𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | LES AMANTS DES PIERRES LEVEES – tome 1 de Nadège Margaud

Bonjour,

Bonjour,

Aujourd’hui je te donne mon avis sur le tome 1 des 𝐀𝐦𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐝𝐞𝐬 𝐩𝐢𝐞𝐫𝐫𝐞𝐬 𝐥𝐞𝐯𝐞𝐞𝐬 de @nadegemargaud, 𝐔𝐧 𝐤𝐚𝐭𝐚𝐧𝐚 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐌𝐚𝐛𝐡 paru chez Reines-Beaux que je remercie pour l’envoi.

Quelques mots sur l’auteure. Nadège Margaud a grandi sur les bords de la Loire au pied d’un château avant d’adopter les tempêtes bretonnes du Finistère. Sa saga « Les amants des Pierres levées » (2020) vous entraînera dans une fantasy sauvage où l’amour fait naître l’espoir d’un monde nouveau.

Son site : https://nadegemargaud.wordpress.com/

Mabh et Tokihiro parviendront-ils à s’allier par-delà les apparences et les devoirs ?

Prix Broché : 18€ • Prix eBook : 5€99

Sur le vaste continent sauvage des grands lacs, le peuple du soleil levant rencontre celui des guerriers tatoués de bleu. Mabh, cheffe celte, capture Tokihiro, un homme étrange et surprenant. Intriguée par son adresse au combat et son honneur inébranlable, peut-elle faire confiance à cet inconnu qui la déstabilise ? Tokihiro admire la guerrière, à la fois belle et terrifiante, redoutable et curieuse. Malgré son attirance, pourra-t-il obéir à ses chefs et la trahir ? Leurs peuples ne sont pas seuls dans ce pays immense. Quand les frontières tombent, la guerre gronde. Mabh et Tokihiro devront réussir à s’allier par-delà les apparences et les devoirs, mais choisiront-ils aussi de suivre leurs sentiments ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

S’il y a des romans clairement atypiques, celui-ci en fait bien partie. L’auteure réinvente l’Histoire et fait s’entrecroiser les cultures, et ça fonctionne. Composant avec la civilisation celte et l’empire du soleil-levant sur les terres amérindiennes, l’auteure fait le choix de compliquer le background, pourtant, vraiment, c’est brillant.

Il est évident que faire s’associer de telles civilisations est une mine d’or, l’auteure en tire judicieusement profit et apporte tout ce qu’il faut pour nous immerger. Et la couleur des personnages n’en est que sublimée.

Mabh, la guerrière celte est le personnage le plus exploité, et j’aime la flamme avec laquelle elle est décrite (j’avoue, surtout au travers de Tokihiro). Il faut dire que la plume de l’auteure est très agréable, surtout dans ces moments où je l’ai trouvée très incarnée.

Tokihiro est quant à lui un peu plus suggéré, il partage l’espace des chapitres avec Mabh mais le samouraï est dans une position où il doit majoritairement taire sa vraie nature. Le personnage n’en est pas moins intéressant, au contraire, l’image du grand guerrier se fracturant pour se donner d’autres objectifs, et des sentiments. Souvent trop brusque ou souvent mal adapté, ici l’effet m’a convaincue.

Le rythme est lui aussi parfait. Le panache de chaque culture n’est pas un simple accessoire, les personnages apprennent et évoluent, la construction n’est ni anodine ni vaine…

Difficile de vous dire quoi de l’univers, de l’histoire ou de la romance m’a le plus plu… Les trois, j’imagine. Alliances et différences sur fond de stratégie de guerre créent un univers riche, bien que celui-ci soit tressé avec le plus grand soin. De ma peur face à ce pari risqué est né un vrai engouement pour le travail de Nadège Margaud. Et quel travail.

Même si l’auteure s’est octroyée certaines libertés, a joué avec son imagination, ce titre est une vraie claque culturelle et historique, à laquelle s’ajoute une touche de fantasy/fantastique. Un vrai espace d’originalité. Que voulez-vous de plus pour que la sauce prenne ? Que cela soit bien exploité. C’est le cas !

Un mot, ou plutôt deux, pour résumer ce titre : coloré et époustouflant.

Réécrit avec moins de fraîcheur que la première fois j’espère que cet avis saura quand même souligner tous les détails investis par l’auteure dans ce premier tome, parce que ce titre est à découvrir.

Foncez ! Ce premier tome a frôlé le coup de cœur, même s’il reste un coup de cœur pour ce qui est de l’originalité, aussi, j’ai hâte de lire ce qui va suivre pour me décider.

Histoire : 5/5 ~ Originalité : ♥/5 ~ Personnages : 5/5 ~ Addictif : 5/5

∴ TRÈS BONNE LECTURE ∴

[Chronique] COMBAT D’AMOUR T2 de Loraline BRADERN

 

 

combat-d-amour-tome-2-du-desir-a-la-passion-1159788COMBAT D’AMOUR T2

Du désir à la passion

Auteure : Loraline Bradern

Éditeur : ADA Collection Monarque

Pitch : Décembre 1066. Décidée à sauver son père, Alinor tente de séduire Gautier de Fougères afin qu’il intercède en sa faveur auprès du roi, mais sa tentative échoue. Sans autre recours, la jeune femme se résout alors à utiliser la force contre lui. Contrainte de l’affronter les armes à la main, elle est vaincu et le Normand commet une faute irréparable, qui n’est pas sans conséquences. Entretenant malgré elle une liaison orageuse avec l’ennemi, Alinor est déchirée entre sa loyauté envers son père et ses sentiments naissants pour l’envahisseur. Et c’est sans compter le danger qui plane sur sa tête depuis le retour du malfaisant Gervais de Montreux… Alinor parviendra-t-elle à sauver son père ? Cedera-t-elle à la passion et préservera-t-elle le lien fragile qu’il s’est tissé avec son amant ?

Acheter en ligne : lien

Lire la Suite

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | PARIS 1899 de Séverine Mikan

Bonjour,

Aujourd’hui je vous parle d’une parution que j’avais repérée depuis un certain temps déjà. Depuis son annonce par la maison d’édition. Pourtant je ne savais encore rien de cette lecture, mais sa couverture et son titre ne laissaient que peu de place au doute : je voulais découvrir ce livre.

Et quelle belle découverte !

Je ne connaissais pas Séverine Mikan, l’auteure, et après quelques recherches sur internet, je n’en sais pas davantage… Malheureusement. Je suis pourtant curieuse de la connaître car le travail apporté à ce livre, aux détails, est remarquable.

La saga Fragments d’éternité est un voyage par étapes dans l’Histoire. D’une époque à une autre, d’un pays à un autre, partez à la découverte de ces amours passionnés que la Morale et les lois ont réprouvé avec acharnement mais qu’aucune force n’est jamais parvenue à étouffer complètement.

FRAGMENTS D’ÉTERNITÉ — 1

Paris, décembre 1899. La ville Lumière est un chantier immense, celui de la grande Exposition universelle. Là, au cœur de cette ruche festive et laborieuse où vont naître bientôt tous les espoirs de la Belle Époque, des vies se croisent, se mêlent, s’étreignent. Henryk, artiste sans le sou à l’âme révolutionnaire, rencontre James, l’héritier d’une riche famille anglaise. Leurs deux mondes ne pouvaient être plus opposés et pourtant, entre ces deux jeunes hommes, le coup de foudre est immédiat. Pas après pas, entre les quartiers de la bohème et de la bourgeoisie, de la chambre sous les toits d’Henryk au luxueux hôtel particulier de James, va se dessiner une belle histoire d’amour faite de doute, de séduction, de tendresse et de heurs. Car de lourds secrets vont bien vite rattraper les deux amants, et mettre en danger leur fragile idylle que la très conservatrice société de fin de siècle ne tolère pas…

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

En cet hiver 1899 à Paris, un jeune homme d’origine polonaise, Henryk, travaille sur les chantiers de l’Exposition Universelle. Les temps sont durs et afin de pouvoir vivre un peu plus confortablement dans la sommaire petite mansarde qu’il loue à Montmartre, Henryk offre ses bras à la salle des ventes Drouot. Des services de manutention qui aident pas mal le jeune homme, artiste à ses heures perdues. C’est là-bas, dans la salle des ventes, que Henryk va croiser les plus beaux yeux qu’il n’a jamais vus. Ceux de James, un garçon de vingt-et-un ans.

Tout sépare les deux jeunes hommes, car James habite les beaux quartiers, il est riche, éduqué, et n’en a sans doute que faire d’un pauvre besogneux tel que Henryk. Pourtant, James remarque lui-aussi Henryk. Mais dans ce Paris de la Belle Époque, alors que tout s’oppose à leur amour, les deux jeunes amants vont se heurter à la difficulté d’entretenir leur relation. Et aux problèmes de leurs propres vies…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

J’ai découvert avec ce livre l’écriture de l’auteure et celle-ci m’a beaucoup plu. L’époque, la sémantique, il faut une certaine maîtrise des mots et des verbes pour que l’immersion fonctionne. Ce fut le cas. Mais si la plume m’a ravie, c’est le travail fourni par l’auteure pour assurer l’époque et les détails qui m’a fascinée. Les détails sont nombreux, fidèles (à ce que j’ai pu en juger, je ne suis pas experte du sujet, mais cela a fait son œuvre) et parsemés avec soin. La lecture n’est pas étouffée par des kilomètres de descriptions, le dosage est parfait, c’est très fluide, et les détails dont je ne cesse de vous parler sont bien choisis. Très bien choisis, même. L’auteure se permet même des clins d’œil (ou appelez-les comme vous voulez) qui illumineront votre lecture.

Je n’étais clairement pas prête. Je pensais que ce livre allait me plaire mais j’étais loin de m’être imaginée à quel point. Le travail fait vraiment tout. Mais je dois dire aussi que l’histoire en elle-même est fort belle, dure parfois avec les personnages, mais pleine d’émotions.

Henryk et James sont des personnages très charmants. Le côté artiste de Henryk m’a beaucoup plu et James, il m’a littéralement faite fondre. Autour d’eux gravite tout un monde, ou plutôt deux. J’ai très bien ressenti l’envers du décor. Des deux décors. Le monde qui entoure les personnages principaux n’est absolument pas figé, les personnages secondaires ont de la consistance et de l’impact, j’ai suivi leurs histoires tout autant que celle de Henryk et James. Et pour tout vous dire, j’ai dévoré cette lecture.

Et, encore une fois, LES DÉTAILS ! Les détails… Pour ceux qui me suivent sur Instagram : je crois que je ne m’en suis pas encore remise.

En bref ? C’est un coup de cœur. Une lecture numérique qui (j’avais anticipé) mérite bien sa place dans ma wishlist papier. Une lecture que je vous recommande en tapant des mains et en sautillant sur place. Rien que ça.

J’espère que les tomes à venir de la saga Fragments d’éternité seront aussi bien travaillés et aussi captivants. Et les histoires aussi belles et dramatiques que Paris 1899 ❤. Je trépigne déjà d’impatience à l’idée de savoir où et quand se déroulera le prochain tome !

∴ COUP DE CŒUR ∴

[Chronique] COMBAT D’AMOUR T1 de Loraline BRADERN

combat-d-amour-tome-1

DE LA HAINE AU DÉSIR

Auteure : Loraline Bradern

Éditeur : ADA – collection MONARQUE

Genre : Romance historique

Pitch : Octobre 1066
Les troupes normandes du Conquérant déferlent sur l’Angleterre. Gautier de Fougères, fidèle chevalier de Guillaume de Normandie, reçoit la mission de prendre le fief de Thurston au nom de son sire. Cette conquête se révèle toutefois plus ardue que prévue quand il se heurte à un obstacle inattendu.
Lors de l’invasion normande, Alinor, damoiselle saxonne formée à toutes les tâches domestiques habituellement dévolues aux dames nobles, prend en charge le fief familial tandis que son père et son frère partent au combat pour tenter de repousser les troupes de l’envahisseur. Lorsqu’une troupe armée se présente pour prendre possession du domaine, la jeune femme refuse de baisser les bras devant l’ennemi et décide de résister. Dotée d’un fort caractère et rompue au maniement des armes, Alinor affronte Gautier de Fougères , n’hésitant pas à utiliser tous les moyens à sa disposition…
Prise entre sa fierté et ses sentiments, comment Alinor parviendra-t-elle à se sortir de ce piège tout en sauvant ses gens et son cœur ?

Lire la Suite

[Chronique] AXIOS de Jaclyn Osborn

axios

AXIOS

Auteure : Jaclyn OSBORN

Éditeur : MxM Bookmark

Date de parution : 26 septembre 2018

Pitch : Je suis Axios, de Sparte, et je suis né pour tuer. À l’âge de sept ans, j’ai quitté la maison pour m’entraîner avec d’autres garçons. On nous a enseigné l’obéissance, la solidarité, la stratégie militaire et la résistance à la douleur. Mon éducation stricte m’a débarrassé de mes faiblesses et m’a obligé à devenir fort. Impitoyable.
Mais je rêvais de quelque chose de plus grand, d’une vie que je ne pourrais jamais avoir.
Contre toute attente et en dépit de l’entraînement le plus pénible qu’un guerrier pouvait endurer, j’ai trouvé l’amour dans les bras d’un autre Spartiate. Il était l’air que je respirais et l’eau que je buvais. Quand nous combattions côte à côte, nous étions invincibles. Là où il allait, je le suivais.
Cependant, l’amour n’avait pas sa place à Sparte. Les sentiments étaient pour les faibles. Dans la vie d’un Spartiate, il n’y avait que des batailles, de la violence et aucune garantie pour le lendemain. En temps de guerre, tous les hommes étaient mis à l’épreuve, mais le plus grand défi pour nous n’était pas celui des épées ni des lances, mais bien celui du cœur.

[Service presse] Je remercie MxM Bookmark pour cette lecture.

Lire la Suite