𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | IVY WILDE T1 de Helen HARPER

Bonjour,

J’attendais cette sortie urban fantasy avec impatience depuis son annonce. Parce que, Ivy Wilde, c’est un peu Bridget Jones (ou Joséphine) qui entrerait à Poudlard-Yard — comprenez un mélange entre Poudlard et Scotland-Yard.

IVY WILDE T1

Bon, soyons clairs : Ivy Wilde n’est pas une héroïne. C’est même la dernière personne que vous contacteriez si vous aviez besoin d’une aide magique, malgré ses talents. Si ça ne tenait qu’à elle, Ivy passerait ses journées affalée dans le canapé, devant la télé, paquets de chips en main, à papoter avec son familier félin jusqu’à ce que mort s’en suive. Mais quand elle se retrouve victime d’une erreur d’identité, elle est embarquée malgré elle à la Branche Arcane, le département d’investigation de l’Ordre Hermétique du Crépuscule d’Or. Les problèmes se multiplient quand un objet de valeur est volé au nez et à la barbe des représentants de l’Ordre ; et le fait d’être liée magiquement à l’Adeptus Exemptus Raphaël Winter ne fait qu’empirer la situation. Il a peut-être un regard couleur saphir et le corps d’un mannequin maillot de bain, mais pour Ivy, il représente tout ce qu’il y a de soporifique dans le boulot de sorcier. Et s’il l’oblige à retourner à la salle de sport, juré, elle le transforme en crapaud.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Le crédo d’Ivy ? Moins j’en fais, mieux je me porte. Assurément.

Pour gagner sa vie, elle conduit un taxi et vit dans son appartement à l’hygiène douteuse, avec son chat Brutus. Oh et, elle est sorcière. Et aussi, son chat parle.

Pour le Saint Ordre des Lumières Magiques, à la tête de l’ « Université de la Magie », le nom d’Ivy Wilde pourrait être oublié. Le passage de la jeune fille à l’institut n’est pas un bon souvenir. Un sentiment que partage Ivy. L’élitisme prétentieux de l’Ordre, très peu pour elle !

Sauf que, bien entendu, ce chacun chez soi ne va pas durer.

Deux de ces prétentieux encapuchonnés de l’Ordre font irruption dans l’immeuble où vit Ivy, un matin d’après-midi (non, ce n’est pas une faute ; oui, c’est volontaire ; c’est tout Ivy), et à la suite d’un quiproquo Ivy se retrouve liée à l’un d’eux à la place de sa voisine, Eve. Liée magiquement. D’un sort qui ne peut être défait…

L’Adeptus Exemptus Raphaël Winter –pompeux, le titre, évidemment– est celui à qui Ivy se retrouve attachée. Mignon, mais aussi académique, guindé et psychorigide que ses paires. De quoi rendre Ivy folle. Ou de le rendre fou, lui. Au choix.

Mais si Ivy s’est tenue loin de l’Ordre, et n’a donc pas monté les échelons de la Magie, elle n’en est pas moins une sorcière talentueuse. Une chance, parce que le binôme forcé va bien avoir besoin de tous leurs talents…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Drôle et original. Très original.

Ivy est un sacré personnage, j’en suis folle. Quelle personnalité ! Mais Winter n’a pas été en reste. Il est droit, a priori austère, mais terriblement craquant. S’il est le total opposé d’Ivy je l’ai tout autant adoré, surtout dans ses raideurs. Et puis il y a Brutus, vous savez, le chat. Tellement incroyable.

Tellement in-cro-y-a-ble.

Ce roman est on-ne-peut plus frais et divertissant.

Avec une plume contemporaine et des personnalités profondément marquées, j’ai passé un excellent moment. Évidemment, dès le début, on devine qu’une romance va éclore entre Ivy et Winter, mais celle-ci, même si elle plane, prend tout son temps. C’est agréable. Parce que ce premier tome n’avait pas besoin de plus. Cela-dit, si la fin m’a fait sourire, maintenant, j’en veux plus !

Cette lecture a été un plaisir.

Elle est totalement en accord avec sa date de sortie, je ne peux que vous conseiller ce roman — idéal pour le Pumpkin Autumn Challenge. C’est beaucoup trop drôle et original pour passer à côté !

∴ LICORNESQUE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | RISK de Fleur Ferris

Bonjour,

J’ai mis un temps fou à me plonger dans ce livre qui était dans ma PAL depuis un siècle. Et je m’en suis vraiment voulue de l’avoir laissé de côté aussi longtemps, honte sur moi !

Ce roman de Fleur Ferris, édité chez Hugo Roman (New Way) est un vrai petit bijou. C’est très bien écrit, j’entends par là que la lecture reste fraîche malgré le sujet dramatique. Ce livre soulève un problème dont on pense déjà tout savoir, ce qui est vrai, mais pourtant… On imagine le sujet trop lourd à porter, peut-être même déjà trop abordé ? Eh bien, pas du tout, je pense qu’il ne le sera jamais, JAMAIS, assez.

Format broché • Hugo New Way

Taylor et Sierra sont meilleures amies depuis toujours. Même si Taylor en a parfois un peu marre : pourquoi est-ce toujours Sierra qui obtient tout ce qu’elle veut ? Notamment ce Jacob Jones, qu’elles ont rencontrées ensemble sur un chat en ligne. Évidemment, c’est Sierra qui, encore une fois, décroche un rendez-vous ! Mais le lendemain, Sierra ne rentre pas. Le jour suivant, toujours pas de nouvelles… Son amie a une fâcheuse tendance à vivre comme bon lui semble, sans forcément penser à prévenir les autres. Est-ce que Taylor ne s’inquiète pas pour rien ? Seulement au bout de trois jours, Taylor doit tout avouer aux parents inquiets, et les deux familles se retrouvent plongées dans un monde qu’elles n’auraient jamais cru connaître. Celui des enquêtes policières, des témoignages, des indices, de la recherche d’un ravisseur… ou d’un tueur ?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Taylor et Sierra, deux adolescentes modernes et amusées, font ce que toutes font à leur âge : elles sont inscrites et discutent sur différents réseaux sociaux et sites. Elles sont déjà tombées sur des types un peu louches, bien sûr, elles le savent et en rigolent. Sauf qu’aujourd’hui, elles sont ensemble devant l’écran, et tout se passe bien.

Celui avec qui elles font connaissance s’appelle Jacob et les deux filles craquent rapidement pour lui. Il est jeune, beau, surfeur, habite Brighton… Wouah, elles sont sous le charme. Ce que les filles ne savent pas c’est que, le soir venu, Jacob continue de discuter avec chacune des filles dans le dos de l’autre…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Le roman est du point de vue de Taylor, qui se voit comme l’ombre de Sierra, toujours plus jolie et appréciée des garçons. Même Callum, le garçon qui lui plaît au lycée, en pince pour Sierra. Mais cette fois la roue tourne, Jacob, le jeune homme rencontré sur internet, s’intéresse à elle, à ELLE ! Taylor est sur un petit nuage pendant plusieurs jours, jusqu’à ce qu’elle apprenne le pot aux roses. Jacob a aussi beaucoup discuté avec Sierra, pire, il lui a proposé un rencard.

Taylor est déçue et en colère. C’est dans ce climat un peu froid entre les deux filles que Taylor laisse Sierra aller à son « rencard »… C’est toujours avec la même rancœur au ventre que Taylor apprend que Sierra va passer la nuit avec Jacob, ce n’est pas la première que son amie fait cela, ce qui n’arrange pas les sentiments de Taylor. Seulement, le lendemain, Sierra ne rentre pas… Sierra, un poil égoïste et fonceuse, n’en est pas à son coup d’essai… Alors à partir de quand doit-elle réellement s’inquiéter ? Une fois Taylor et ses amis inquiets, comment en parler ?

La faute à la naïveté ? Pas si simple, l’auteure l’a très bien compris. Internet est un piège géant. Non, pire, il est un milliard de pièges tordus. Être prudent paraît facile, mais ça ne l’est pas toujours « dans l’élan », « dans l’euphorie » du moment T. Ce moment est très bien dépeint dans ce livre, ce flottement pendant lequel on peut tomber, même si on « sait » déjà tout, dans un de ces pièges. Dans ce livre, l’auteur sait être là où il faut, et avec l’angle qu’il faut. Le lectorat de ce roman n’est pas pris pour un idiot, ni bêtement montré du doigt. Non !

Et les personnages (les victimes, directes et indirectes), encore moins.

Et l’auteure ne s’arrête pas là. RISK ne s’arrête pas au drame lui-même, et va plus loin dans le parcours des personnages.

Je n’en dirai pas plus sur les événements, sur la progression, parce qu’il est vraiment important, à mon avis, de lire ce roman et de vivre cette histoire avec les personnages. De les accompagner.

Ce que je peux dire, par contre, c’est que ce roman amène les moments difficiles avec fluidité, il ne heurtera pas trop les cœurs sensibles mais suffisamment pour vous rappeler la dure réalité. En tant que lecteur vous êtes face au drame, face à ceux qui restent, mais vous n’êtes pas oppressé par trop de lourdeur. Fleur Ferris a très bien su amener sur le tapis toutes les difficultés des personnages sans nous écraser. La famille, les amis, qu’ils soient plus ou moins proches… On comprend chaque personnage et la façon qu’à chacun de réagir à la situation. La culpabilité, la colère, le retrait, le deuil…

Un roman à lire, vraiment. Comme je le disais plus haut, il serait formidable que chaque adolescente lise ce roman. Parce que Taylor et Sierra sont des jeunes filles très cohérentes, très réalistes, elles pourraient être les amies, les petites sœurs, les filles de tout un chacun. Ce qui rend ce roman encore plus bouleversant.

Risk est mon très gros coup de cœur Young Adult. Je le conseille très vivement, aux parents autant qu’aux adolescentes.

∴ COUP DE CŒUR ∴