𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | CLINTON ROAD de Vincenzo Balzano

« Les monstres sont réels, les fantômes aussi, ils vivent à l’intérieur de nous. Et parfois… ils gagnent. »

Stephen King

Bonjour,

Aujourd’hui je vous parle de Clinton Road de Vincenzo Balzano paru chez Ankama fin janvier. Ce titre ne sera pas resté longtemps dans ma wish list avant que je ne craque et, j’ai bien fait !

17€90

New Jersey, 1978. Tous les matins, John, ranger du comté de Passaic, fait la route entre sa maison et le bar de son ami Sam afin de prendre un café et de bavarder avant sa journée de travail. Rien qui ne puisse sembler étrange jusque-là. Sauf que la Clinton Road 15km d’asphalte où il patrouille quotidiennement s’avère être la route la plus hantée des États-Unis : disparitions inquiétantes, phénomènes paranormaux… C’est aussi sur cette route maudite que son fils unique, Benjamin, a été vu pour la dernière fois avant de disparaître. Mais John, incapable de faire son deuil, se réfugie dans une réalité déformée dans laquelle ses fantasmes semblent prendre le pas sur la réalité…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

La Clinton Road est la route prétendument la plus hantée des Etats-Unis. Celle-ci attire les plus curieux grâce à quelques légendes urbaines sur ses quelques kilomètres d’asphalte qui traversent une forêt dense et est le décor dans lequel Vincenzo Balzano a décidé de nous plonger…

L’histoire commence floue, vague, et les premières questions s’imposent d’elles-même.

John est un agent du service des forêts aux États-Unis (USDA Forest Service) et aujourd’hui il semble s’intéresser à des disparitions d’animaux aux abords de la Clinton Road. Deux chevaux et un chien, de quoi éliminer la piste des braconniers. Alors quoi ? John épanche ses doutes au bar de son ami Sam, évoque les farfelus qui traînent sur la Clinton Road à la recherche de fantômes, se moque de ces histoires. Mais alors que le ranger part pour investiguer sur la Clinton Road, les choses vont prendre un tournant bien étrange…mêlant réel et irréel…

À l’ambiance intrigante, voire glauque, sur laquelle on s’interroge déjà beaucoup, s’ajoutent des passages oniriques. Des passages que j’ai trouvés très intéressants. On traverse dès lors la frontière et le ton est donné.

Le style graphique est tout ce que j’aime. Le beau est subjectif, aussi je trouve ce côté faussement brut très parlant. C’est un style qui selon moi ajoute de la force et qui, justement ici, s’applique parfaitement. Et, oui, c’est très beau. L’ambiance est sublimée.

Au fil des pages certains détails apparaissent et précisent la véritable teneur des pièces du puzzle. J’ai aimé la façon parfois tacite de faire apparaître ces détails, d’attirer ainsi, à la dérobée, notre attention sur eux. Et je n’en aurais même pas voulu plus, c’était tout simplement parfait.

Dernière petite chose, ce dernier petit détail, sur la fin, cette… surprise ? je veux dire, je vois généralement des easter eggs partout, je sais je sais, peut-être que je fantasme seulement mais… non, non, je suis sûre de moi cette fois et j’ai adoré !

Cette bédé traite bien entendu de la fameuse Clinton Road et des histoires autour de celle-ci, de paranormal, mais il est surtout question du deuil, de l’absence et de la difficulté d’y faire face.

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | TANT PIS POUR L’AMOUR de Sophie Lambda

Bonjour,

𝓣𝓪𝓷𝓽 𝓹𝓲𝓼 𝓹𝓸𝓾𝓻 𝓵’𝓪𝓶𝓸𝓾𝓻, 𝓞𝓾 𝓬𝓸𝓶𝓶𝓮𝓷𝓽 𝓳’𝓪𝓲 𝓼𝓾𝓻𝓿𝓮𝓬𝓾 𝓪 𝓾𝓷 𝓶𝓪𝓷𝓲𝓹𝓾𝓵𝓪𝓽𝓮𝓾𝓻, est un roman graphique de Sophie Lambda publié chez Delcourt. Un album qui me faisait envie depuis un moment mais pour lequel j’ai fini par craquer grâce à Les lectures de Dobby.

Delcourt • 23€95

Quand Sophie rencontre Marcus, elle tombe amoureuse en 48h. Elle qui était si cynique en amour, cette fois, elle y croit. Sauf qu’il se révèle vite étrange. Sophie a alors besoin de comprendre ce qui ne va pas. Confronté à ses mensonges et ses incohérences, il a des réactions violentes, des excuses pour tout et arrive à se sortir de chaque impasse. Mais jusqu’à quand ? Sophie aime un manipulateur narcissique.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Eh bien, petite claque.

L’histoire fait beaucoup écho à ce que j’ai pu vivre dans le passé. C’était il y plus de dix ans et pourtant, beaucoup des situations étaient sensiblement les mêmes.

Les manipulateurs, vaste sujet. Aujourd’hui il est la mode de les appeler des pervers narcissiques (« PN ») et peut-être, un brin, d’en accuser tout le monde et n’importe qui, à tort et à travers. Et là où cela peut donc devenir un peu risqué de s’aventurer et de se perdre, l’auteure illustratrice a bien choisi ses anecdotes. De quoi souligner les traits du manipulateur mais d’aussi et surtout, de comprendre le sentiment du personnage principal face à celui-ci.

tantpispourlamour--

La douloureuse vérité de l’histoire m’a percutée, même si Chocolat adoucit et donne de l’humour au récit. Chocolat, c’est l’ours en peluche🐻, très drôle et sarcastique. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les aventures de Chocolat en ligne et sur Instagram.

Bien sûr, j’aime beaucoup le dessin, Sophie Lambda est une illustratrice de talent. Mais ce roman graphique ne s’arrête pas là. La seconde partie du livre, sans s’éloigner de l’expérience de Sophie Lambda, apporte un point de vue plus technique et informatif à la faveur de la compréhension et de l’aide.

En bref ? J’ai été très agréablement surprise car, l’expérience parlant, l’auteure illustratrice ne nous accable pas d’une leçon dont on ne veut pas, c’est un partage. Et des conseils, grâce à une deuxième partie d’ouvrage très bien fichue.

Que vous soyez directement touché.e.s ou non par le sujet, c’est une lecture très intéressante. Voire, importante. Un album à lire !

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

[Avis rapide] Heartstopper tome 1 (vf) d’Alice Oseman

heartstopper1

HEARTSTOPPER tome 1 (vf)

Roman graphique

Auteure illustratrice : Alice Oseman

Édition : Hachette Romans

Paru le : 9 Octobre 2019

Pages : 272

Prix : 12€90

 

Bonjour,

Je crois avoir déjà été suffisamment dithyrambique à propos de HEARTSTOPPER dans ma chronique de la version originale, je vais donc éviter de me répéter ici. Dans cet avis rapide je vais plutôt m’attarder sur la traduction, car j’en attendais beaucoup, et sur l’édition -l’objet livre- en elle-même.

Lire la Suite

[Chronique] BLOOM de Kevin Pannetta & Savanna Ganucheau

photo--bloom1

 

bloomBLOOM

Kevin Pannetta & Savanna Ganucheau

Pitch VO :

Now that high school is over, Ari is dying to move to the big city with his ultra-hip band―if he can just persuade his dad to let him quit his job at their struggling family bakery. Though he loved working there as a kid, Ari cannot fathom a life wasting away over rising dough and hot ovens. But while interviewing candidates for his replacement, Ari meets Hector, an easygoing guy who loves baking as much as Ari wants to escape it. As they become closer over batches of bread, love is ready to bloom . . . that is, if Ari doesn’t ruin everything.

Writer Kevin Panetta and artist Savanna Ganucheau concoct a delicious recipe of intricately illustrated baking scenes and blushing young love, in which the choices we make can have terrible consequences, but the people who love us can help us grow.

~370 pages.

16€ en broché, 21€ en relié et 8,99€ au format Kindle.

Lire la Suite