temps lui manque pour être régulier, il peut tout de même pointer le bout de son nez n’importe quand.

J’espère que tu continueras à lui faire bon accueil ici et sur les réseaux sociaux -puisqu’il partage ma vie, je le préfère de bonne humeur x)

𝙻𝚎𝚜 𝚊𝚟𝚒𝚜 ?

RoeignsBD et moi-même partageons ici nos avis et notre passion pour la lecture. Une passion qui prend beaucoup de place dans notre vie, comme pour toi, j’imagine. Cependant, nos avis restent très subjectifs. C’est avec tous les efforts du monde que nous faisons au mieux pour rester impartiaux mais cela n’exclut pas de nos avis nos propres personnalités et notre spontanéité. Ces avis sont donc avant tout les nôtres et il faut le rappeler : il y a autant d’avis qu’il y a d’individus. Nous avons cette chance, préservons-la ❤

𝙱𝚘𝚗 𝚙𝚞𝚋𝚕𝚒𝚌 ?

L’idée même peut faire grincer des dents mais, oui, oui RoeignsBD et moi sommes fait du même bois et tu peux le dire : un bon public.

Ce côté bon public s’exprime avant tout par un rapport particulier à la lecture qui nous pousse souvent à vivre celle-ci avec plus d’entrain que de raison, toutefois, ce n’est PAS l’assurance qu’un titre va nous plaire.

Et si par expérience Roeigns et moi avons appris sur nos goûts et nos attentes, ils restent toute cette part d’inattendu qui peut faire d’un titre un coup de cœur ou une déception.

Des déceptions, il y en a toujours. Nous en avons pleuré des titres, beaucoup, mais ne pas accrocher et/ou ne pas aimer ne veut pas dire tout un tas d’arguments à partager… Jamais nous ne cachons nos abandons ou déceptions mais souvent, il y a trop peu à dire pour écrire un billet.

𝙻𝚊 𝚗𝚘𝚝𝚊𝚝𝚒𝚘𝚗 ?

Après avoir expérimentés différentes notations, la note sur 5, sur 10, sur 20, et pas de note du tout, c’est la réflexion par étoiles que nous avons choisi de garder. Et afin que celle-ci soit adaptée à tous les sites dédiés sur lesquels nous partageons les avis, la notation par étoiles pleines. En dehors de l’abandon, les notes vont donc de 0 à 5 étoiles.

Toutefois, pour rester juste et le plus nuancé possible, les étoiles sont accompagnées d’un dernier et ultime commentaire.