[Chronique] LA VALSE DES SOUVENIRS de Garrett LEIGH

la-valse-des-souvenirs

LA VALSE DES SOUVENIRS

Auteure : Garrett LEIGH

Éditeur : MxM Bookmark

Date de parution : 22 aout 2018 (eBook) ; 24 septembre 2018 (papier)

Pitch : Jodi Peters est une créature solitaire et son job de web designer n’aide pas. Il sort deux fois par semaine pour déjeuner avec son ex, qui est devenue sa meilleure amie, et de temps en temps dans un bar gay douteux pour une aventure sans lendemain, et c’est bien suffisant pour lui, non ?
Puis, il rencontre Rupert O’Neil, un pompier fraîchement divorcé. Ce dernier est visiblement seul et perdu, mais il est aussi le plus gentil des mecs que Jodi ait jamais rencontré. Ajoutez à cela le courant grisant qui passe entre eux, et Jodi ne peut s’empêcher de tomber éperdument amoureux. Il lui propose de partager son appartement douillet sur Tottenham, un véritable sanctuaire où ils pourraient créer une famille à leur manière… et pendant quatre années, la vie lui semble parfaite.
Jusqu’à ce qu’un cruel coup du sort ne lui arrache tout ça. Un moment de distraction et Jodi se retrouve à se battre pour une vie dont il ne se souvient pas, brisant ainsi le cœur de Rupert. Jodi ne le reconnaît pas… et n’en a pas envie. Alors qu’il reste très peu de l’homme qu’il aime, Rupert se raccroche aux quelques bribes de foi qu’il a encore et prie pour que Jodi puisse apprendre à l’aimer une seconde fois.

[Service presse] Je remercie de tout cœur, et encore plus fort que d’habitude, Johanna de MxM Bookmark pour ce SP.

Lire la Suite

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | L’HONNEUR DE PRESTON de Mia Sheridan

Bonjour,

Il n’y a vraiment que Mia Sheridan, et Brittainy C. Cherry, pour me faire ressentir ça, cette chute dans ma poitrine, celle de mon cœur, en juste quelques petits mots. Comme ça, l’air de rien.

Cela a encore été le cas avec cette lecture.

Hugo – New Romance

Ils étaient deux frères –des jumeaux– je les aimais tous les deux, mais mon âme n’appartenait qu’à l’un d’entre eux. Toute sa vie durant, Annalia Del Valle a aimé Preston Sawyer. Elle a grandi dans une cabane dans Central Valley en Californie, mais a découvert la liberté, dans la ferme Sawyer vosine et auprès des garçons qui étaient ses seuls amis. Preston est amoureux de Annalia depuis son enfance. Il a réussi à le lui cacher jusqu’ à ce que leurs mondes – comme leurs corps– sont entrés en collision par une chaude nuit d’été. Une nuit qui va bouleverser leur vie pour toujours. Après avoir disparu corps et âme pendant six mois Annalia est de retour en ville. Si Preston a échappé à son désespoir amoureux, son sens de l’honneur et sa fierté parviendront-t-ils à le retenir à nouveau, lorsque, l’objet de son désir de toujours, est de retour. Comment fait-on pour dépasser les blessures du passé ? Réparer L’irréparable ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Annalia a grandi à Linmoor, dans la région agricole de Central Valley, en Californie. D’origine mexicaine et très pauvre, enfant elle n’avait pas vraiment d’amis, si ce n’est les frères Sawyer, deux garçons un peu plus âgés, – des frères jumeaux – , Cole, plein de malice, et Preston, l’attentionné. Encore haute comme trois pommes Lia rêvait d’être différente, d’être plus facilement acceptée. Et même si au fond elle aimait cet endroit, quelques années plus tard, jeune adulte, elle dut partir.

Ce roman est un deux temps. Entre le passé des personnages et le présent. Le roman démarre le jour du retour d’Annalia à Linmoor, après six mois d’une absence inexpliquée.

« Linmoor, c’était ma ville natale, la ville où j’avais grandi et où j’avais laissé une partie de mon coeur. Ma poitrine s’est serrée, j’ai senti l’angoisse monter en moi. J’ai fait tout mon possible pour la contenir. J’y étais bien parvenue jusqu’alors. Je pouvais y arriver encore. »

Preston n’en revient pas, Lia est revenue. Dès les premières pages on sait qu’il s’est passé quelque chose entre elle et lui et qu’un bébé est né de cette relation. Vous voilà déjà addict à cette histoire, parce qu’il vous faut savoir le comment du pourquoi.

Le passé, le présent

Une grosse partie du roman est consacrée à nous apprendre ce qui est arrivé de leur enfance au départ de Lia. Des scènes d’enfance et d’adolescence que j’ai fortement appréciés. Exactement le type de scènes qui me font chavirer et adorer les personnages. Puis les personnages grandissent… On comprend l’impact de chaque décision. De chaque choix. Le comportement des personnages aujourd’hui. Cole💔… J’ai peur de trop en dire et de vous gâcher cette lecture, ce qui serait bien dommage.

Dans L’honneur de Preston, il est question d’acceptation, de parole, et de pardon.

Toute la magie de l’auteure

L’écriture de Mia Sheridan est tellement particulière, passant de l’élégance à une simplicité qui nous happe de réalisme. Et ces certaines scènes, si touchantes, dans lesquelles l’auteure met à nu ses personnages — c’est vraiment très particulier. Propre à l’auteure et à ses personnages. Des personnages vrais auxquels on s’attache très facilement, et qui ne peuvent pas nous laisser insensibles. Leur histoire est toujours poignante, c’est la marque de fabrique des romans de Mia Sheridan. Elle maîtrise l’art de nous tirer une forte dose d’empathie.

Tout est dans le titre, et plus encore

J’ai trouvé leur histoire de Lia et Preston magnifique. Si ce n’est cette raison, au final un peu idiote, qui retient Preston loin de Lia. Mais Preston est un homme de parole. Trop ? C’est une question de point de vue.

En bref ?

Impossible de ne pas fondre, Mia Sheridan envoie toujours du lourd émotionnellement. Si je n’avais pas trop accroché à Leo et Leo’s chance mais avais adoré Archer’s voice et La promesse, j’ai retrouvé dans ce roman bien des éléments de ces derniers. Si vous n’avez pas lu Archer’s voice, retrouver ma chronique ici. Vraiment, les personnages de Mia Sheridan méritent d’être lus. Et ces détails qui rappellent les romans prétendants, j’aime ça, ça me rend nostalgique.

Et puis la fin… J’imagine qu’elle va aussi vous dire quelque chose. Je l’ai prise comme une sorte de multiple parallélisme (vous comprendrez) et cela m’a beaucoup plu. Beaucoup, beaucoup.