𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | THE BONE SEASON T1 de Samantha Shannon

Bonjour,

J’ai lu le premier tome de 𝐓𝐇𝐄 𝐁𝐎𝐍𝐄 𝐒𝐄𝐀𝐒𝐎𝐍, 𝐒𝐚𝐢𝐬𝐨𝐧 𝐝’𝐨𝐬 de Samantha Shannon chez DE SAXUS, que je remercie énormément pour l’envoi.

Saison d’os, chez DeSaxus

Dans un monde totalitaire et dangereux, une rêveuse va démarrer une révolution. 2059. Paige travaille pour une organisation criminelle souterraine dans les rues de Scion-Londres, où elle récolte des informations en pénétrant dans l’esprit des gens. Car Paige est une marcherêve, une clairvoyante, et selon les règles de Scion, son existence même est déjà une trahison. Poursuivie, puis arrêtée, elle est déportée vers une colonie pénitentiaire sur l’ancien territoire d’Oxford secrètement occupé par les réphaïm, une race venue d’un autre monde qui récolte et utilise les clairvoyants à ses propres fins. Paige se retrouve assignée au mystérieux gouverneur Arcturus. Celui-ci devient son maître. Son formateur. Son ennemi naturel. À ses côtés, elle va devoir apprendre à développer son pouvoir pour servir ses ravisseurs, mais surtout pour s’échapper de ce sinistre endroit où elle semble promise à une mort certaine…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Par où commencer ?

Quelque part entre une dystopie fantastique, une dystopie paranormale/surnaturelle et une dystopie, disons, « extraordinaire »… l’univers est à mille kilomètres de ce à quoi je m’attendais.

Non mais sérieusement, qui fait ça ? Samantha Shannon, visiblement. Le mélange dystopie, clairvoyance, pègre et plus encore est juste improbable. Mais l’improbable fonctionne.

Et ce Londres fractionné, Scion, j’ai trouvé ça incroyable. La réappropriation des lieux, fascinante.

Je me suis concentrée comme une dingue sur la présentation de début de tome, mais évidemment tout n’est pas aussi simple.

Paige, l’héroïne, dont l’existence même est un danger pour sa vie, va comprendre à quel point. Utilisée ? Trahie ? Gouvernement ? Ennemis ? La rêveuse pâle ?

Cette introduction est juste dingue. Derrière le trou de serrure, c’est encore plus dense.

Malgré l’immense richesse de ce premier tome, j’ai l’impression de ne rien savoir encore. Il fallait s’y attendre, mais quand même.

La série promettais modernité, originalité et un univers palpitant de dystopie fantastique, c’est gagné.

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | LA GUERRIÈRE FANTÔME de Lise Syven

Bonjour,

Tout d’abord je tiens à remercier la maison d’édition LYNKS pour l’envoi de ce roman. Une jolie petite brique puisqu’il s’agit de l’intégrale de La guerrière fantôme de Lise Syven.

Format broché • 850p • 16€90

Elle n’est pas de ce monde. Elle n’est pas dans ce monde. Elle est la guerrière fantôme et notre seul espoir.

Dans notre monde, elle est une étudiante parmi tant d’autres. Dans le monde d’Es qu’elle visite nuit après nuit, elle est un esprit guerrier. Elle y affronte une armée, des sorciers et des dragons, par amour pour Tadjal, un tigre fabuleux qui l’aide à comprendre sa véritable nature. Elle s’est attachée à lui, aux humains qu’il protège, à la cité d’Ispare que l’empire s’apprête à assiéger. Pour les sauver, elle doit changer le cours de la guerre et empêcher les dragons-défunts de ravager les cités libres. Quitte à se perdre si le lien entre son corps et son esprit se rompt.

Siwès est la guerrière fantôme, et l’empire du Lluhan tremblera à l’annonce de son nom.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Les étudiants ont souvent des vies banales et ennuyeuses, tout à fait le cas de notre héroïne. Sauf que voilà, la vie de celle-ci va prendre un tournant inattendu. Si dans sa vie d’étudiante rien d’extraordinaire ne se passe, dans le monde d’Es, il va en être autrement.

N’est-ce qu’un rêve ? Puisqu’elle n’est pas tout à fait là, pas vrai ? Elle est dans son lit.

Alors elle quitte son corps pour être Siwès, la guerrière fantôme. Dans un monde ainsi créé par l’auteure qui est très riche, avec des décors fabuleux et un bestiaire encore plus incroyable. L’auteure n’a pas hésité, et cela fonctionne. Si quelques éléments peuvent faire penser à des titres comme Narnia, l’histoire a son originalité propre, son univers, et est, je ne dirai pas compliquée, mais très complète. Une complexité que j’ai pu parfois trouvée ambitieuse mais dans laquelle l’auteure nous transporte avec aisance.

Ce titre, je ne comprends pas en avoir si peu entendu parler. Il mérite qu’on se retourne sur lui.

Tout y est. L’auteure a pris son temps pour vraiment donner forme à son histoire, une fois dedans il est difficile de ne pas être captivé.e. Les 850 pages, je ne les ai pas vues passer. Il faut dire que j’aime les univers fantasy de projection, et j’ai été servie.

Les personnages sont en plus suffisamment originaux pour que cette histoire se distingue, avec sa « touche », ses singularités. Je pense bien entendu à Tadjal, mais pas que. Le bestiaire de l’imaginaire est bien représenté. D’ailleurs, si la couverture est simple, elle ne vous trompe pas, elle est wysiwyg (acronyme de la locution anglaise « what you see is what you get », ce que vous voyez est ce que vous obtenez). Et tellement plus. Je ne voulais pas spoiler mais… j’espère que cela vous tease à souhait.

Les décors ont eux aussi bénéficié d’un soin particulier. Ce livre est une brique mais il en vaut la peine. L’univers est in extenso tout au long de celui-ci, et intense puisque les bouleversements et les twists ne manquent pas.

Ce n’est pas un coup de cœur, mais il est clair que j’ai été transportée. Cette lecture a bien fonctionné sur moi. Fans du genre, elle est un bon choix !

∴ BONNE LECTURE ∴