[Chronique] KINGDOM T2 de T.M. FRAZIER

Tyran

TYRAN

Auteure : T.M. FRAZIER

Éditeur : Hugo – New Romance

Date de parution : 15 Novembre 2018

Pitch : Elle a oublié son passé, il pourrait être son avenir.
Doe n’a pas encore recouvré la mémoire mais elle sait qui elle est maintenant. Sa famille l’a retrouvée et elle était loin de s’imaginer qui elle était et tout ce qu’elle avait laissé derrière elle. Elle s’appelle en réalité Rammie et elle a repris sa place auprès d’eux. Loin de King, aux prises avec ses propres problèmes.
Alors qu’ils cherchent tous les deux à reprendre le cours de leur vie, ils comprennent vite qu’ils ne pourront pas oublier ce qui est né entre eux. Mais King sait qu’il a des ennemis qui rôdent dans l’ombre et pourraient représenter une menace pour lui et ceux qu’il aime.
Quant à Doe, elle a encore un long chemin à parcourir pour savoir qui elle est exactement et peut-être, un jour retrouver King.

Lire la Suite

[Chronique] KINGDOM T1 de T.M. FRAZIER

King

KING

Auteure : T.M. FRAZIER

Éditeur : Hugo – New Romance

Genre : dark romance

Date de parution : 18 octobre 2018

Pitch : King n’est pas vraiment le genre d’homme auprès de qui on cherche refuge. Chef d’un gang qui participe à toutes sortes de trafics, il a la surprise de trouver dans sa maison, lors d’une fête, une parfaite inconnue.
Elle se fait appeler Doe, un surnom car elle est amnésique et ne connaît pas sa vraie identité. Elle vit aussi dans la rue et risque que sa vie quotidiennement. Comme ce jour où elle s’introduit chez KIng. A ses risques et périls.
Malgré tout, elle est attirée par King comme un papillon par une flamme. Si c’est un homme brutal, violent d’habitude, il est aussi touché par Doe et son histoire. Mais qui est Doe exactement ? Son passé ne risque-t-il pas de ressurgir un jour ? King prend un risque s’il s’attache à elle mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Lire la Suite

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | Les Écorchés 1 – Ruine de Tillie Cole

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle de RUINE de Tillie Cole chez Milady. Et une fois de plus, j’ai été bousculée par cette auteure.

Les Écorchés tome 1

Pour vivre, il faut d’abord affronter la mort. Kisa est la fille du chef de la mafia russe de New York qui tient le Donjon – un ring clandestin – et la fiancée d’Alik, un tueur endurci. Prisonnière de cet univers, Kisa ne rêve pourtant que de liberté. Jusqu’à ce qu’elle croise par hasard un sans-abris couvert de tatouages et de cicatrices qui éveille en elle des sentiments inconnus. Quelques jours plus tard, elle le revoit en train de combattre au Donjon. Alors qu’il sème la peur et la mort sur son passage, Kisa brûle de désir pour cet homme que tout le monde appelle Ruine. Elle est alors consciente qu’elle devra se sacrifier si elle veut être sienne.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Bien sûr j’ai adoré, mais il est préférable de vous dire que ce roman n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde, il est pour un public averti. La violence et le sexe y sont très présents.

La Bratva ? Tillie Cole m’a embarquée là où de prime abord je ne comptais pas m’aventurer, parce que, honnêtement, l’univers de la Bratva, la Mafia russe, ce n’est pas quelque chose qui m’attire spécialement. Mais il s’agit d’un roman de Tillie Cole. Tillie. Cole. Donc, il est génial. D’accord, ce n’est pas très constructif, je vais développer.

Ce roman démarre fort. L’ambiance est sombre et violente dès les premières pages et cela ne s’arrête pas là, des sujets difficiles y sont abordés.

À noter que j’ai entamé ce livre avec le personnage de Flamme (La loi d’attraction, ma chronique ici.) toujours en tête. Parce que je n’arrive pas à me défaire de cette série et tout particulièrement de ce personnage torturé et brisé. Je l’ai dans la peau. Et en toute objectivité, Ruine m’a énormément fait penser à Flamme. Il faut apprécier, c’est vrai, mais si vous avez lu La loi d’attraction et avez aimé, vous aimerez aussi ce roman.

Lui été encore un tout jeune homme quand il s’est retrouvé en enfer, prisonnier du « goulag ». Une sorte de prison clandestine, un endroit où de jeunes gens comme lui (devenus contre leur gré des Fighters) sont enfermés et où, pour survivre, doivent se battre dans des combats à mort en cage. Le temps passe et le jeune homme n’a plus pour nom qu’un matricule, 818. Alors 818 se bat et tue pour rester en vie, jusqu’au jour où les Fighters s’évadent. Lui ne sait plus ni d’où il vient ni où il peut aller. Sauf peut-être… un nom. Alik Durov. Duquel il doit se venger.

Kisa vit à New York, elle est l’héritière d’une des familles les plus puissantes de la Mafia russe. Kisa est promise à Alik Durov qu’elle connait depuis l’enfance, car lui aussi héritier d’une grande famille russe de la Mafia. Seulement Alik est aussi un homme horrible, détestable. Et jaloux. Et je vous passe ici les détails les plus sordides de leur relation…

« Alik exprima sa désapprobation et secoua lentement la tête.
— Les affaires sont les affaires. Ça prendra le temps que ça prendra. Et ça se passe où ça se passe.
Je baissai les yeux en signe de soumission et fis mine d’acquiescer d’un hochement de tête, mais j’eus beaucoup de mal à cause de sa poigne de fer. »

Quand 818 et Kisa se rencontre une première fois, celle-ci apporte son aide à une œuvre de charité pour les plus démunis. Ce qui en dit déjà long sur la personnalité de la jeune femme. Kisa est agressée dans une ruelle et 818 lui sauve la vie. D’abord choquée, Kisa est ensuite chamboulée par cette rencontre

« Mon coeur s’emplit de compassion pour les sans-abri et les circonstances malheureuses qui les accablaient. Puis soudain, j’aperçus du coin de l’oeil une imposante – non, une immense – silhouette noire assise au bout de la rue décrépite. L’homme portait un sweat gris dont la capuche dissimulait son visage. Il était assis en tailleur, la tête penchée en avant. Ce colosse serrait un gros bocal en verre dans ses mains. Je posai les mains à plat sur la vitre tandis que nous le dépassions. Je le fixai du regard pour qu’il relève la tête et me montre son visage. Un passant arriva à sa hauteur et laissa tomber nonchalamment une pièce dans son bocal.
Cette découverte me laissa pétrifiée.
Celui qui avait volé à mon secours… celui qui venait de me sauver la vie était… un SDF. »

Kisa doit le retrouver, simplement pour le remercier, mais lorsque celle-ci y parvient et découvre le visage de son sauveur, c’est le choc. Elle reconnait ce visage, ces yeux…

Des personnages qui sortent de l’ordinaire. Le contexte et l’intrigue autour de l’identité de Ruine, c’est plutôt original. Mais il y a peu de surprise, le lien entre eux se dessine très rapidement. Cela dit, l’intérêt du lecteur est conservé puisqu’il reste pas mal de réponses à apporter et de souvenirs à replacer. La pauvre Kisa, elle, est toujours aux prises de son futur mariage, avec le cruel Alik Durov. Et elle va découvrir que la famille Durov a bien des secrets… Le lecteur est confronté à la violence sous diverses formes, ça, je vous l’ai déjà dit, mais il y a aussi plus d’un passage « crève-cœur » dans ce premier tome des Écorchés. Tillie Cole est très douée pour cela.

Ce roman est à la fois très dur et très tendre.

« Dieu a mis un peu de tes yeux bleus dans les miens, pour que nous sachions toujours que nous sommes faits l’un pour l’autre… »

Cette alchimie naturelle qui lie les deux personnages principaux de ce tome… ❤

Les combats, les rings, la bagarre, la vengeance… Vous me direz « on a vu ça mille fois », OK, OK, mais l’origine de ces combats à mort est bien différente ici. Et puis, de jeunes adultes issus de la Mafia, russe qui plus est, ce n’est pas le cadre habituel des romans du genre New Adult. Un vrai coup de fouet qui fait remuer toute la fourmilière. Et, comme souvent chez cette auteure, le dépaysement est précis et total.

L’image de l’homme torturé

J’ai un fort penchant pour les âmes torturées, un peu sauvages, et Ruine entre totalement dans cette catégorie. Un vrai plus chez Tillie Cole qui fait d’elle l’une de mes auteures favorites du moment.

Ruine a le physique d’un colosse que rien ne peut faire tomber au combat mais la personnalité d’un homme meurtri, parfois hésitant. J’ai complètement craqué pour lui !

« — Ruine, écoute-moi. Ce qui t’arrive, je l’ai vu chez des centaines de gars qui sont sortis des goulags ou des autres prisons clandestines tenues par les différentes mafias où on parie de l’argent sur des combats à mort. Il y en a partout, fils. Des centaines de gosses bousillés comme toi, qui savent plus qu’une chose : tuer, ne rien ressentir […] »

Et comme je vous le disais plus haut, il m’a vraiment fait penser à Flamme. Ruine est un personnage qui ne peut que vous toucher. Émotionnellement il est un peu désarmé, dépassé, et tout cela est profondément déchirant.

J’en profite pour remercier jue_books. Et lilie_lit : Tu avais raison, ce roman était fait pour moi. Je n’ai aucun regret d’avoir mis de côté ma lecture en cours pour lui !

Tillie Cole ne mâche pas vraiment ses mots

Si vous avez déjà lu Tillie Cole, ce roman est vraiment dans la lignée des Hades-Hangmen. Je préfère prévenir que c’est également assez brut de décoffrage, dans ce roman l’auteure s’étend sur des sujets qui peuvent choquer le lectorat le plus sensible. La série Les écorchés porte très bien son nom, et déjà dans ce premier tome le vécu des personnages donne le ton.

Captivée, je n’ai qu’une envie : découvrir les prochains opus !

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | VICIOUS (Sinners of Saint 1) de LJ Shen

Bonjour,

Ce titre, je l’ai vu partout, et accompagné de louanges quant à sa Dark Romance. J’étais curieuse mais avec quelques doutes, je me devais donc le lire.

Sinners of Saint 1

Il est le pire qui pourrait lui arriver… ou le meilleur. Vicious. Le nom qu’il s’est choisi parle de lui-même. C’est un homme froid, cruel… et immensément riche. Ce qui veut dire qu’il a le monde à ses pieds. Millie ne fera plus jamais l’erreur qu’elle a commise dix ans plus tôt, quand elle a cru qu’elle pouvait se mesurer à lui, répondre à ses provocations, lui rendre coup pour coup. Ils n’étaient que deux adolescents, et pourtant il a détruit sa vie, l’a forcée à l’exil, loin de sa famille et de tout ce qu’elle connaissait. Alors, le soir où il surgit dans le bar de Manhattan où elle travaille à présent, adulte, plus beau et plus… dangereux que jamais, Millie sait qu’il n’y a qu’une solution : fuir. Mais elle ne se fait pas d’illusions, si Vicious est venu la chercher, rien ne l’arrêtera. Une menace autant qu’une promesse…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

J’ai entendu et lu tellement de bien sur ce roman et sur son personnage masculin, j’étais curieuse. Mais au bout de seulement quelques pages, le personnage masculin fend l’armure, beaucoup trop ouvertement et trop tôt. Du coup, malgré les agissements censés être cruels et froids de Vicious, mon idée sur lui était toute faite.

Certes toute la partie où il est supposé n’être qu’un gros dur calculateur ne m’a pas du tout convaincue, cependant…

Il s’agit d’un roman en deux temps. On fait connaissance avec les personnages alors qu’ils sont encore au lycée puis nous les retrouvons quelques maigres années plus tard. Le récit est alors ponctué de flash-back pour expliquer la relation qu’entretiennent Emilia et Vicious.

Emilia vient d’emménager à Todos Santos, et n’a pas d’autre choix que d’encaisser les brimades de Baron Spencer, dit « Vicious ». Elle doit non seulement le supporter au lycée, mais aussi chez elle, disons plutôt chez lui, puisque les parents de la demoiselle se trouvent être les nouveaux « domestiques » de la famille extrêmement riche de ce dernier. Une position très peu confortable pour Emilia qui ne comprend pas la haine que ce garçon lui porte.

« Il l’embrassait en me regardant, ses yeux bleu sombre rivés aux miens, en la léchant comme une barbe à papa — sa langue apparaissant par intermittence. J’aurais dû me détourner mais je n’y arrivais pas. J’étais happée par ce regard, incapable de baisser les yeux. J’ai haussé un sourcil, pour montrer que ça ne me faisait rien.
Sauf que ce n’était pas vrai. Bien au contraire. »

Parce qu’évidemment le garçon n’est pas qu’un être méchant qui la persécute, il est aussi très beau et populaire, et Emilia n’est pas insensible à son charisme. Lui, la moleste verbalement à tout bout de champs, lui fait des mauvais coups.

Jusqu’à ce qu’Emilia sorte avec l’un des meilleurs amis de Vicious, Dean, lui aussi membre des autoproclamés Four Hot Heroes.

« Les Four Hot Heroes, c’était mon groupe de potes et moi. On était quatre et on était les héros les plus sexy du lycée, d’où le surnom… J’ai haussé un sourcil, en faisant sortir ma fumée par le nez. »

Un revers pour Vicious qui digère mal ce tout nouveau couple. La raison ? Baron « Vicious » Spencer est en réalité lui aussi très attiré par Emilia. Oui. Lui, le rebelle sexy et populaire, et elle, la fille gentille et un peu excentrique.

« — Salut tout le monde !
Quand j’ai reconnu sa voix, ça m’a fait un drôle de truc dans la poitrine.
Emilia. La fille de la bonne. Qu’est-ce qu’elle foutait là ? Elle ne quittait jamais l’appartement réservé aux domestiques quand j’organisais une fête. En plus, elle m’évitait depuis l’histoire du livre de maths — ça faisait un peu plus d’une semaine.
— Qu’est-ce que tu veux, Conchita ?
J’ai fait pivoter mon fauteuil vers elle en crachant au plafond un nuage de fumée âcre et douce.
Ses yeux bleus ont à peine glissé sur moi et se sont arrêtés sur quelqu’un d’autre. Et pour ce quelqu’un, elle a entrouvert les lèvres en esquissant un sourire timide. Ça m’a fait un choc. Le vacarme de la fête s’est éloigné, je ne voyais plus que son visage.
— Salut, Dean, a-t-elle murmuré en baissant les yeux vers ses Vans. »

C’est

C’est là que l’image de Vicious s’est complétement cassée la gueule pour moi. J’imagine que son statut de mec diabolique ne devait être qu’effrité, que cela devait juste représenter une fêlure, mais c’était trop évident. Je n’ai pas pu me le re représenter comme méchant après ça. Impossible. C’était malheureusement trop tôt pour que certaines de ses actions soient totalement crédibles après ça.

Plus haut j’ai écrit « nous les retrouvons quelques maigres années plus tard », alors qu’en fait DIX ANS s’écoulent, ce n’est pas une erreur ou une maladresse de ma part, c’est simplement que c’est loin de représenter dix années de maturité. Très loin. Parce que c’est une Milie aux cheveux teints en mauve (Bon, là, ok, je suis très mal placée pour critiquer.) et un Vicious qui roule toujours joint sur joint (malgré sa réussite professionnelle) que l’on retrouve une fois cette décennie écoulée.

La romance, les personnages

Car, bien sûr, quelque part entre leurs fiertés et leurs plans respectifs, ils se plaisent toujours…

Une Dark Romance pas si « dark » que ça. J’aurais cru/voulu détester davantage le personnage de Vicious.

Un rendez-vous manqué avec cet aspect-là du personnage, mais une chouette lecture quand même. J’ai beau me plaindre d’avoir raté le mauvais côté de Vicious, son bon côté a suffi pour que je veuille en lire davantage, et j’ai quasiment lu tout le roman d’une traite. Et puis j’ai aimé Milie qui est une belle personne, j’ai été conquise par sa façon d’agir avec les autres. Sa gentillesse. La relation qu’elle entretient avec sa famille et sa sœur… c’est simple, touchant, beau.

Un style moderne, et mordant

Ce livre est très bien écrit, LJ Shen manie très bien ses mots dans un style très moderne et cinglant. Tout en relief.

« Je n’éprouvais aucun plaisir à le repousser. Au contraire, je m’en voulais de lui infliger ça, parce que en dépit de tout ce qu’il m’avait fait, je n’arrivais pas à le détester.
Mais il fallait bien que je protège mon cœur. Et tant pis pour le sien. »

« Le regard de Dean a glissé sur mon visage et j’ai senti qu’il n’allait pas tarder à passer à l’action. Bon. Je méritais qu’il me casse la gueule pour ce que je venais de dire, je l’avoue. »

« Elle avait peut-être réussi à me détraquer et à faire de moi un psychopathe, après tout… »

J’attends maintenant de lire les autres tomes.

∴ LECTURE SYMPA ∴