𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | Dear Gene de Kaya Azuma

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle du premier tome de 𝓓𝓮𝓪𝓻 𝓖𝓮𝓷𝓮 de Kaya Azuma chez BoysLove.
Ce titre est en fait un spin-off de Rumspringa de Kaya Azuma, aussi dans la collection Hana, et qu’évidemment JE N’AI PAS LU. Une erreur qu’il me faut rattraper. Parce que je te l’ai dit, ce premier tome du spin-off est un véritable coup de cœur.

Spin off de Rumspringa

Gene, parti habiter chez son oncle Trevor à New York, découvre dans son bureau un vieux journal intime. En le lisant, il découvre la relation de son oncle avec un autre Gene…

-1973-
Trevor, avocat dans un cabinet, perd les documents d’une de ses affaires en cours. Alors qu’il est assis dehors en pleine tempête de neige, un dénommé Gene l’approche et lui rend les papiers qu’il avait perdus. En apprenant que son sauveur est sans domicile et qu’il se réfugie dans une chaufferie pour lutter contre le froid, Trevor, afin de le remercier, l’invite à passer la nuit chez lui, puis lui propose un emploi comme homme de ménage. Tandis que Gene, qui faisait autrefois partie d’une communauté Amish, n’est pas habitué au monde moderne, de son côté, Trevor, qui est gay, est troublé par la présence de ce beau garçon dans sa maison…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Note déjà la beauté de la jaquette de ce manga, et elle est vraiment à l’image du trait et de l’histoire que renferme le titre.

L’histoire est belle et touchante, ses personnages vont droit au cœur accompagnés de leurs passés et de leurs solitudes respectives.
J’aime le temps que prend leur histoire à vraiment commencer mais la rapidité avec laquelle les personnages sont devenus un soutien l’un pour l’autre. Ce qu’ils s’offrent et s’apportent pour le moment est trop adorable, autant entre Trevor et son « neveu » qu’entre Trevor et Gene (l’autre Gene).
Oui, je mets neveu entre guillemets, tu comprendras en partie en lisant ce tome.

Il reste néanmoins beaucoup de questions sans réponses. Des questions sur le choix de Gene de ne pas retourner dans sa famille à la fin de son Rumspringa (période durant laquelle les adolescents amish sont temporairement partiellement déliés de leur Église et de ses règles afin de découvrir le monde moderne), et sur le fait que -tu l’as peut-être remarqué- quand Gene, le « neveu », arrive chez son « oncle » Trevor, celui-ci vit seul. Ce qui, pour changer, ne me laisse pas totalement sereine quant à ce que va subir mon cœur…

Bref, je ne sais pas si le manga à l’origine de ce spin-off répond à ses questions de près ou de loin, toutefois je ne déteste pas l’état dans lequel je suis. J’ai adoré.

Douce et attachante, cette histoire a su m’émouvoir et se frayer un chemin jusqu’à mon cœur.

Je suis impatiente de lire la suite.

Si tu ne l’as pas lu, ohlala, fonce !

∴ COUP DE CŒUR ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 𝚛𝚊𝚙𝚒𝚍𝚎 | SAYONARA GAME de Yuu Minaduki

Bonjour,

La semaine dernière j’ai lu 𝐒𝐚𝐲𝐨𝐧𝐚𝐫𝐚 𝐆𝐚𝐦𝐞 de Yuu Minaduki chez Boy’s Love.
Yuu Minaduki est l’auteure d’𝐔𝐧 𝐨𝐢𝐬𝐢𝐥𝐥𝐨𝐧 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐫𝐢𝐯𝐚𝐠𝐞, un titre que j’aime énormément, j’avais donc très envie de découvrir cette autre histoire.

Boy’s Love | Hana Collection 
Pages : ~200 • Prix : 7€95

Ikuo Arimura, vice-capitaine de son équipe de baseball à l’époque du lycée, retrouve par hasard Yôsuke Itô, un ancien camarade du club, lorsqu’il engage un professeur particulier pour sa petite sœur Nana. Arimura ne se rappelle pas très bien d’Itô, un jeune homme effacé de deux ans plus jeune que lui, mais Itô, de son côté, se souvient parfaitement d’Arimura, et semble même nourrir pour lui de profonds sentiments. Pris par surprise lorsqu’il le découvre, Arimura demande à Itô de sortir avec lui. Mais de nombreux obstacles se dressent sur le chemin de leur amour… Arimura, qui a toujours été un coureur de jupons, éprouve-t-il réellement des sentiments amoureux pour Itô ? Est-il prêt à mettre en péril sa relation avec sa propre petite sœur qui, de son côté, a eu un coup de foudre pour son nouveau professeur particulier ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Le dessin est fin et les personnages sont beaux et très expressifs. Ils partagent facilement leurs émotions avec nous. Ce titre est dans la même veine qu’𝐔𝐧 𝐨𝐢𝐬𝐢𝐥𝐥𝐨𝐧 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐫𝐢𝐯𝐚𝐠𝐞, j’entends par là qu’il sait lui-aussi être émouvant, mais un cran en-dessous. Cela ne retire rien au fait qu’il est une très bonne lecture.

Comptant pas loin de 200 pages, ce qui fait déjà de lui un beau bébé, l’histoire et ses personnages y sont particulièrement bien développés, sans précipitation et sans frustration.

Avec émotion on décortique les personnages et leurs sentiments tout au long des pages. Ça fait du bien d’entrer aussi profondément dans un yaoi, ce que l’auteure nous avait déjà prouvé.

Si 𝐒𝐚𝐲𝐨𝐧𝐚𝐫𝐚 𝐆𝐚𝐦𝐞 est tout doux et sans précipitations, le graphisme des scènes de « luc » est bien moins timide. AhAh, on voit tout, et on le voit bien ! Je rassure les plus frileux.ses, ces scènes sont peu nombreuses et ne se trouvent qu’à la fin. Mais je préfère quand même prévenir.

∴ J’AI BEAUCOUP AIMÉ ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 𝚛𝚊𝚙𝚒𝚍𝚎 | UN OISILLON SUR LE RIVAGE de Yuu Minaduki

Bonjour,

Il n’y a pas longtemps j’ai lu 𝓤𝓷 𝓸𝓲𝓼𝓲𝓵𝓵𝓸𝓷 𝓼𝓾𝓻 𝓵𝓮 𝓻𝓲𝓿𝓪𝓰𝓮 de Yuu Minaduki chez Boy’s Love IDP | Hana Collection. Une très très belle découverte que je dois à @hinavioline pour le conseil et à @mandaabooks pour me l’avoir offert. J’ai des copines formidables.

Boy’s Love IDP | Hana Collection

Yûichi a perdu ses parents et sa soeur dans un accident de voiture. Celle-ci laisse derrière elle son fils unique, Ayumu, et Yûichi a bien du mal à s’adapter à sa nouvelle vie en compagnie de ce petit garçon introverti. Heureusement, le charmant et mystérieux gérant de l’épicerie du quartier sait leur faciliter l’existence, autant grâce à ses mets délicieux que par sa gentillesse étrangement intéressée. Mais ce que cachent ces beaux yeux tristes, mélange de solitude, de jalousie et d’espoir, pourrait bien chambouler la vie de la petite famille.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Quel joli titre très émouvant.

Yûichi, Ayumu et Ryô sont très touchants.

Si je me plains parfois du manque de développement de certains mangas, ici ce n’est absolument pas le cas. L’histoire est très bien construite et détaillée, laissant derrière elle tout autant de mélancolie que de joie.

Les trois personnages principaux ont su me bouleverser, c’est à se demander qui est l’oisillon sur le rivage… C’était très beau.

Je te le recommande.

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 𝚛𝚊𝚙𝚒𝚍𝚎 | TOKYO EN AVRIL… #1 de Haru

Bonjour,

La semaine dernière j’ai lu le premier tome de Tokyo en avril… de Haru et, déjà, il faut que tu saches : j’aime beaucoup trop la pochette de ce titre, je la trouve hyper fraîche, pas toi ?

IDP Boy’s Love | Hana Collection

Lorsque Kazuma arrive des États-Unis pour commencer à travailler dans une entreprise à Tokyo, il retrouve par hasard Ren, un ancien camarade de classe du collège, devenu graphiste réputé et chef d’équipe. Ren était le meilleur ami, le premier amour de Kazuma, mais les deux hommes ne se sont pas vus depuis dix ans, après une soudaine séparation lors d’un été mouvementé. Passé la surprise de leurs retrouvailles, Kazuma s’attend à redevenir aussi proche de Ren qu’il l’était autrefois, mais la distance que celui-ci pose entre eux l’étonne et le blesse. Que s’est-il passé dix ans auparavant ? Ren aurait-il quelque chose à cacher à Kazuma ? Découvrez le premier tome d’une histoire d’amour profonde et émouvante !

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Tu l’as compris au résumé, il ne s’agit ni d’un « bump » ni d’une rencontre, il est question ici de retrouvailles et celles-ci ne se font pas dans la simplicité pour Kazuma et Ren…

Ce titre est très introductif, il se partage entre le présent et le passé des personnages car il nous faut comprendre ce qu’il s’est passé dix années plus tôt entre Kazuma et Ren pour réellement apprécier l’histoire. De ce fait, le développement m’a un peu faite valser d’un état d’esprit à un autre, c’était le but, et ça a fait le job. On tourne les pages avec envie, parce qu’on veut savoir ! Pour tout te dire, c’est même très surprenant, et l’histoire a ses originalités. Je m’étais laissée aller à penser à plusieurs scénarios, avant même de commencer ma lecture, j’avais tout faux (ou presque). Si le mystère demeure longtemps, s’il perdure même, les personnages se révèlent poignants au fil des pages.

Justement, les personnages, je les aime beaucoup. Que ce soit Kazuma ou Ren, leurs traits physiques sont très intéressants, aussi différents l’un de l’autre qu’ils sont charismatiques. Il y a un vrai soin de rendre ces personnages uniques, c’est indéniable.

D’ailleurs, le dessin est plus fin qu’escompté, une belle surprise, je l’ai beaucoup apprécié.

Pour conclure, même si certains passages vont plus vite que d’autres, et laissent quelques frustrations autour des sentiments, le potentiel est bien exploité et à suivre…

Je veux la suite !

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | ONE ROOM ANGEL de Harada

Bonjour,

Même toi là-bas dans le fond qui n’aimes pas forcément le travail d’Harada, tu dois laisser sa chance à 𝐎𝐧𝐞 𝐑𝐨𝐨𝐦 𝐀𝐧𝐠𝐞𝐥. Ce titre édité chez IDP Boy’s Love se démarque vraiment de ses autres œuvres.

« When one door shuts another opens. »

Manga | Yaoi | Drame paranormal • Pages : 180 • Prix : 7€95

Kôki, trente ans, célibataire, vit dans un petit appartement pourri, a un travail pourri, et mène une vie… pourrie. Il n’a ni avenir ni rêves, et son visage effrayant ne l’aide pas à nouer des relations. Pourtant, le soir où il se fait poignarder par un délinquant, son existence bascule : alors qu’il s’évanouit, un ange lui apparaît. Persuadé d’avoir rêvé, Kôki ne cache pas sa surprise lorsqu’il rentre chez lui et tombe sur ce jeune garçon aux ailes bien réelles. Celui-ci, loin de ce à quoi l’on pourrait s’attendre, se comporte davantage comme un adolescent ronchon que comme un ange gardien. Il n’a aucun souvenir et ses ailes sont trop faibles pour qu’il puisse s’envoler au paradis. S’installe alors une étrange colocation où ces deux êtres que tout semble séparer doivent apprendre à vivre ensemble, se découvrir, et faire face aux épreuves que la vie leur présente, terribles ou pleines d’espoir.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

L’avis est rapide mais le coup de cœur est grand.

Je ne vais pas te mentir, bien sûr tu vas retrouver dans ce manga les dynamiques spontanées et les dialogues sans filtre, très francs, qui sont un peu la marque de fabrique d’Harada, mais tu y rencontreras ses deux personnages les plus attachants.

Je suis la première à dire que derrière les personnages rugueux d’Harada se cache toujours quelque chose mais ici, un cap est franchi.

Avec son plan très bien ficelé cette histoire n’est vraiment pas comme les autres. Malgré les indices volontairement égrainés, je n’ai pas du tout vu venir les twists.
Quelle trame, quel scénario, j’en ai eu le cœur serré.

Puis un soin particulier est apporté à l’imagerie de ce titre, alors wouah.

Et cette fin… CETTE FIN ❤

Clairement mon titre préféré d’Harada.

∴ COUP DE CŒUR ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 𝚛𝚊𝚙𝚒𝚍𝚎 | LE CHIEN INNOCENT ET LE CHAT HYPOCRITE de Niyama

Bonjour,

Il n’y a pas si longtemps j’ai lu 𝐋𝐞 𝐜𝐡𝐢𝐞𝐧 𝐢𝐧𝐧𝐨𝐜𝐞𝐧𝐭 𝐞𝐭 𝐥𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐭 𝐡𝐲𝐩𝐨𝐜𝐫𝐢𝐭𝐞 de Niyama chez IDP Boy’s love, ce one-shot est à la fois un spin-off et le préquel de 𝓜𝔂 𝓟𝓻𝓮𝓽𝓽𝔂 𝓟𝓸𝓵𝓲𝓬𝓮𝓶𝓪𝓷. Et vous savez que j’ai beaucoup aimé cette duologie. Aussi, j’étais très contente que ce titre spin-off fasse partie de la sélection de mangas de l’abonnement Hana Collection.

Prix : 7€95 • Pages : 180

À bientôt 40 ans, Naohito Yagi a peur d’être rejeté par les gens, alors il joue constamment le rôle de l’homme idéal. Malheureusement, ses relations amoureuses finissent toujours par échouer en dépit des précautions qu’il prend. Lors d’une soirée où il est invité par un ami, il rencontre un jeune homme, Tôru Akasaka, qui à l’inverse de lui, dit tout ce qu’il pense sans le moindre filtre. Yagi trouve Akasaka un peu lourdingue, mais ce dernier est l’employé d’un de ses clients ; par conséquent, lorsque l’appartement d’Akasaka est ravagé par un incendie et que celui-ci le supplie d’accepter de l’héberger temporairement, il n’est pas vraiment en mesure de refuser. Sauf que les jours passent, et Akasaka n’a pas l’air de vouloir partir…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

J’avais très envie de retrouver les personnages, surtout que Niyama nous avait encore plus rapprochés de Akasaka et Yagi dans le deuxième tome de 𝓜𝔂 𝓟𝓻𝓮𝓽𝓽𝔂 𝓟𝓸𝓵𝓲𝓬𝓮𝓶𝓪𝓷.

Je voulais comprendre leur dynamique de couple, bien sûr, mais aussi les références de leur amitié avec Seiji.

Je n’ai pas été déçue.

Et puis, c’est toujours aussi drôle. Les personnages sont si prononcés, leurs caractères popent littéralement à travers le manga.

Le dessin est propre, clair et fluide et participe au sentiment agréable qui accompagne cette lecture.

Bref, drôles et attendrissants, je ne saurai que vous conseiller ces titres.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | THE SONG OF YORU AND ASA – Ec de Harada

Bonjour,

Aujourd’hui je vous parle de The song of Yoru and Asa – Ec (comprenez « rappel » ou « encore ») de Harada chez Boy’s Love | Hana Collection.

Rappel ou Encore parce qu’il s’agit de la suite de The song of Yoru and Asa. Cela dit, il peut être lu seul ou vous pouvez les lire dans le désordre en mettant l’étiquette de préquel au premier volume. Vraiment, peu importe. Ça fonctionne très bien dans les deux sens.

Boy’s Love IDP

Être normal, c’est surfait. Enfin, ça, c’est ce que se dit Oliver Cromwell. Persécuté par ses camarades parce qu’il est différent, Oliver est surtout un passionné de paranormal ; quand son nez n’est pas fourré dans son carnet de croquis, à dessiner des maisons hantées et des monstres, lui et sa meilleure amie Bailey traînent dans des bâtiments abandonnés, ou font de longues balades (absolument pas romantiques) dans des cimetières à chercher des revenants.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Après quelques péripéties, Asaichi et Yoru ont commencé à sortir ensemble. Heureux car amoureux, ils voient leurs journées s’écouler au rythme effréné de pipes matinales, et de bagatelles répétées.


concert

Alors qu’ils continuent de se produire au sein du même groupe, Asaichi prend tout à coup conscience de la difficulté à percer en tant que musicien, et, réfléchissant à l’avenir, il se met soudainement à vouloir vendre et acquérir de la notoriété.
Un soir, alors que Yoru vient chez lui. Asaichi apprend avec stupeur qu’une fan le harcèle. Il décide de lui donner un double de ses clefs et il lui propose de vivre ensemble. C’est justement quand Asaichi ne résiste pas à l’envie d’embrasser Yoru, manifestement réjoui à la perspective de partager ses jours avec lui, qu’il se fait surprendre et prendre en photo par la fan en question.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

J’ai mis un peu de temps avant d’enfin lire celui-ci parce que, même si je me souvenais vaguement de l’histoire, la couverture plutôt minimaliste ne me replongeait pas trop dans le mood. Ok, celle du volume précédent est tout aussi minimaliste mais elle situe davantage l’histoire dans son contexte. Bref ce n’est pas très important en soi, j’ai juste mis du temps à avoir envie de m’y replonger.

Asaichi (Asa) c’est l’antihéro. Le mec détestable, qui paraît cruel, qui mérite des claques, qui ne sait pas se tenir… vous voyez le genre. Lui et Yoru sont avec des amis membres d’un groupe qui commence à avoir un certain succès, des fans agonisantes, folles d’amour. Mais voilà, Asa et Yoru sont aussi ensemble, en couple.

C’est alors qu’une fan intrusive va un peu bousculer leur équilibre précaire…

L’histoire est sympa et, bien entendu, Asa que j’ai introduit comme l’antihéro n’est pas qu’une horrible personne, il montre aussi parfois un visage plus doux et plus soucieux (envers son avenir, ça va de soi, mais aussi envers Yoru).

J’ai bien aimé. Même si ce n’est pas un coup de cœur, c’est vrai que j’apprécie tout particulièrement l’évolution des personnages. Asaichi, on aime le détester et pester contre son attitude, mais on finit par aimer sa personnalité.

Au niveau du style, contrairement aux jaquettes, c’est assez fourni – voir chargé parfois. Il y a parfois beaucoup d’encre. Mais ça s’explique et se lit plutôt bien. Léger Trigger Warning quant au langage et personnalités. C’est du Harada, ça ne plaît pas à tout le monde, mais ça fonctionne.

∴ BONNE LECTURE ∴

Asa and Yoru
– Asa & Yoru –

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 𝚛𝚊𝚙𝚒𝚍𝚎 | CRAZY FRUITS de Akabeko

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle de 𝐂𝐫𝐚𝐳𝐲 𝐅𝐫𝐮𝐢𝐭𝐬 de Akabeko chez Boy’s Love IDP, qui est en fait un recueil d’histoires.

Yoai • 180p • 7€95

Histoire 1 :
Un jeune hôte de bar hétérosexuel est emmené dans un club de prostitués masculins en guise de punition par ses collègues. Il cherche à atténuer la sentence auprès de son prostitué, mais en vain.
Après un lavement laborieux, l’homme avec qui il est obligé de passer la nuit lui fait découvrir pour la première fois la prostate, et Léo perd l’esprit sous l’effet de ce plaisir intense dont il ne voulait pas.
Des années après, alors qu’il est devenu un hôte populaire, prisonnier d’un désir qu’il n’arrive pas à assouvir et du souvenir d’une nuit qu’il ne parvint pas à oublier, il retombe sur son violeur…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Je ne vais pas tourner autour du pot, il s’agit de ma toute première déception dans la Hana Collection.

Avant toute chose, l’objet est pour un public averti. On est clairement dans le monde de la prostitution, des hôtes… Mais là n’est absolument pas le problème, ce point de départ entre les histoires n’est pas trop mal.

Seulement… même si certains personnages ont un certain charisme, les histoires sont courtes (trop courtes) et donc peu approfondies, elles ne nous permettent pas de créer un lien avec les personnages.

Et puis il y a des personnages qui, à mon sens, sont eux dépourvus d’intensité (et d’intérêt?), mais peut-être est-ce dû à ce manque de longueur ?

Du coup, l’intérêt n’y étant pas, j’ai raté ce rendez-vous.

C’est vraiment dommage parce qu’il y avait matière avec certains personnages…

∴ DÉCEPTION ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | MY PRETTY POLICEMAN de Niyama

Bonjour,

Aujourd’hui je vous parle des tome 1 et 2 de l’étonnant My pretty policeman de Niyama, Hana Collection.

Tome 1
Tome 2

Seiji Tajima, propriétaire d’une petite boutique, est un homme léger et insouciant, toujours célibataire à son âge. Shin Nakamoto, policier un peu taciturne, lui rend souvent visite lors de ses patrouilles. En réalité, les deux hommes se connaissent depuis plus de dix ans, mais ne s’étaient pas revus pendant des années, jusqu’à ce que Shin soit engagé dans le petit poste de police à côté de la boutique. Malgré toutes ces années, leur relation n’a pas changé, jusqu’à ce que Seiji, désabusé par le célibat, finisse par se demander à voix haute s’il ne devrait pas s’intéresser plutôt aux hommes… Une idée insouciante qui réveille avec force les sentiments amoureux que Shin a éprouvé en secret pour Seiji pendant dix ans !

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Eh bien, ce Yaoi est étonnant. Évidemment le titre correspond bien à l’histoire mais pas de la manière dont la « jaquette » le laisse croire, et en bref : j’aime ces petits jeux de surprise. Je valide.

shinkiss

Je valide aussi les personnages car, en toute honnêteté,  là encore, j’ai été surprise.

Mais toujours dans le bon sens du terme. Ils sont chou et ne manquent pas d’humour, le genre de personnages avec lesquels on passe un bon moment.

Je trouve la relation entre les personnages très saine, si si, contrairement à ce que l’on peut s’imaginer au début, elle l’est. Comprenez : plutôt sexy, normalement réservée aux plus de 16 ans, j’ai toutefois trouvé l’histoire très mignonne et tendre. Avec de vrais sentiments, et beaucoup d’écoute.

Et cette relation est encore plus développée dans le tome 2, avec en prime la participation plus importante des autres personnages. Aussi, je suis très contente d’avoir pu lire les deux tomes en suivant. Et c’est ce que je vous recommande de faire.

Le dessin. Comment vous dire, fin, précis, joli ? En tout cas j’aime beaucoup. Et les personnages sont très expressifs.

(À savoir : ce manga est en fait le spin-off d’un autre, malheureusement celui-ci n’est pas -pour l’heure- traduit en Français.)

∴ BONNE LECTURE ∴