𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | HIDAMARI GA KIKOERU, T1 à T4, de Fumino Yuki

Bonjour,

Aujourd’hui je vous parle de Entends-tu le chant du soleil ? (Hidamari ga kikoeru). Je vous donne mon avis sur les T1 et T2 de la série et sur les tomes 1 et 2 de sa suite, -Limit-.

Boy’s Love – Collection Hana

Kohei, étudiant atteint de surdité, est souvent incompris par les autres, ce qui l’a amené à prendre ses distances petit à petit avec son entourage. Mais un beau jour, il va faire la rencontre de Taichi, étudiant dans la même université que lui. De nature joviale et qui n’hésite pas à dire franchement tout ce qu’il pense, cet étrange garçon va toucher Kohei au plus profond de son coeur avec ces quelques mots : « Ce n’est pas de ta faute si tu es malentendant ! ». Il est loin de s’imaginer à quel point Kohei va peu à peu changer grâce à lui…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Hidamari-ga-Kikoeru-2

Kohei et Taichi, mes nouveaux chouchous.

Kohei (en haut sur l’image) est étudiant et malentendant, et bien qu’il est un certain succès auprès des filles il semble n’y prêter que peu d’attention et se contenter d’une solitude de complaisance. Il n’en est pas moins très intelligent mais son handicap l’oblige à avoir recours à un élève pour l’aider à prendre des notes en classe…

Un poste qui repose sur le volontariat que bien des filles, et bien d’autres candidats, sont prêts à prendre. Sauf qu’un étudiant va littéralement tomber du ciel -ou disons, se vautrer lamentablement jusqu’aux pieds de Kohei. Cet étudiant s’appelle Taichi.

Taichi (en bas sur l’image) est tout l’opposé de Kohei. Il est pauvre alors que Kohei est riche, il est autant dissipé que Kohei peut être concentré, aussi bruyant que Kohei est calme. Et bien sûr, Taichi entend très bien. Taichi est également sans filtre et spontané…

Hidamari-ga-Kikoeru-1

C’est cette spontanéité et la simplicité de son fonctionnement qui va attirer l’attention de Kohei sur lui, c’est ainsi qu’en échange de repas dignes Taichi devient le « preneur de notes » de Kohei.

À force de se côtoyer, chacun va voir en l’autre tout ce qu’il aimerait être, voir en l’autre le meilleur. Ils vont inexorablement s’attacher l’un à l’autre mais, malheureusement, les deux jeunes hommes ne vont pas toujours se comprendre, et cela n’est pas nécessairement la conséquence de la surdité de Kohei…

Une histoire qui pose un regard bien différent et intéressant sur la surdité, mais où il est aussi question de confiance en l’autre et en soi. Sur l’isolement, sur les différences, sur la bonté, la recherche de soi et de sa voie…

Le dessin est très beau, très très beau, mais ce qui m’a le plus plu ? Les jeux de retour sur certaines scènes pour 1/ comprendre celle-ci du point de vue de l’autre ou 2/ la compléter pour en comprendre le véritable sens. J’aime tellement ça. Et puisque les protagonistes sont des personnages forts, avec des vies qui ont de l’importance sur ce qu’ils sont, nous en apprenons toujours plus au fil des tomes.

Leur histoire est aussi mignonne qu’elle peut me briser le cœur, j’y suis très très attachée. Alors évidemment, je vous recommande tout aussi fort ce Yaoi !

∴ COUP DE CŒUR ∴

[Chronique] COMBAT D’AMOUR T2 de Loraline BRADERN

 

 

combat-d-amour-tome-2-du-desir-a-la-passion-1159788COMBAT D’AMOUR T2

Du désir à la passion

Auteure : Loraline Bradern

Éditeur : ADA Collection Monarque

Pitch : Décembre 1066. Décidée à sauver son père, Alinor tente de séduire Gautier de Fougères afin qu’il intercède en sa faveur auprès du roi, mais sa tentative échoue. Sans autre recours, la jeune femme se résout alors à utiliser la force contre lui. Contrainte de l’affronter les armes à la main, elle est vaincu et le Normand commet une faute irréparable, qui n’est pas sans conséquences. Entretenant malgré elle une liaison orageuse avec l’ennemi, Alinor est déchirée entre sa loyauté envers son père et ses sentiments naissants pour l’envahisseur. Et c’est sans compter le danger qui plane sur sa tête depuis le retour du malfaisant Gervais de Montreux… Alinor parviendra-t-elle à sauver son père ? Cedera-t-elle à la passion et préservera-t-elle le lien fragile qu’il s’est tissé avec son amant ?

Acheter en ligne : lien

Lire la Suite

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | L’espoir au corps de Anaïs W.

Bonjour,

Le VIH et le deuil, l’auteure n’a pas choisi la facilité en écrivant ce roman. Mais le travail est remarquable et l’histoire, poignante. C’est la curiosité et un peu une amie ❤ qui m’ont amenée à télécharger la première partie du roman que l’auteure propose très gentiment sur son site internet. Ce n’est que quelques lectures en retard plus tard que je me suis attaquée à cette première partie…

auto-édité

En revenant dans la ville où il a grandi, Daniel se donne une ultime chance d’être heureux. S’il échoue, il laissera le VIH l’achever… Après avoir perdu ses parents, Kalinda a tiré un trait sur son avenir pour éduquer ses deux jeunes frères et sa sœur. Pourtant, elle ne peut se résoudre au sacrifice qu’est devenue sa vie… Un soir, sur le parking où il se gare chaque jour depuis un an, Daniel fait la rencontre de Kalinda. Très vite, pour les deux jeunes gens, l’espoir s’éveille. Mais pour avoir une chance d’être aimée, Kalinda décide de mentir sur sa situation : après tout, qui voudrait d’une femme avec trois enfants à sa charge ? Alors que Daniel s’efforce de construire un avenir, le mensonge et l’entêtement de Kalinda menacent de tout compromettre. Entre éclats d’amour et de colère, quel sentiment vaincra ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Je suis restée scotchée. Comment avais-je pu laisser de côté cette petite pépite ? Et, bien sûr, il me fallait lire ce roman dans son entièreté. Et vite. Il m’était impossible de ne pas lire la suite tant les personnages m’avaient émue, tant j’avais besoin de savoir ce qu’il allait advenir de leur histoire naissante mais difficile.

Deux personnages, deux destins bouleversants

Ni l’un ni l’autre n’avait demandé à ce que sa vie soit ou devienne aussi compliquée…

Daniel est revenu dans la maison qu’il a partagé avec sa mère pour se donner une dernière chance, une vie dans laquelle le VIH, dont il est porteur, ne serait plus un frein. S’il a retrouvé un travail qui lui convient, c’est l’amour qu’il recherche. Un amour dont il a toujours profondément manqué. Daniel voudrait que ce nouveau départ lui offre cet amour, le vrai, celui que le VIH n’éloignerait pas. Et si cette tentative de vivre une vie normale ne réussit pas, ce sera la dernière, il ne s’acharnera plus. Il se laissera mourir.

Kalinda a dû faire face au cruel décès de ses parents dans un accident de voiture. Une tragédie qu’elle doit affronter avec le reste de sa famille, car aujourd’hui Kalinda est la tutrice de ses deux frères et de sa sœur. Un bouleversement dans sa vie qui remet tout en question. Son fiancé l’a lâchement quittée et c’est presque seule qu’elle doit faire face à sa nouvelle situation.

Le hasard va pousser Daniel et Kalinda à se rencontrer sur un parking. Une rencontre fortuite qui va chambouler la vie des deux jeunes gens. Mais pour lui comme pour elle, l’espoir est-il suffisant quand les casseroles que l’on traîne sont aussi lourdes ? Ils aimeraient tous les deux y croire. Mais entre les doutes et les craintes, il n’est pas toujours évident d’être optimiste. Lui est pris au piège entre le désir, l’espoir et la prudence car, bien entendu, il craint que le VIH fasse fuir la jeune femme. Elle, de son côté, se noie un peu dans ses nouvelles responsabilités et à peur de les infliger à l’autre, alors elle ne dit rien et cache maladroitement tout de sa situation familiale. Deux personnages hésitants et parfois résignés qui ont du mal à se projeter pleinement… Alors, que va-t-il advenir de leur histoire ?

L’angle parfait

L’auteure a su prendre l’angle parfait pour chaque personnage, et j’imagine que cela n’a pas dû être simple. Le résultat du travail d’Anaïs W. n’est pas une histoire d’amour, c’est une histoire de difficultés très loin des romances évidentes et faciles habituelles, mais savamment bien racontée.

Il fallait oser combiner ces deux sujets, chacun d’eux pouvant soutenir à lui seul un roman. C’était un pari dangereux. Un choix que l’auteure a pleinement assumé et maîtrisé. L’espoir au corps est le troisième roman d’Anaïs W mais le premier que je lisais d’elle — et certainement pas le dernier !

Le cœur déchiré

J’ai évidemment était impactée par la tragédie subie par Kalinda et les efforts que sa nouvelle situation nécessite. Parce que le courage et l’amour des siens n’effacent pas les doutes et la peur de mal faire, son personnage a besoin de s’adapter, et d’accepter avant tout ce qui lui arrive. Kalinda est humaine. L’auteure a très bien su mettre en relief son personnage. Ses personnages ! Car Daniel, les enfants et l’entourage des personnages principaux sont tout aussi brillamment élaborés.

Quant au VIH, j’ai été étonnée des lacunes et des idées-reçues que je pouvais encore avoir sur le sujet. Je m’estimais bien informée, mais ce roman nous donne un tout autre angle de vue. Daniel est — sans surprise — mon personnage préféré. Qu’il ne soit pas lisse ou simplement résigné m’a plu, c’est un jeune homme en colère, un personnage tout aussi humain que Kalinda. J’ai eu plaisir à lire que malgré toute l’introspection que sa maladie lui a déjà conférée, il découvrait encore des choses, et se découvrait encore lui-même.

Les espoirs des personnages étaient palpables tout au long du roman, tout autant que leurs douleurs et leurs colères. Jusqu’à la fin j’ai tremblé, le cœur déchiré pour eux.

Je suis sortie de ce roman bouleversée et le souffle court. Cela peut paraître un peu surprenant mais c’est ce qui a, par-dessus tout, fait de cette lecture un véritable coup de cœur ❤

Si ma chronique ne vous a pas totalement convaincus, je vous invite très très chaudement à lire la première partie de ce roman que l’auteure permet de découvrir sur son site, ici.

Cette histoire est magnifique, laissez-vous tenter.

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | MON EX, SA COPINE, MON FAUX MEC ET MOI de Juliette BONTE

Bonjour,

Aujourd’hui je te parle d’un de mes titres préférés : Mon ex, sa copine, mon (faux) mec et moi de Juliette Bonte chez Harlequin.

Chloé Martin est la « pire conseillère en voyages du monde ». Gaffeuse et malchanceuse chronique, elle reste cependant une optimiste invétérée. Pourtant, lorsque son patron lui « offre » un séjour professionnel en Savoie, les choses ne s’annoncent pas sous les meilleurs auspices : hôtel miteux, verglas, et surtout rencontre avec son ex qui lui annonce qu’il est fiancé à la bombe atomique avec qui il l’a trompée. Pour ne rien arranger, Chloé est désormais complètement dépendante du bon vouloir du passager avec qui elle a failli se battre dans le train, Nick, qui a ensuite eu la gentillesse – ou la cruauté ? – de la sortir d’une situation très gênante avec son ex en se faisant passer pour son compagnon. En théorie, ce séjour commence donc plutôt mal. Mais en pratique, lorsque, comme Chloé, on sait voir le verre (de bière) à moitié plein, l’horizon finit toujours par se dégager. Et il se pourrait même que l’amour fasse partie du voyage.

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

Chloé a la poisse. Chloé est maladroite. Chloé ne s’est jamais remise de sa rupture avec son premier amour. Mais quand Chloé se voit attribuer le « voyage du mois » par l’agence où elle travaille, elle pense avoir touché le JACKPOT…

Sable fin, cocotiers, cocktails à volonté, Chloé s’y voit déjà. Malheureusement, elle aurait du flairer le piège. Son agence l’envoie en Savoie. En Savoie, où il n’y a ni mer turquoise ni coquillage !

Bon. Après tout, pourquoi pas ? Dix jours dans un chalet luxueux, à la montagne, cela peut être une expérience qui… Non, encore une fois, Chloé va déchanter. Elle y aurait pourtant presque cru, les deux hôtels avaient approximativement le même nom ; mais c’est dans l’établissement miteux au bout de la rue qu’une chambre attend Chloé, pas dans le magnifique chalet aux nombreuses étoiles où (le destin s’acharne) son ex petit ami est en vacances avec celle pour qui il l’a quittée. Dur.

Valentin est là, en Savoie, dans la même station de ski qu’elle. Chloé voit ça comme un signe. Elle n’a pas endurer autant de mésaventures depuis qu’elle a quitté Paris pour rien, c’est forcement une sorte de… récompense ? Peut-être que c’est une chance pour elle de récupérer Valentin ?

Oui, c’est forcement ça. Même si Valentin, Chloé l’apprend, est fiancé avec son mannequin-briseuse-de-couple, elle veut essayer. Elle y croit.

« Je suis très amoureuse de Valentin. Je sais quand même ce que j’éprouve pour les gens.
Et lui aussi est  amoureux de moi. Il y a juste cette Émilie entre nous deux. Si elle n’existait pas, je serais mariée à l’heure qu’il est […] »

Seulement voilà, elle a plus ou moins involontairement menti à celui-ci en lui laissant croire qu’elle avait quelqu’un dans sa vie. Et maintenant, un diner entre couples est prévu. Chloé est dans de sales draps. Elle n’a pas de petit ami, et seule en haut d’une montagne – en Savoie. Le seul homme qu’elle connaisse, c’est Thomas, son prof de snowboard. Par chance Chloé le convainc de jouer le jeu le temps d’un diner mais, hélas, le soir venu, il n’est pas là. Sa rivale sent l’arnaque et s’en donne à cœur joie pour accuser la jeune femme de vouloir récupérer Valentin. Aïe. Aïe, aïe, aïe. Chloé est face au mur. Sauf que, soudain, quelqu’un lui sauve la mise. Nick.

Nick, que Chloé avait rencontré dans le train, où il lui avait volé sa place et à la suite de quoi la jeune femme avait dû passer le voyage assise sur sa valise, super ! Elle ne l’aime pas beaucoup, vous voyez, et jusque là, il le lui rendait bien. Alors pourquoi l’aide-t-il, brusquement ?

Et si la récompense de Chloé n’était pas de récupérer Valentin ?

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

LA parfaite petite romance de saison

Drôle, ChickLit’, ce livre est une pluie de situations desquelles Chloé ne DEVRAIT pas se tirer. Pourtant, elle le fait.

Je me suis beaucoup retrouvée dans son personnage, elle est pleine d’espoir et de naïveté, et fonce surtout bien trop souvent tête baissée !

« – […] Émilie a un mal de tête foudroyant.
– La pauvre, la plains-je sans en penser un traître mot.
– C’est encore à cause de son nez, déplore-t-il. D’ailleurs, tu portes la même doudoune que la personne qui l’a agressée.
« Agressée ». Comme si je l’avais fait exprès ! »

Cette lecture m’a donné des envies de raclette et de poudreuse.

Ce livre, c’est la recette qu’on ne peut pas rater, une succession de situations drôles, mignonnes, frustrantes, cocasses… J’ai beaucoup ri et passé un très très bon moment. La plume pleine d’humour de l’auteure m’a séduite.

« Je fais glisser mon dos de ma chaise et pose les mains au sol.
Ne me demandez pas pourquoi, mais déguerpir à quatre pattes est l’idée la plus logique qui me vient en tête ; je passe entre les chaises puis entre les jambes. Il faut que je m’en aille. »

À offrir, à s’offrir, les deux

C’est LE livre idéal pour cette fin d’année et pour les fêtes : un cadeau à vous faire sans aucun regret, ou à faire à quelqu’un, cette personne ne sera pas déçue. ( Je suis prête à cracher par terre avec la main sur le cœur ! )

Intelligent, beau, compatissant, Monsieur le Book BoyFriend de ce livre est à tomber !

J’ai eu un gros coup de ❤ pour ce roman.

∴ LICORNESQUE ∴

𝙲𝚑𝚛𝚘𝚗𝚒𝚚𝚞𝚎 | MAYBE SOMEDAY de Colleen Hoover

Bonjour,

Aujourd’hui je chronique un autre CoHo, Maybe Someday. Ce roman a fait son petit effet chez beaucoup de lectrices, et je comprends pourquoi. Ridge est un BBF avec un fort capital sympathie. Les caractéristiques du personnage ont très bien fonctionné et cette lecture a été pour moi un coup de cœur, c’est dit. Néanmoins, c’est un coup de cœur plafonné par une longue frustration.

Format broché • Hugo NR

Sydney, 22 ans, a tout pour elle : le mec parfait, Hunter, un bel avenir et un superbe appart’ en coloc avec sa meilleure amie. Jusqu’au jour où, grâce à Ridge, son mystérieux voisin musicien, elle tombe de haut : Hunter la trompe dès qu’elle a le dos tourné. Sydney décide alors de tout plaquer. Faute de moyen, elle est hébergée par Ridge. Ensemble, ils composent des chansons. Elle vibre lorsqu’il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare. Mais le cœur de Ridge est pris depuis bien longtemps. Pourtant, de son côté, il ne peut ignorer la force silencieuse qui le pousse vers Sydney. Ensemble, ils vont comprendre que les sens ne peuvent jamais trahir le cœur… Quand l’amour en dit davantage que la plus belle des chansons…

➼ 𝙻’𝙷𝙸𝚂𝚃𝙾𝙸𝚁𝙴

En l’espace d’une seule journée, le jour de son anniversaire, tout s’écroule pour Sydney. Un coup dur et difficile à digérer force cette étudiante en musique de l’université d’Austin à quitter l’appartement qu’elle partage avec sa meilleure amie. Ou plus précisément : son ex-meilleure amie. Et Sydney, qui ne sait pas où aller alors que la pluie s’abat sur elle, se résigne à trouver refuge chez Ridge, un voisin qu’elle connait à peine. Celui-ci lui propose une solution de repli, une chambre et un lit pour quelques semaines, un arrangement temporaire que jeune femme -faute de mieux- finit par accepter.

L’appartement qu’elle découvre appartient donc à Ridge, ce presque inconnu avec qui elle n’a jusque-là échangé que quelques textos. Jeune diplômé, il travaille de chez lui pour une société de programmation informatique et, en parallèle, compose les chansons pour Sounds of Cedar, un groupe local qui commence à avoir du succès. Deux autres personnes partagent déjà l’espace avec Ridge : Warren, son meilleur ami, et Bridget, une fille qui va rester assez difficile à cerner tout au long du roman. (Heureusement, un court tome -mais très drôle- est consacré à Bridget et Warren : Maybe Not.)

Passée l’énorme surprise que vous réserve ce roman quant au personnage de Ridge, Sydney et lui vont vite comprendre qu’ils ont des sentiments l’un pour l’autre. Malheureusement, Ridge n’est pas un cœur à prendre. Son cœur appartient déjà à Maggie…

➼ 𝙼𝙾𝙽 𝙰𝚅𝙸𝚂

Un triangle amoureux donc. Eh bien, oui, cela semble évident. Toutefois, ne partez en courant tout de suite. Ce roman vaut bien plus que ça. À commencer par cette « surprise » dont j’ai parlé dans le résumé.

Une caractéristique inattendue ! Ou qui n’avait peut-être pas échappée au plus attentifs.ives. Maybe Someday est un roman signé Colleen Hoover, il fallait donc bien s’attendre à un petit choc. Je ne vous dis pas de quoi il s’agit, ce serait trop facile, mais je ne l’avais pas vu venir. Ou peut-être un peu, mais même avec ce léger doute, cette légère anticipation, le fait de l’apprendre concrètement reste un petit séisme de lecture. Une fois la surprise passée, je… Non. Non. Attendez. La surprise ne passe pas, elle est LA raison qui fait de ce roman un coup de cœur.

Mais pas que…

Sydney. Ce roman est l’un des rares où le personnage féminin m’a davantage plu que le personnage masculin. Et je dois préciser que Ridge place pourtant la barre très haut. Mais c’est vraiment pour Sydney que j’ai développé une préférence. Oui, mais une fois n’est pas coutume ! Bref. Sydney est tellement réaliste que je me suis souvent retrouvée en elle, en ses réactions, et je crois que cela a beaucoup compté dans le fait que je ne voulais pas lâcher ma lecture. Ça et la frustration terrible de ne pas savoir si oui ou non nos deux héros finiraient ensemble.

Le double PDV dans un roman n’a rarement eu plus d’importance que dans celui-ci. Grâce à lui on est plus à même de comprendre et d’accepter la position compliquée de Ridge. À cause de Maggie, dont la présence entre Sydney et Ridge est très frustrante. Mais le pire dans tout ça ? C’est que le personnage de Maggie est incroyablement touchant et adorable. Du coup, l’obstacle agace mais impossible d’en vouloir à la jeune femme d’être là. Je vous le propose en sujet de philo, vous avez deux heures.

Ceci dit, j’ai quand même trouvé difficile de ne pas en vouloir à Ridge, et ce pendant un assez grand nombre de chapitres. Un trop grand nombre. Malgré toute la sympathie que j’ai pour Ridge, clairement un BBF de mon top 5, la situation me frustrait. Me frustrait VRAIMENT beaucoup.

L’humour. On l’a vu, CoHo sait nous surprendre. Mais s’il y a un autre avantage et pas des moindres à lire ce livre, c’est bien l’humour. J’ai ri toute seule à de nombreuses reprises, une véritable ponctuation supplémentaire. La dynamique entre tous les personnages est ainsi formidablement façonnée. Le relief est parfait. Warren, entre autres, m’a beaucoup amusée.

SYDNEY : NE MANGE PAS LES ŒUFS.
Qu’est-ce qu’ils ont, ces œufs ? J’interroge Sydney du regard. Elle m’envoie un autre texto tout en poursuivant sa conversation avec Warren.
SYDNEY : J’AI VERSÉ DU LIQUIDE VAISSELLE ET DU TALC DEDANS. ÇA LUI APPRENDRA À ÉCRIRE SUR MON FRONT.
MOI : ET ALORS ? QUAND EST-CE QUE TU VAS LUI DIRE ?
SYDNEY : JAMAIS.

Les uns après les autres, les personnages surenchérissent un jeu de faces et certaines répliques sont à se tordre de rire. Tout cela fait vraiment vivre ce roman, en dehors de la romance impossible entre Sydney et Ridge.

La bande son qui accompagne le roman. Maybe Someday ne manque vraiment pas d’originalité. Colleen Hoover a eu l’ingénieuse idée de collaborer avec le beau et le talentueux Griffin Peterson pour donner vie à son roman. Allez, juste pour le plaisir des yeux et des oreilles :

(Si vous ne le connaissez pas, Griffin Peterson est un artiste à découvrir!)

Sydney et Ridge écrivent et composent ensemble des chansons et celles-ci décrivent leurs sentiments, leur frustration, leurs espoirs. Voir/lire le processus et l’alchimie que cela crée entre les deux personnages est fantastique, c’est une chose, mais l’écouter, c’est encore mieux ! La bande son qui accompagne et illustre ce process est juste magique et parfaite. Hop, le petit lien officiel :

maybesomedaysoundtrack

Oh ! et une surprise vous attend sur le site officiel, un chapitre supplémentaire ! Je vous laisse fouiner et le découvrir par vous-même.

En bref ?

Maybe Someday ne manque pas d’originalité et d’atouts. C’est un coup de cœur auquel on n’échappe pas. Une lecture qui ne peut pas laisser indifférent, et avec un BBF capable de faire fondre la glace de l’Antarctique. Croyez-moi.

∴ COUP DE COEUR ∴