𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | JUSTE UN PARI de Marie MORDOMO

Bonjour,

Ce roman est à l’origine un roman écrit sur Wattpad mais j’ai longtemps résisté à l’envie de le lire sur la plateforme ; parce que, oui, j’ai des aprioris, je l’avoue. Bref, je voulais garder mon esprit vierge. Ainsi, j’ai patienté… Jusqu’à ce que l’opportunité de lire ce roman avant sa parution se présente à moi et, encore une fois, merci de m’avoir fait confiance.

Hachette Romans

Quand ses amis lui proposent de le payer cinquante euros pour chaque semaine durant laquelle il sortira avec Eli, la fille la plus excentrique de sa classe, Dylan y voit l’occasion de se faire de l’argent facilement. Tout comme Eli ! Si Dylan partage la récompense, elle s’engage à être la meilleure des petites amies. En scellant ce pacte, ils deviennent le couple parfait. En apparence seulement… Mais si différents qu’ils soient, Dylan et Eli ont tout de même deux points communs. Premièrement, ils cachent bien des choses derrière des sourires factices. Et deuxièmement, ils se détestent, depuis toujours !

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Dylan accepte le pari fou de sortir avec la fille la plus sarcastique de sa classe, et sans doute même du lycée tout entier, Eli. Ce que ses amis ne savent pas c’est qu’il s’est mis d’accord avec elle afin qu’elle accepte d’être sa petite-amie — ils partageront les gains, fifty-fifty. Une jolie petite somme, qui plus est. Les voilà donc embarqués tous les deux dans un petit jeu où ils doivent prétendre être en couple.

Une situation qui oscille tantôt entre sérieux et mises en scène de leur couple, tantôt vers leur propre autodérision. Eli et Dylan sont des personnages qui ont de la personnalité, et comme ils ne s’aiment pas beaucoup, cela ne va pas toujours jouer en leur faveur. Néanmoins, ce rapprochement forcé va leur apprendre qu’ils ne sont pas si différents que cela. Peut-être même, ils s’apprécient ?

Hélas, de lourds secrets font encore barrage et, l’un comme l’autre, ils ont du mal à faire confiance. Le jeu des barrières et de la froideur apparente fait partie de la dynamique, mais jusqu’à quand ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Des personnages très attachants

J’ai tout de suite été emballée par les deux personnages principaux. Ils ont suffisamment de personnalité et de charisme pour ne pas que l’un écrase l’autre. S’ils semblent chacun d’un côté du spectre, lui, le mec populaire à qui toutes les filles sourient et, elle, la fille un peu en marge qui ne souhaite vraiment pas suivre le troupeau, ils portent tous les deux des masques derrière lesquels en réalité ils se ressemblent beaucoup.

J’ai lu ce roman en une soirée, tant il est addictif.

J’ai été si proche du coup de cœur, si proche !

Les personnages et l’addictivité de leur histoire naissante sont les points forts de ce roman, mais il y a un « mais ». Si j’ai vraiment accroché à la vie et à l’histoire de Dylan, j’ai trouvé que l’auteure s’éparpillait un peu trop du côté d’Eli. Ce n’est en aucun cas une gêne pour la lecture, cela contribue même à son addictivité, mais je ne sais pas, j’ai trouvé certaines choses déroutantes, comme le passé d’Eli, l’éviction un peu rapide de Sami de l’histoire et la mésaventure de M. Dos Santos en Chine un peu trop énorme à mon goût. Je sais que cela fonctionne très bien sur Wattpad, c’est presque une mode, d’ailleurs, et je comprends que l’auteure ait donc intégré ces « éléments trépidants ». Cela m’a juste un peu déroutée. Heureusement, une autre des qualités de ce roman est que sa jeune auteure a très bien su tout boucler pour que la fin soit parfaite ! J’ai été agréablement surprise, cela m’a plu.

Je suis ravie que cette auteure ait été publiée, vraiment ravie.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | L’espoir au corps de Anaïs W.

Bonjour,

Le VIH et le deuil, l’auteure n’a pas choisi la facilité en écrivant ce roman. Mais le travail est remarquable et l’histoire, poignante. C’est la curiosité et un peu une amie ❤ qui m’ont amenée à télécharger la première partie du roman que l’auteure propose très gentiment sur son site internet. Ce n’est que quelques lectures en retard plus tard que je me suis attaquée à cette première partie…

auto-édité

En revenant dans la ville où il a grandi, Daniel se donne une ultime chance d’être heureux. S’il échoue, il laissera le VIH l’achever… Après avoir perdu ses parents, Kalinda a tiré un trait sur son avenir pour éduquer ses deux jeunes frères et sa sœur. Pourtant, elle ne peut se résoudre au sacrifice qu’est devenue sa vie… Un soir, sur le parking où il se gare chaque jour depuis un an, Daniel fait la rencontre de Kalinda. Très vite, pour les deux jeunes gens, l’espoir s’éveille. Mais pour avoir une chance d’être aimée, Kalinda décide de mentir sur sa situation : après tout, qui voudrait d’une femme avec trois enfants à sa charge ? Alors que Daniel s’efforce de construire un avenir, le mensonge et l’entêtement de Kalinda menacent de tout compromettre. Entre éclats d’amour et de colère, quel sentiment vaincra ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Je suis restée scotchée. Comment avais-je pu laisser de côté cette petite pépite ? Et, bien sûr, il me fallait lire ce roman dans son entièreté. Et vite. Il m’était impossible de ne pas lire la suite tant les personnages m’avaient émue, tant j’avais besoin de savoir ce qu’il allait advenir de leur histoire naissante mais difficile.

Deux personnages, deux destins bouleversants

Ni l’un ni l’autre n’avait demandé à ce que sa vie soit ou devienne aussi compliquée…

Daniel est revenu dans la maison qu’il a partagé avec sa mère pour se donner une dernière chance, une vie dans laquelle le VIH, dont il est porteur, ne serait plus un frein. S’il a retrouvé un travail qui lui convient, c’est l’amour qu’il recherche. Un amour dont il a toujours profondément manqué. Daniel voudrait que ce nouveau départ lui offre cet amour, le vrai, celui que le VIH n’éloignerait pas. Et si cette tentative de vivre une vie normale ne réussit pas, ce sera la dernière, il ne s’acharnera plus. Il se laissera mourir.

Kalinda a dû faire face au cruel décès de ses parents dans un accident de voiture. Une tragédie qu’elle doit affronter avec le reste de sa famille, car aujourd’hui Kalinda est la tutrice de ses deux frères et de sa sœur. Un bouleversement dans sa vie qui remet tout en question. Son fiancé l’a lâchement quittée et c’est presque seule qu’elle doit faire face à sa nouvelle situation.

Le hasard va pousser Daniel et Kalinda à se rencontrer sur un parking. Une rencontre fortuite qui va chambouler la vie des deux jeunes gens. Mais pour lui comme pour elle, l’espoir est-il suffisant quand les casseroles que l’on traîne sont aussi lourdes ? Ils aimeraient tous les deux y croire. Mais entre les doutes et les craintes, il n’est pas toujours évident d’être optimiste. Lui est pris au piège entre le désir, l’espoir et la prudence car, bien entendu, il craint que le VIH fasse fuir la jeune femme. Elle, de son côté, se noie un peu dans ses nouvelles responsabilités et à peur de les infliger à l’autre, alors elle ne dit rien et cache maladroitement tout de sa situation familiale. Deux personnages hésitants et parfois résignés qui ont du mal à se projeter pleinement… Alors, que va-t-il advenir de leur histoire ?

L’angle parfait

L’auteure a su prendre l’angle parfait pour chaque personnage, et j’imagine que cela n’a pas dû être simple. Le résultat du travail d’Anaïs W. n’est pas une histoire d’amour, c’est une histoire de difficultés très loin des romances évidentes et faciles habituelles, mais savamment bien racontée.

Il fallait oser combiner ces deux sujets, chacun d’eux pouvant soutenir à lui seul un roman. C’était un pari dangereux. Un choix que l’auteure a pleinement assumé et maîtrisé. L’espoir au corps est le troisième roman d’Anaïs W mais le premier que je lisais d’elle — et certainement pas le dernier !

Le cœur déchiré

J’ai évidemment était impactée par la tragédie subie par Kalinda et les efforts que sa nouvelle situation nécessite. Parce que le courage et l’amour des siens n’effacent pas les doutes et la peur de mal faire, son personnage a besoin de s’adapter, et d’accepter avant tout ce qui lui arrive. Kalinda est humaine. L’auteure a très bien su mettre en relief son personnage. Ses personnages ! Car Daniel, les enfants et l’entourage des personnages principaux sont tout aussi brillamment élaborés.

Quant au VIH, j’ai été étonnée des lacunes et des idées-reçues que je pouvais encore avoir sur le sujet. Je m’estimais bien informée, mais ce roman nous donne un tout autre angle de vue. Daniel est — sans surprise — mon personnage préféré. Qu’il ne soit pas lisse ou simplement résigné m’a plu, c’est un jeune homme en colère, un personnage tout aussi humain que Kalinda. J’ai eu plaisir à lire que malgré toute l’introspection que sa maladie lui a déjà conférée, il découvrait encore des choses, et se découvrait encore lui-même.

Les espoirs des personnages étaient palpables tout au long du roman, tout autant que leurs douleurs et leurs colères. Jusqu’à la fin j’ai tremblé, le cœur déchiré pour eux.

Je suis sortie de ce roman bouleversée et le souffle court. Cela peut paraître un peu surprenant mais c’est ce qui a, par-dessus tout, fait de cette lecture un véritable coup de cœur ❤

Si ma chronique ne vous a pas totalement convaincus, je vous invite très très chaudement à lire la première partie de ce roman que l’auteure permet de découvrir sur son site, ici.

Cette histoire est magnifique, laissez-vous tenter.

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | POUR CEUX QUI RESTENT de L.A. Witt

Bonjour,

J’avais très peur d’entamer cette lecture. Celles et ceux qui me suivent depuis longtemps savent que j’ai un rapport difficile avec le deuil, surtout qu’ici encore il s’agit d’un décès suite à un accident de voiture (ce qui me touche très très personnellement). Mais c’est une superbe histoire, des plus touchantes, qui m’attendait…

Éditions Bookmark

Jay Warren a passé l’année à chercher le courage d’avouer à sa femme qu’il est gay. Pourtant, à chaque fois qu’il en trouve l’occasion, il se défile. Il a honte de le cacher en permanence et ne veut pas la blesser, mais son angoisse devient insupportable. Quand sa femme meurt brutalement, la culpabilité de Jay menace de l’engloutir. Scott Lawson, directeur de pompes funèbres, gère les familles des défunts quotidiennement, et il n’est que trop familier avec la difficulté de sortir du placard. Il offre à Jay toute la compassion et la compréhension dont il a besoin, et l’amitié qui en découle se mue rapidement, peut-être trop, en quelque chose de plus fort. Mais ne sont‐ils reliés que par le deuil, la culpabilité et la solitude ? Ou Scott sera‐t‐il lassé d’être utilisé comme une béquille émotionnelle avant que Jay ne réalise la chance qu’il a ?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Jay Warren est chez lui, il attend patiemment (ou presque) le retour de sa femme ; parce que, ce soir, il a quelque chose à lui dire. Un secret qui le consume depuis des années. Mais ce soir il va tout avouer à Misty, elle a le droit de savoir. Elle ne mérite pas de vivre ce mensonge, avec lui, avec un simulacre de mari, elle mérite d’être heureuse.

Alors ce soir c’est sûr, Jay va tout lui dire. Seulement Misty ne rentre pas. Sa femme , victime d’un dramatique accident de la circulation, décède.

Elle ne rentrera pas, il ne pourra jamais tout lui avouer. Et Jay ne supporte pas l’idée que Misty soit partie sans avoir su la vérité. Sans qu’il lui ai tout révélé de son homosexualité.

Et, si un jour le destin lui permettait de rencontrer quelqu’un, pourrait-il même s’autoriser de vivre pleinement l’amour, après avoir éhontément menti à sa femme ? Jay vit très mal le deuil et cette situation. C’est alors qu’il rencontre Scott Lawson, le directeur des pompes funèbres où repose sa femme. Celui-ci comprend très bien le chagrin de Jay d’avoir perdu sa femme, c’est son métier, mais aussi le secret qui le ronge. Scott s’est depuis longtemps ouvert sur son homosexualité et va alors soutenir Jay, lui être d’un grand réconfort.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Le deuil, oui, l’homosexualité, aussi, mais pas de lourdeur. Si le sujet vous effraie, sachez que la plume n’est absolument pas lourde, il y a même quelques sarcasmes et touches très drôle dans la narration.

« — Alors, euh… – Jim se racla la gorge en se dandinant sur sa chaise. – On a essayé de gérer tout ça pendant ton absence. – Il désigna mon ordinateur. – Je t’enverrai tout ce que j’ai fait. Comme ça tu pourras… vérifier.
— Merci. J’y jetterai un œil dès que j’en aurai terminé avec tous mes emails.
— Ouais. Pas de problème. – Il toussa à nouveau. – Donc tu… Tu reprends le boulot à temps plein, pas vrai ?
Parce que j’aurais pu reprendre à temps partiel ? Pourquoi personne ne me dit rien ?« 

Les personnages, la romance

J’en reviens à Jay et à Scott, les deux hommes vont se montrer très doux l’un envers l’autre, la douceur de l’amour, du vrai grand Amour. Celui auquel aspire Scott ? Si c’est le cas, les doutes persistent. Jay, malgré les bons moments passés avec Scott, se sent encore coupable. N’est-ce pas horrible vis-à-vis de sa femme ? N’est-ce pas trop tôt ? Et comment faire son coming-out, après ça ?

Quant à Scott, et on le comprend, il a peur de n’être qu’une épaule. Une simple passade afin que Jay oublie ses douleurs ?

« — […] c’est à moi de décider si je veux être ta béquille émotionnelle ou pas.
— Quoi ?
Je me retins de justesse de lever les yeux au ciel et une flopée de jurons.
— Tu n’es pas une béquille, Scott. Putain, à t’entendre, on dirait que je suis avec toi juste pour éviter de penser à Misty.
— Très bien. Alors dis-moi, est-ce que tu as déjà pensé à elle, depuis qu’on est ensemble […] »

Pour tout ceux qui restent est une tendre romance. Cette histoire ne vous emporte pas dans de gros tumultes, mais c’est dans une belle tendresse qu’elle vous bercera. La lecture est à la fois agréable et très touchante. J’ai été très sensible à aux deux hommes ; j’ai souvent une préférence pour celui qui narre l’histoire, mais ici, non. Scott est tout aussi profond et attachant que l’est Jay.

Un roman frappant de réalisme

Jay et Scott, leurs familles respectives, j’ai trouvé chaque personnage, chaque réaction, d’un réalisme époustouflant.

Si le twist concernant Misty n’est pas très surprenant, je m’y attendais, cela m’a tout de même fait chaud au cœur – J’aurais aimé la « rencontrer » de son vivant, cette femme était exceptionnelle ❤ et cela explique amplement tout le chagrin de Jay et de sa famille.

En bref ?

Mes craintes n’étaient pas fondées. Dans ce roman l’écriture est douce et le deuil y est très bien traité. J’ai particulièrement apprécié comment L.A. Witt chérit ses personnages. Simplement magnifique. Je recommande.

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | L’HONNEUR DE PRESTON de Mia Sheridan

Bonjour,

Il n’y a vraiment que Mia Sheridan, et Brittainy C. Cherry, pour me faire ressentir ça, cette chute dans ma poitrine, celle de mon cœur, en juste quelques petits mots. Comme ça, l’air de rien.

Cela a encore été le cas avec cette lecture.

Hugo – New Romance

Ils étaient deux frères –des jumeaux– je les aimais tous les deux, mais mon âme n’appartenait qu’à l’un d’entre eux. Toute sa vie durant, Annalia Del Valle a aimé Preston Sawyer. Elle a grandi dans une cabane dans Central Valley en Californie, mais a découvert la liberté, dans la ferme Sawyer vosine et auprès des garçons qui étaient ses seuls amis. Preston est amoureux de Annalia depuis son enfance. Il a réussi à le lui cacher jusqu’ à ce que leurs mondes – comme leurs corps– sont entrés en collision par une chaude nuit d’été. Une nuit qui va bouleverser leur vie pour toujours. Après avoir disparu corps et âme pendant six mois Annalia est de retour en ville. Si Preston a échappé à son désespoir amoureux, son sens de l’honneur et sa fierté parviendront-t-ils à le retenir à nouveau, lorsque, l’objet de son désir de toujours, est de retour. Comment fait-on pour dépasser les blessures du passé ? Réparer L’irréparable ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Annalia a grandi à Linmoor, dans la région agricole de Central Valley, en Californie. D’origine mexicaine et très pauvre, enfant elle n’avait pas vraiment d’amis, si ce n’est les frères Sawyer, deux garçons un peu plus âgés, – des frères jumeaux – , Cole, plein de malice, et Preston, l’attentionné. Encore haute comme trois pommes Lia rêvait d’être différente, d’être plus facilement acceptée. Et même si au fond elle aimait cet endroit, quelques années plus tard, jeune adulte, elle dut partir.

Ce roman est un deux temps. Entre le passé des personnages et le présent. Le roman démarre le jour du retour d’Annalia à Linmoor, après six mois d’une absence inexpliquée.

« Linmoor, c’était ma ville natale, la ville où j’avais grandi et où j’avais laissé une partie de mon coeur. Ma poitrine s’est serrée, j’ai senti l’angoisse monter en moi. J’ai fait tout mon possible pour la contenir. J’y étais bien parvenue jusqu’alors. Je pouvais y arriver encore. »

Preston n’en revient pas, Lia est revenue. Dès les premières pages on sait qu’il s’est passé quelque chose entre elle et lui et qu’un bébé est né de cette relation. Vous voilà déjà addict à cette histoire, parce qu’il vous faut savoir le comment du pourquoi.

Le passé, le présent

Une grosse partie du roman est consacrée à nous apprendre ce qui est arrivé de leur enfance au départ de Lia. Des scènes d’enfance et d’adolescence que j’ai fortement appréciés. Exactement le type de scènes qui me font chavirer et adorer les personnages. Puis les personnages grandissent… On comprend l’impact de chaque décision. De chaque choix. Le comportement des personnages aujourd’hui. Cole💔… J’ai peur de trop en dire et de vous gâcher cette lecture, ce qui serait bien dommage.

Dans L’honneur de Preston, il est question d’acceptation, de parole, et de pardon.

Toute la magie de l’auteure

L’écriture de Mia Sheridan est tellement particulière, passant de l’élégance à une simplicité qui nous happe de réalisme. Et ces certaines scènes, si touchantes, dans lesquelles l’auteure met à nu ses personnages — c’est vraiment très particulier. Propre à l’auteure et à ses personnages. Des personnages vrais auxquels on s’attache très facilement, et qui ne peuvent pas nous laisser insensibles. Leur histoire est toujours poignante, c’est la marque de fabrique des romans de Mia Sheridan. Elle maîtrise l’art de nous tirer une forte dose d’empathie.

Tout est dans le titre, et plus encore

J’ai trouvé leur histoire de Lia et Preston magnifique. Si ce n’est cette raison, au final un peu idiote, qui retient Preston loin de Lia. Mais Preston est un homme de parole. Trop ? C’est une question de point de vue.

En bref ?

Impossible de ne pas fondre, Mia Sheridan envoie toujours du lourd émotionnellement. Si je n’avais pas trop accroché à Leo et Leo’s chance mais avais adoré Archer’s voice et La promesse, j’ai retrouvé dans ce roman bien des éléments de ces derniers. Si vous n’avez pas lu Archer’s voice, retrouver ma chronique ici. Vraiment, les personnages de Mia Sheridan méritent d’être lus. Et ces détails qui rappellent les romans prétendants, j’aime ça, ça me rend nostalgique.

Et puis la fin… J’imagine qu’elle va aussi vous dire quelque chose. Je l’ai prise comme une sorte de multiple parallélisme (vous comprendrez) et cela m’a beaucoup plu. Beaucoup, beaucoup.

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | MON EX, SA COPINE, MON FAUX MEC ET MOI de Juliette BONTE

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle d’un de mes titres préférés : Mon ex, sa copine, mon (faux) mec et moi de Juliette Bonte chez Harlequin.

Chloé Martin est la « pire conseillère en voyages du monde ». Gaffeuse et malchanceuse chronique, elle reste cependant une optimiste invétérée. Pourtant, lorsque son patron lui « offre » un séjour professionnel en Savoie, les choses ne s’annoncent pas sous les meilleurs auspices : hôtel miteux, verglas, et surtout rencontre avec son ex qui lui annonce qu’il est fiancé à la bombe atomique avec qui il l’a trompée. Pour ne rien arranger, Chloé est désormais complètement dépendante du bon vouloir du passager avec qui elle a failli se battre dans le train, Nick, qui a ensuite eu la gentillesse – ou la cruauté ? – de la sortir d’une situation très gênante avec son ex en se faisant passer pour son compagnon. En théorie, ce séjour commence donc plutôt mal. Mais en pratique, lorsque, comme Chloé, on sait voir le verre (de bière) à moitié plein, l’horizon finit toujours par se dégager. Et il se pourrait même que l’amour fasse partie du voyage.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Chloé a la poisse. Chloé est maladroite. Chloé ne s’est jamais remise de sa rupture avec son premier amour. Mais quand Chloé se voit attribuer le « voyage du mois » par l’agence où elle travaille, elle pense avoir touché le JACKPOT…

Sable fin, cocotiers, cocktails à volonté, Chloé s’y voit déjà. Malheureusement, elle aurait du flairer le piège. Son agence l’envoie en Savoie. En Savoie, où il n’y a ni mer turquoise ni coquillage !

Bon. Après tout, pourquoi pas ? Dix jours dans un chalet luxueux, à la montagne, cela peut être une expérience qui… Non, encore une fois, Chloé va déchanter. Elle y aurait pourtant presque cru, les deux hôtels avaient approximativement le même nom ; mais c’est dans l’établissement miteux au bout de la rue qu’une chambre attend Chloé, pas dans le magnifique chalet aux nombreuses étoiles où (le destin s’acharne) son ex petit ami est en vacances avec celle pour qui il l’a quittée. Dur.

Valentin est là, en Savoie, dans la même station de ski qu’elle. Chloé voit ça comme un signe. Elle n’a pas endurer autant de mésaventures depuis qu’elle a quitté Paris pour rien, c’est forcement une sorte de… récompense ? Peut-être que c’est une chance pour elle de récupérer Valentin ?

Oui, c’est forcement ça. Même si Valentin, Chloé l’apprend, est fiancé avec son mannequin-briseuse-de-couple, elle veut essayer. Elle y croit.

« Je suis très amoureuse de Valentin. Je sais quand même ce que j’éprouve pour les gens.
Et lui aussi est  amoureux de moi. Il y a juste cette Émilie entre nous deux. Si elle n’existait pas, je serais mariée à l’heure qu’il est […] »

Seulement voilà, elle a plus ou moins involontairement menti à celui-ci en lui laissant croire qu’elle avait quelqu’un dans sa vie. Et maintenant, un diner entre couples est prévu. Chloé est dans de sales draps. Elle n’a pas de petit ami, et seule en haut d’une montagne – en Savoie. Le seul homme qu’elle connaisse, c’est Thomas, son prof de snowboard. Par chance Chloé le convainc de jouer le jeu le temps d’un diner mais, hélas, le soir venu, il n’est pas là. Sa rivale sent l’arnaque et s’en donne à cœur joie pour accuser la jeune femme de vouloir récupérer Valentin. Aïe. Aïe, aïe, aïe. Chloé est face au mur. Sauf que, soudain, quelqu’un lui sauve la mise. Nick.

Nick, que Chloé avait rencontré dans le train, où il lui avait volé sa place et à la suite de quoi la jeune femme avait dû passer le voyage assise sur sa valise, super ! Elle ne l’aime pas beaucoup, vous voyez, et jusque là, il le lui rendait bien. Alors pourquoi l’aide-t-il, brusquement ?

Et si la récompense de Chloé n’était pas de récupérer Valentin ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

LA parfaite petite romance de saison

Drôle, ChickLit’, ce livre est une pluie de situations desquelles Chloé ne DEVRAIT pas se tirer. Pourtant, elle le fait.

Je me suis beaucoup retrouvée dans son personnage, elle est pleine d’espoir et de naïveté, et fonce surtout bien trop souvent tête baissée !

« – […] Émilie a un mal de tête foudroyant.
– La pauvre, la plains-je sans en penser un traître mot.
– C’est encore à cause de son nez, déplore-t-il. D’ailleurs, tu portes la même doudoune que la personne qui l’a agressée.
« Agressée ». Comme si je l’avais fait exprès ! »

Cette lecture m’a donné des envies de raclette et de poudreuse.

Ce livre, c’est la recette qu’on ne peut pas rater, une succession de situations drôles, mignonnes, frustrantes, cocasses… J’ai beaucoup ri et passé un très très bon moment. La plume pleine d’humour de l’auteure m’a séduite.

« Je fais glisser mon dos de ma chaise et pose les mains au sol.
Ne me demandez pas pourquoi, mais déguerpir à quatre pattes est l’idée la plus logique qui me vient en tête ; je passe entre les chaises puis entre les jambes. Il faut que je m’en aille. »

À offrir, à s’offrir, les deux

C’est LE livre idéal pour cette fin d’année et pour les fêtes : un cadeau à vous faire sans aucun regret, ou à faire à quelqu’un, cette personne ne sera pas déçue. ( Je suis prête à cracher par terre avec la main sur le cœur ! )

Intelligent, beau, compatissant, Monsieur le Book BoyFriend de ce livre est à tomber !

J’ai eu un gros coup de ❤ pour ce roman.

∴ LICORNESQUE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | HADES HANGMEN 2 – SANS FOI NI LOI de Tillie Cole

Bonjour,

Le premier tome, hors-la-loi, avait été un très bon moment lecture. Lien de la revue du tome 1, ici.

À noter que, pour moi, il est essentielle d’avoir lu le premier livre de la série avant de lire celui-ci. Ne serait-ce que pour mesurer la différence d’adaptation entre les filles à la vie post-« communauté ».

Est-ce que l’histoire entre Kyler et Dalila peut être à la hauteur de celle entre Styx et Mae ? C’était LA question que je me posais en entamant de livre…

HADES HANGMEN T2 • Chez Milady

La beauté peut être une malédiction ; la foi une prison. Seul l’amour peut vous délivrer. Chaque jour, Kyler Willis savoure la liberté des grands espaces sur sa moto, boit sans limite, et s’envoie en l’air avec les femmes les plus sexy. Désormais vice-président d’un gang de bikers, il ne se prive de rien… jusqu’à ce qu’une blonde torride entre dans sa vie. Celle que son club et lui ont récemment tirée d’une secte sordide. Contraint de s’occuper d’elle, il s’aperçoit qu’outre un corps de rêve, elle serait peut-être la seule à pouvoir lui offrir l’impossible : un amour inconditionnel. Mais le nouveau prophète qui guide la secte est bien décidé à ne pas abandonner la jeune femme aussi vite.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Dalila et Maddie, les « soeurs » de Mae, ont été libérées de l’horrible secte par les Hangmen, le club de bikers au centre de cette série. Les deux jeunes femmes se retrouvent au QG des bikers et ont une période de transition post-Ordre bien différente de celle de Mae. Chacun(e) étant différent(e), rien de plus normal. Sauf que, pour Dalila, fermement ancrée dans la religion, cela s’avère particulièrement compliqué. Ky, le VP des Hangmen, bras droit de Styx, prend à cœur d’aider la jeune femme – et son attirance pour la très belle blonde n’y est évidemment pas pour rien.

Étonnamment, malgré le manque de sérieux et de mœurs de cet homme, plus l’histoire avance, plus il prend son rôle de protecteur très au sérieux.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Ky, bien plus attachant qu’il n’y paraît. Si mon point de vue sur le VP des Hangmen n’était pas des plus favorables au début de ce livre, Ky a su m’impressionner et gagner mon respect page après page. Comme je n’attendais pas grand chose de lui, je ne me l’étais pas imaginer aussi gentil et patient. Et sûrement pas amoureux. J’ai reçu une vraie belle surprise. Le biker est un cœur tendre, finalement.

Une légère frustration. Le formatage sectaire de Lila était si fort que j’avais presque atteint ma limite d’exaspération. Presque. Mais après un pic royal de frustration, la jeune femme a retrouvé ses esprits (façon Lila, du moins) et cela m’a soulagée.

Beaucoup de violence et de haine. Comme dans le premier tome, l’ambiance générale du roman est intense. Tendue, dangereuse. Mortelle. J’aime beaucoup cette ambiance. La vie des bikers n’est pas de tout repos mais c’est ce qui donne le rythme à cette série. Contexte oblige, la violence verbale et physique est elle aussi toujours très présente, il ne faut pas oublier que l’auteure s’attaque à de sacrés sujets. Les MC, bien entendu, mais aussi les dérives sectaires, la violence, le nazisme, la suprématie blanche…

En « fil rouge », l’histoire du prophète. Depuis la fin du premier tome, nous en savons un peu plus sur Rider, et sa connexion avec l’Ordre. Ordre qui n’en a évidemment pas fini avec les Hangmen. Et puis… il y a cette pseudo-prophétie. L’Ordre veut sans surprise récupérer ses « filles ». Surtout Mae.

Les Hangmen, je suis accro. J’ai apprécié de retrouver tous les autres Hangmen, dont Styx, qui tient une place toute particulière dans mon cœur. C’est définitif. Mais aussi Tank, Letti, Flamme et tous les autres. Flamme qui – Ô JOIE – est au centre du tome 3 ! J’ai plus qu’envie de découvrir ce personnage à la folie énigmatique.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | BAD 1 AMOUR INTERDIT de Jay Crownover

Bonjour,

J’ai lu Amour interdit de Jay Crownover, le premier tome de la série BAD.

Collection &H

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé. Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Bax sort de prison, et toute une liste de questions sans réponse. Il se met alors à la recherche de Race, celui avec qui il faisait régner la terreur dans The Point, son meilleur ami, mais celui-ci reste introuvable.

Que s’est-il passé le jour où il a été envoyé en prison ? Et que s’est-il passé depuis ? Pourquoi race a disparu des radar ? Ses recherches le mènent à Dovie, la demi-sœur cachée de Race.

Son frère a été clair : ne faire confiance à personne. Personne sauf un dénommé Bax. Dovie sait que le jour où celui qui qui porte une étoile tatouée sur la tempe la trouvera, elle pourra lui faire confiance, à lui et à lui seul. C’est Race qui lui a dit avant de disparaître. Alors quand Bax débarque dans son appartement, elle s’accroche à lui, et à l’espoir de retrouver son frère.

Bax n’est pas un grand bavard. Plus jeune, il n’était pas intéressé par l’école mais plutôt par la rue et ses dangers. Tout l’oppose à Dovie, étudiante à l’allure juvénile et sage. Ils vont pourtant avoir besoin l’un de l’autre pour retrouver Race, car The Point est une ville dangereuse, de ces endroits où l’on ne traîne pas seul la nuit…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Bien plus sombre que les Marked Men

Jay Crownover a une plume bien particulière, et dépeint particulièrement bien l’atmosphère qui couvre de noirceur The Point. L’insécurité.

D’ailleurs, la ville de The Point est presque un personnage à elle toute seule, tellement elle est importante. Aussi, j’adore les expressions et la vivacité du langage de l’auteure.

Dès l’incipit de ce roman, vous êtes dans le bain. Pas le temps de vous mouiller la nuque ! Trois lignes, c’est tout ce qu’il m’a fallu pour que ce livre soit un coup de cœur. Et, accessoirement, pour être raide dingue de Shane Baxter.

L’auteure nous a prévenu, la série Bad ne sera pas sur des gentils garçons mais sur de vrais mauvais gars, des hommes qu’il faut craindre. Tout le livre est dans cet esprit, et comme il s’agit du premier tome d’une série, cela donne déjà une idée de la couleur des suivants. Je me fais une joie de les lire.

∴ COUP DE CŒUR ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | MA VIE, MON EX ET AUTRES CALAMITÉS de Marie Vareille

Bonjour,

D’abord sachez que j’ai sautillé de joie en apprenant que ce roman était réédité. Vraiment. Le relire a était un tel plaisir ! Aussi énorme que la première fois, peut-être même plus. J’avais « muri » en tant que lectrice et ce roman m’a semblait encore plus génial. Oui, cela peut paraître étonnant, rapport à la naïveté du personnage central, mais c’est pourtant bien le cas 😉

un de mes coups de cœur Chicklit

Juliette a un amoureux, un job, un appartement et trente-et-une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin : du jour au lendemain elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement ! Elle déprime pendant des jours devant Gossip Girl en engloutissant des kilos de Chococookies. Jusqu’à ce qu’une série de quiproquos rocambolesques la contraigne à affronter sa plus grande terreur, l’avion, et à s’envoler pour les Maldives à la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine. Évidemment, là non plus, les choses ne tournent pas comme elle l’avait imaginé. Elle rencontre notamment un jeune homme, certes très beau, mais aussi très désagréable… Une comédie romantique pétillante et drôle avec une délicieuse french touch !

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Pauvre Juliette, trop gentille, trop naïve, elle ne voit pas la catastrophe arriver. Alors qu’elle pense mener son petit bout de chemin tranquillement, tout s’écroule. Il y a d’abord cette promotion qui lui échappe, pire, dans la foulée elle se fait virer pour une note de frais qu’elle ne se souvient pas avoir émise. Juliette pense alors que c’est une malencontreuse erreur, que tout va s’arranger. Malheureusement… cela ne fait que commencer. Alors qu’elle essuie encore les larmes de cette nouvelle, son petit ami, Nicolas, la quitte. Lâchement.

Comment la jeune femme peut-elle remonter la pente, après ça ? Si son amie Chiara est là pour elle, pour la remuer et l’empêcher de se goinfrer de Chococookies, son autre amie, Caroline, est aux abonnées absentes. Juliette est au fond du trou. Elle n’a plus qu’une seule idée en tête : reconquérir Nicolas ! S’ensuit une série de mauvaises décisions. C’est ainsi que Juliette se retrouve dans un avion pour les Maldives, seule, à la poursuite de son ex qui lui part visiblement pour un voyage en amoureux.

Le destin s’acharne quand elle découvre qui est la fille qui accompagne Nicolas… Le. Coup. De. Grâce.

Juliette s’effondre.

Si Juliette cumule les classiques erreurs post-rupture, elle franchit un cap stratosphérique en s’envolant pour l’autre bout du monde. Non seulement elle n’a jamais pris l’avion, mais ce voyage lui coûte un bras ! Mark, un homme aussi agaçant que serviable, que la jeune femme a rencontré dans l’avion, se trouve être en vacances dans le même hôtel qu’elle et le couple coupable de son malheur. Si l’on élimine le beau moniteur de plongé Kurt, Mark semble être le seul célibataire de l’archipel, et à part faire de la plongée, il s’ennuie un peu. Il se propose alors pour distraire la jeune femme, une bien généreuse attitude pour qui se montre parfois bourru et distant. Juliette et lui deviennent néanmoins amis. Inséparables, même.

Mais qui est Mark ? Pourquoi son visage ne lui est-il pas inconnu ? Pourquoi est-il venu seul aux Maldives ? Personne ne part seul pour les Maldives, c’est une destination pour les couples…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴𝙽𝚃𝙸 / 𝙰𝚅𝙸𝚂

Juliette. Naïve, drôle et attachante. On a beaucoup d’empathie pour la jeune femme et on se retrouve dans énormément de situations qui nous rappellent nos propres erreurs. C’est justement parce que Juliette est très humaine qu’on ne peut que s’attacher à elle. J’étais avec elle sur le canapé de sa meilleure amie, la bouche pleine de chocolat, et avec elle sur le sable chaud des Maldives. Honnêtement, c’est tout ce qu’il me faut pour passer un bon moment lecture, pas vous ?

Un roman qui ne manque pas de rythme. Le style de l’auteure est rythmé, juste et drôle. Elle est pleine de fraîcheur et de modernité. Je crois que je voue un culte au style de Marie Vareille. Non je n’en rajoute pas, vraiment. On ne peut pas se tromper en lisant ce livre. Impossible ! Ce roman est parfait sur tous les points.

La meilleure amie… La meilleure amie est un personnage clé de la chicklit. Ici, Chiarra tient le rôle à la perfection, avec suffisamment d’extravagance et de charisme pour normalement faire de l’ombre au personnage principal. Elle m’a beaucoup fait rire. Mais Chiarra est surtout l’amie formidable et le soutien qu’on attend d’elle et Juliette n’en est que tirée vers le haut. Un personnage que j’ai beaucoup apprécié, et ce pourquoi la première partie du roman, pourtant longue, m’a paru défiler très très vite. La dynamique entre Juliette et Chiarra est simplement parfaite. Même à des milliers de kilomètres l’une de l’autre.

Mark, le BBF idéal ? Mark… Épouse-moi ! Plus sérieusement, ce personnage est une force tranquille, mais qui sait briller par sa présence. S’il n’est pas des plus expansif, il reste très mystérieux même après avoir refermé ce roman. Quand même, il a toute les qualités du BBF idéal. T O U T E S.

Un joli voyage ? Ma vie, mon ex et autres calamités est une lecture distrayante et dépaysante que je vous recommande très très chaudement.

∴ COUP DE CŒUR ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | OFF-CAMPUS – THE GOAL de Elle Kennedy

Bonjour,

Voir ou revoir la revue de The DEAL, ici. De The MISTAKE, . Et de The SCORE, par ici.

The Goal est le quatrième tome de la série Off-CAMPUS et malheureusement il est aussi celui sur lequel j’ai trébuché. Cela devait fatalement arriver… Si les trois premiers tomes ont été des coups de cœur, celui-là ne m’a pas du tout laissé la même impression. Je suis consciente que c’est le tome de la maturité, de part le personnage de Tucker, mais aussi de par son sujet central, la nouvelle m’avait fait me mordre la langue à la fin du tome 3.

Format broché • Hugo NR

Il suffit d’une nuit pour que tout change.Sabrina James est en dernière année de lycée. Elle a depuis longtemps planifié son avenir : obtenir son diplôme, entrer à la fac de droit et décrocher un super-job dans un des plus grands cabinets d’avocats du pays.Elle veut aller de l’avant et oublier son passé.Quand elle croise le beau Tucker, elle n’a à lui offrir qu’une nuit, il ne peut pas faire partie de ses projets.Mais tout va se compliquer…John Tucker, la star du hockey qui ne vit que pour sa passion, va se transformer quand Sabrina lui annonce qu’elle est enceinte. Il compte bien assumer son rôle de futur papa.Mais la jeune fille est têtue et ne veut accepter aucune aide de sa part.Il va falloir toute la ténacité de Tucker pour que, petit à petit, elle lui ouvre son coeur. Saura-t-il convaincre la belle et froide Sabrina que, parfois, mener un projet à deux est plus facile ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Déjà, ce tome commence en parallèle du tome 3, plus précisément le soir où Dean, Hunter et Tucker se retrouvent chez Malone (le bar où les hockeyeurs de l’université de Briar vont régulièrement), et donc bien avant la fameuse « grande nouvelle ». Bien sûr c’était « nécessaire », il fallait bien nous faire comprendre comment Sabrina et Tucker en étaient arrivés là. Un bébé, ça ne tombe pas du ciel. Et la décision de le garder, à l’âge qu’on les personnages, non plus. Et puis il fallait aussi que l’auteure nous peigne un peu plus Sabrina et Tuck qui, finalement, étaient restés présents mais très discrets dans les livres précédents. Et cela évidemment prend du temps, et des chapitres. Surtout pour positionner tous les aspects compliqués de la vie de Sabrina, parce qu’il y en a un paquet… Trop même. En même temps, il en fallait de la matière pour qu’elle se braque autant tout au long de ce roman. Par chance, bénis soit-on, pour Tucker c’est clairement plus calme !

Tucker. Bien sûr Tuck n’est pas aussi lisse qu’il n’y paraissait. Heureusement. Toutefois, contrairement à Dean j’attendais beaucoup de John Tucker, et je n’ai pas été déçue de ce côté-là. Et puis dans ce tome, il est peu de dire qu’il est un modèle de persévérance… J’ai d’ailleurs eu l’impression que Tuck portait tout l’intérêt du tome à lui tout seul car, pour une fois dans cette série, je n’ai pas été séduite par le personnage féminin. Du tout.

Du tout, du tout…

Sabrina. Je pense avoir cerné le personnage, le comment du pourquoi Sabrina se montre aussi réticente, néanmoins, je ne sais pas, je bloque vraiment sur ses peurs et ses doutes, et motivations. J’aurais pourtant adoré l’adorer. Je prends vraiment ça comme une défaite personnelle, mais on ne peut pas toujours être au rendez-vous ou en phase avec un personnage. C’est comme ça.

Heureusement, il y a le microcosme de Briar 🏒🎓

Bon. Revivre le drame de Beau, même si encore une fois « il le fallait », je m’en serais bien passée. Mais j’ai été amusée par Garrett et Logan et leur complétion pour devenir le parrain du bébé. Et parce que je suis #teamlogan, un Logan toujours fidèle à lui-même… Enfin, vous voyez ce que je veux dire 🤣

Le soutien des filles envers les futurs parents m’a touchée, m’a fait du bien dans ce tome un peu trop lourd à mon goût. Évidemment ce n’est que mon avis ; 90% des critiques ont encensé ce tome, je suis simplement passée à côté. Ça arrive. J’ai apprécié ma lecture mais, hélas, pas autant que je l’avais espéré.

Voir ou revoir la revue de The DEAL, ici.

Voir ou revoir la revue de The MISTAKE, .

Voir ou revoir la revue de The SCORE, par ici.

∴ BONNE LECTURE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | OFF-CAMPUS – THE DEAL de Elle Kennedy

Bonjour,

Dès les premières lignes de ce roman de Elle Kennedy, j’ai su, j’ai su que le coup de cœur serait là. Et effectivement. Les personnages, l’histoire touchante, Briar, TOUT m’a scotchée. J’étais embarquée dans l’univers Off-Campus en un clin d’œil.

J’avais déjà lu plusieurs romans de Elle Kennedy avant de commencer cette série. Unexpected, Unwanted et Au cœur du danger. Des romans très différents les uns des autres. Mais ces livres m’avaient laissé un très bon sentiment sur l’auteure.

Encore une fois, avec The Deal, Hugo&cie nous partagent un titre des plus géniaux de la romance New Adult. Et rien que pour ça, merci.

Dans la série OFF CAMPUS nous retrouvons l’univers du hockey, comme dans Unwanted, et cela tombe bien car j’apprécie tout particulièrement ce sport, donc toutes les planètes étaient alignées pour qu’entre cette série et moi, ça colle. En plus, la plume de l’auteure est très aiguisée dans cette série, avec des personnages forts aux répliques acerbes, surtout les filles, ce qui change vraiment !

Format broché • Hugo NR

Hannah est une très bonne élève et elle a un don incroyable pour le chant. Mais quand il s’agit d’hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens. Garrett est la star de l’équipe de hockey de l’université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l’équipe. Ils vont passer un drôle d’accord. Elle lui donne des cours et il l’aide à séduire le quaterback de l’équipe de football. Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Dans ce premier tome Hannah et Garrett étudient à Briar, une université qui n’avantage pas ses athlètes – ce qui est une très bonne chose. Mais Garrett est en difficulté dans une matière, la philosophie éthique, et il aurait bien besoin d’aide pour remonter sa moyenne. Hannah a eu un A au dernier devoir et apparaît donc aux yeux de Garrett comme son unique espoir de ne pas être temporairement exclu de l’équipe de hockey, dont il est le capitaine. Seulement, la demoiselle a un emploi du temps très serré et ne veut pas gâcher le peu de temps qu’elle a pour un mec qui se la joue roi du campus.

Les deux personnages apparaissent donc dès le départ très différents et l’entente semble difficile. Mais c’est sans compter sur l’entêtement du hockeyeur qui va finir par trouver un moyen de pression pour faire plier Hannah : celle-ci est amoureuse d’un joueur de l’équipe de football de l’université, Justin Kohl; Justin est populaire, tout comme Garrett, ce qui donne une idée à ce dernier… si Hannah l’aide pour le devoir de rattrapage en philosophie éthique, alors lui sortira avec elle pour que Justin la remarque.

Un DEAL naît, puis une amitié plutôt inattendue, autant pour l’un que pour l’autre, puis… un tout autre deal.

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

On ne peut qu’adorer les personnages, leurs secrets, leurs fêlures.

Mais c’est l’humour qui m’a séduite dans ce roman, malgré le passé lourd des deux personnages principaux. Le roman se dévore tout seul, et certains passages deviennent vite ‘cultes ». Vraiment.

Lectrice compulsive et impatiente, je n’ai même pas été pressée que les choses s’emballent entre nos deux personnages tant leur amitié grandissante, et leurs vannes incessantes, étaient divertissantes ! Franchement, normalement, ça ne m’arrive jamais.

On ne peut pas faire de revue sur ce tome sans parler du phénomène « Garrett Graham », qui est devenu l’homme idéal aux yeux de toutes les lectrices. Si, si, il a toutes les meilleures qualités et ses défauts sont attirants.

Bref, un VRAI Book Boyfriend, ce n’est pas moi qui contredirai les milliers de lectrices. Oh, la, la, non ! Un sportif qui se montre intelligent, sarcastique, drôle, protecteur, sûr de lui, et sensible… qui peut résister ?

THE DEAL est un roman « MUST HAVE », ou « MUST READ ». Tout comme la série OFF-CAMPUS qui est rapidement devenue une incontournable de la littérature New Adult.

Un roman à acheter sans hésiter, cette dépense en vaut la chandelle 😉

∴ COUP DE CŒUR ∴